PARTAGER

cowboys_logo1311Légende des Cowboys des années 70, Roger Staubach n’aurait, sous aucun prétexte, voulu jouer aux côtés de Greg Hardy. Le Hall of Famer a confié sur les ondes de KTCK-AM que s’il admire l’implication de la vice-présidente exécutive, Charlotte Jones Anderson, dans la lutte contre les violences domestiques, il a du mal à comprendre comment justifier la présence de Greg Hardy dans les rangs de la franchise.

« J’imagine que c’est une question d’interprétation des limites… Comme dans le cas Hardy, » explique Staubach. « Charlotte Jones est formidable. Elle est pleinement impliquée au sein des comités de la ligue. Je pense qu’elle est a essayé de se convaincre qu’il méritait une seconde chance. Je n’ai pas la moindre tolérance à l’égard des violences domestiques. Si j’avais dû prendre une décision, cela n’aurait probablement pas été bon pour les Cowboys. »

Déjà privé de 15 rencontres l’an passé, Greg Hardy a été suspendu pour 10 matchs supplémentaires la saison prochaine pour des incidents domestiques. Le genre de joueur que Roger Staubach ne souhaiterait pas compter parmi ses coéquipiers.

« Ça ne me plairait pas vraiment de me retrouver dans un vestiaire avec un type dont on sait qu’il a été coupable de violences domestiques. C’est mon sentiment, » ajoute le MVP 1971. « Aujourd’hui on en sait davantage sur la vie privée des joueurs. Par le passé, il y avait également des problèmes, mais jamais vraiment de violences domestiques ou de consommation de marijuana… Je suis certain que ça arrivait, nous n’étions juste pas au courant. J’aurais vraiment beaucoup de difficulté avec un coéquipier que tu considères courageux et fort sur le terrain… mais agresse une femme de quelque manière que ce soit, il n’y a aucune excuse possible pour cela. »

Roger Staubach serait visiblement moins tolérant que Jason Witten. Si les critiques à l’encontre de la signature de Greg Hardy ont été nombreuses, qu’elles viennent de l’une des figures les plus respectées dans l’histoire des Cowboys jette un peu plus le trouble sur cette décision polémique.

PARTAGER