PARTAGER

bears_logo13Running back exemplaire et souvent sous-estimé, Matt Forte aimerait un nouveau contrat. Mais contrairement à bien des camarades, il est conscient que bouder et faire la grève ne sont pas les meilleures options pour obtenir gain de cause.

« Si je ne me présente pas, tout le monde va s’en prendre à moi : ‘Oh, quel égoïste. Tu es ceci, tu es cela. Respecte ton contrat,' » explique le joueur dans les colonnes du Chicago Sun-Times. « Mais imaginons que je n’avais pas bien joué l’an passé et que les Bears avaient voulu me couper ou réduire mon salaire, ils auraient pu le faire. Ils auraient pu se débarrasser de moi. Mais personne ne s’en prend aux équipes pour ça. »

« C’est une ligue d’hypocrites. Voilà ce que c’est. En tant que joueur, tout ce que je peux faire c’est aller sur le terrain et bien jouer. »

La dure réalité de la ligue. Difficile de lui donner tort. Avec un an et 7,05 millions de dollars restant sur son contrat, Forte aimerait décrocher une prolongation qui, en plus d’être méritée au vu de ses performances, lui apporterait une certaine sécurité alors que l’heure du déclin approche lentement, mais sûrement.

Mais plutôt que d’imiter son compère Martellus Bennett, qui a choisi l’option grève sans grand succès jusque-là, Matt Forte préfère agir en joueur modèle, fâché, contrarié, mais professionnel.

« Soit ils veulent vous prolonger, soit ils ne le souhaitent pas, » tranche Forte. « Et personnellement, de mon point de vue, je le vois différemment : ‘Pourquoi ne le voudraient-ils pas ?' »

« Tout le monde dit, ‘Oh, t’as 29 ans ! T’es vieux.’ Mais je suis là. J’ai participé aux OTAs et au minicamp. Je suis le même que j’ai toujours été depuis je suis arrivé ici. Je n’ai pas régressé. Je continue de courir, attraper le ballon, réaliser mes tracés, tout faire pareil, être polyvalent, ce qui, comme je l’ai dit, apporte un plus à l’équipe. »

« Alors si je suis le GM, j’ai droit à une prolongation. »

Mais il n’est pas GM et n’aura probablement pas droit à cette prolongation pourtant bien méritée. Mais contrairement à bien d’autres, il en est conscient.

PARTAGER