PARTAGER

cardinals_logo131Une chose semble assurée avant la Draft : les Cardinals ne sélectionneront pas un quarterback en provenance d’une université qui pratique la spread offense.

Les quarterbacks issus de ce type de système comme Robert Griffin III et Colin Kaepernick ont du mal à trouver la régularité au plus haut niveau. Et pour Bruce Arians, ce n’est pas un hasard.

« Très souvent, vous évaluez un quarterback qui n’a jamais appelé un jeu dans le huddle, n’a jamais utilisé un snap count », a rappellé le coach des Cardinals en conférence de presse vendredi. « Ils montrent une carte sur le bord du terrain, il tape du pied et il lance le ballon. Ce n’est pas ça jouer quarterback. Il n’y a pas de leadership impliqué dans ce cas. Il y a peut-être du leadership sur le banc, mais lorsque vous les récupérez et qu’ils doivent utiliser les codes pour appeler les jeux, qu’ils doivent les annoncer et changer le snap count, ils ont des années lumières de retard. »

Difficile de faire plus clair.

PARTAGER

9 Commentaires

    • En gros, c'est une attaque basée sur très peu de temps entre les snaps (up-tempo) et la mise en place d'un maximum de receveurs le long de la ligne de scrimmage pour donner de multiples solutions au Quarterback. Le QB de ces Spread Offense est un QB le plus souvent assez mobile et qui n'hésite pas à porter la balle quand c'est nécessaire.

      Les Eagles utilisent en partie ce système en NFL, mais si tu veux voir un vrai système de Spread Offense, va voir Oregon en NCAA par exemple.

  1. Oregon, dont le QB était Marcus Mariota cette année… Qui est en effet très mobile et physique (meilleur temps des QB sur 40 yards aujourd'hui) et qui est éventuellement pressenti pour être un futur franchise player… pas chez les cards a priori!

LAISSER UN COMMENTAIRE