PARTAGER
GRONK SPIKE ! Attention, peut entraîner le dégonflement des ballons à hauteur de 16%.
GRONK SPIKE ! Attention, peut entraîner le dégonflement des ballons à hauteur de 16%.

Ils sont (encore) là. Pour la 6e fois depuis l’arrivée de Tom Brady il y a 14 ans, les Patriots sont au Super Bowl. Ils se sont presque fait peur en début de saison. Mais cinq mois plus tard ils sont présents avec comme idée de remporter un 4e titre en moins de quinze ans. Et ils ne sont pas prêts de se dégonfler ! Retour sur une saison qui annonçait le pire et qui va finalement s’achever au Super Bowl.

Début de saison compliquée pour Tom Brady. Il ne réclame même plus de « high-five ».

Faux départ

La saison commence difficilement pour les Patriots. Pour la première fois depuis 2003, New England s’incline lors du match d’ouverture de la saison, une défaite 33-20 sur la pelouse des Dolphins. Encore plus incroyable : les Bills et les Jets ayant gagné leur match, les Patriots trônent pendant une semaine à la dernière place de la division.  Heureusement, ils enchaînent avec deux victoires, une dans le Minnesota et une à la maison face aux Raiders, plus compliquée cependant. On se dit que tout va mieux. Raté ! Les Patriots sont défaits une nouvelle fois, à Kansas City cette fois-ci, et pas d’un peu.  Pour le Monday Night Football, les Chiefs écrasent New England 41-14, la deuxième pire défaite des Pats depuis 2001. A 10 minutes de la fin, Brady est intercepté pour la deuxième fois du match. Husain Abdullah convertit l’interception en touchdown. C’en est trop pour Bellichick qui sort Tom Brady. Les Patriots ont l’air au fond du trou.

Tout ceci n’était qu’un mauvais rêve

Dans le monde de la NFL, c’est un mini-séisme. Les Patriots sont finis, Bellichick est dépassé, Brady est trop vieux : voilà ce qu’on peut lire/entendre dans tous les médias concernés. C’est à ce moment que les Patriots ont décidé d’arrêter les bêtises. Comme s’ils avaient commencé la saison en jouant avec un bandeau sur les yeux, histoire de ne pas écraser tout le monde, et qu’ils s’étaient alors dit « Bon, on arrête, maintenant on joue pour de vrai ! » La différence se voit sur le terrain. Les Patriots roulent sur tout ce qui se dresse sur leur chemin, à commencer par les Bengals. Larges vainqueurs 43 à 17, New England gagne 505 yards sur le match, relançant une attaque qui était à la peine depuis quatre matches. Derrière, les Patriots enchaînent deux victoires dans la division AFC Est face aux Bills et aux Jets. Face à New-York, Brady fête sa 200e titularisation mais les Pats ne l’emportent que de deux points au terme d’un match serré et disputé par les Jets. Les Bostoniens  se rassurent en semaine 8 en fessant les Bears 51-23. Facile quand on marque trois touchdowns en 57 secondes.

Brady – Manning, seizième du nom

Le sommet de la saison des Patriots, c’est le match de la semaine 9 contre les Broncos. Déjà parce que sont les deux plus grosses écuries de l’AFC sur le papier. Mais surtout parce qu’il s’agit de l’affrontement des deux plus grands quarterbacks de la dernière décennie : Tom Brady VS Peyton Manning. Et pour la onzième fois, c’est le Patriots qui a pris le dessus sur son adversaire. Il n’y a presque pas de suspense dans la rencontre, New England mène 27-7 à la mi-temps. Score final 43-21, des Patriots qui continuent de gagner là où les Broncos n’impressionnent plus. De quoi se mettre en confiance avant la bye-week en semaine 10. Les sept derniers matches sont largement à l’avantage des Patriots. Cinq victoires plutôt larges, si ce n’est une nouvelle frayeur face aux Jets en semaine 16 où New England l’emporte 17-16. Il y a tout de même deux défaites à déplorer. Une contre les Packers 26-21 dans ce que l’on annonçait à l’époque comme la preview du Super Bowl. Et une lors de la dernière journée contre les Bills 17-9 mais sans la plupart des titulaires. Qu’importe. Ils sont en tête de la conférence. L’avantage du terrain et la semaine de repos sont acquis, c’est tout ce qui compte.brady-manning2

Le cheval et le corbeau

On a eu un fabuleux comeback en finale NFC. Mais il ne faut pas oublier la remontée des Patriots lors du divisionnal round face aux Ravens. Menés à deux reprises de 14 points, les Pats font mieux que recoller au score, ils repassent devant à 5 minutes de la fin grâce à un touchdown de Tom Brady pour Brandon LaFell pour l’emporter 35-31. Un touchdown plus qu’historique puisqu’en inscrivant son 46e touchdown en playoffs de sa carrière, Brady dépasse le légendaire Joe Montana et ses 45 réalisations. Derrière, les Ravens ont une nouvelle chance de mener au score mais Joe Flacco est intercepté dans la end-zone par Duron Harmon. Les Patriots n’hésitent pas à user de trick plays, avec un Julian Edelman lanceur par exemple, ou en n’alignant que quatre linemen de formation et en déclarant un joueur inéligible au dernier moment. La semaine suivante, c’est beaucoup plus tranquille contre les Colts. Pour la deuxième fois de la saison, les Patriots s’imposent tranquillement 45-7 mais depuis, beaucoup d’encre a coulé à propos de ce match. Apparemment, les Patriots auraient sous-gonflé les ballons. Le « Deflategate » comme on l’appelle déjà outre-Atlantique pourrait bien coûter quelques tours de draft à New England. La NFL mène son enquête.

Après cette saison bien maîtrisée par Tom Brady et ses hommes, une seule question demeure : est-ce que les Patriots réussiront à se défaire des Seahawks, champions en titre ? Difficile de se faire un avis tant les deux équipes rivalisent d’arguments. Cela promet en tous cas une belle finale pour tous les amateurs de NFL. S’ils venaient à l’emporter, Brady remporterait sa quatrième bague de champion, comme un certain Joe Montana ou un Terry Bradshaw. L’histoire serait belle.

PARTAGER

10 Commentaires

  1. Comme chaque saison, ceux qui nous aurons fait le + chier ce sont les Jets 😉

    Sinon je faisais partis des sceptiques apres la branlee de Kansas notamment du au fait de notre OL scandaleuse qui ne laissait pas le temps a Brady de lancer. Nette amelioration de ce cote la apres.

    La machine offensive s est mise en route avec le retour du Gronk qui a change le visage de l attaque en redevenant le monstre qu il etait.

    Maintenant place au SB. L attente est bcp trop longue a mon gout

  2. Ça sent le grand match, avec deux magnifiques équipes et des jeux diamétralement opposés. Vivement dimanche et je l’espère avec un match avec du suspense et la victoire des Patriots au bout. 4 victoires au SB ça aurait de la gueule d’être au même niveau que Joe cool. Putain qu’est ce que j’aime ce sport….

LAISSER UN COMMENTAIRE