PARTAGER

patriots_logo131111Robert Kraft n’est pas content. Lundi, alors que les Patriots donnaient leurs premières interviews à Phoenix, le propriétaire de la franchise est monté le premier sur le podium.

Alors que les journalistes présents attendaient de pouvoir interroger Bill Belichick, ils ont donc d’abord eu droit au discours de Kraft.

« J’ai parlé à coach Belichick. J’ai parlé à Tom Brady. J’ai pris le temps pour comprendre au mieux ce qui se passe lors de la préparation des ballons pour les matches », a-t-il expliqué. « Et je veux qu’il soit clair que je crois sans conditions que les Patriots n’ont rien fait d’inapproprié ou de contraire aux règles NFL. »

« Tom, Bill et moi sommes ensemble depuis 15 ans. Ce sont mes gars, ils font partie de ma famille. Et Bill, Tom et moi avons eu beaucoup de discussions difficiles au fil des années, et ils ne m’ont jamais menti. C’est pour ça que je me permets de dire ce que je viens de dire. Et ça m’embête beaucoup que leur réputation et leur intégrité, et par association celle de l’équipe, ait été remise en question lors de la semaine écoulée. »

« Si l’enquête n’est pas capable de déterminer clairement que notre équipe a triché avec la pression des ballons, j’attends et j’espère que la ligue s’excusera auprès de toute notre équipe, et en particulier Coach Belichick et Tom Brady, pour ce qu’ils ont du endurer cette semaine. Je suis déçu de la manière dont toute cette histoire a été gérée et reportée. Nous attendons que la conclusion de cette investigation soit fondée sur des faits réels plutôt que des preuves circonstancielles qui ont fuité. »

Le ton était grave. Derrière, Belichick n’a pas voulu répondre aux questions sur le sujet. Désormais, les Patriots tentent de se concentrer sur le Super Bowl.

PARTAGER

12 Commentaires

  1. Le seul mot important de Kraft: "Si"… Comme si cela faisait encore un doute pour lui…

    Quelle mauvaise communication… Après avoir passé la semaine à se justifier, à organiser une conférence de presse pour le coach qui ne parle généralement que très peu à la presse… Maintenant, devoir mobiliser le propriétaire…

LAISSER UN COMMENTAIRE