PARTAGER

seahawks_logo131Seattle, ses Seahawks, sa Legion of Boom, son CenturyLink Field et son 12e homme. Depuis plusieurs années, la renommée des fans de la franchise n’est plus à refaire et est même devenue un produit marketing. Seulement, comme le rapporte KING-5 News, la licence autorisant l’équipe à utiliser ce terme expire dans un an.

Une licence, car le « 12th man » n’appartient pas aux Seahawks. Utilisé depuis des décennies par la fac de Texas A&M, il est légalement protégé depuis 1990, accordant à l’université un droit de propriété exclusif. Ou presque. Depuis un différend entre les deux organisations, Seattle a obtenu le droit d’utiliser cette formule de façon limitée sous forme d’une licence en échange d’un paiement annuel de 5 000 dollars.

Conclu en 2006 l’accord était prévu pour 10 ans et arrivera donc à terme l’année prochaine. Et si Texas A&M semble disposée à poursuivre l’arrangement, elle pourrait revoir ses prétentions à la hausse et exiger un montant nettement plus élevé. Il faut dire que le regain de popularité de la franchise NFL et son usage intensif du 12e Homme comme argument commercial ont généré des profits non négligeables, celle-ci n’hésitant pas à vendre maillots et casquettes floqués du numéro 12.

Et après tout, lorsque l’on détient un avantage sur une franchise générant des millions de dollars de revenus et détenue par un multimilliardaire, on peut se permettre de quémander quelques dizaines de milliers de dollars supplémentaires. Une broutille.

PARTAGER