PARTAGER

jets_logo131Il y a sept ans, Damon Harrison travaillait dans un centre commercial. Il transportait d’énormes sacs de nourriture pour chiens et chats et les déposait sur des étagères, non sans être passé avant par le département cosmétique.

Aujourd’hui, il vient de terminer sa troisième saison avec les Jets, la deuxième en tant que titulaire au centre de la ligne défensive. Depuis 2013, il a débuté les 32 rencontres de son équipe et cumulé 121 plaquages.

S’il évolue dans l’ombre de ses coéquipiers Sheldon Richardson et Muhammad Wilkerson, le joueur de 26 ans est certainement l’un des meilleurs à son poste. Lui pense même qu’il est au sommet.

« Si vous m’aviez demandé, après ma première année, ce que je pensais de moi en tant que joueur, j’aurais répondu de manière humble », a-t-il raconté via NFL.com. « Mais maintenant, j’ai le sentiment d’être le meilleur nose tackle de cette ligue. Si vous regardez la description de ce job, je suis celui qui le fait le mieux et je le dis avec beaucoup de confiance. »

Le défenseur a analysé les différentes forces en présence avant d’être sûr de sa force. Il a eu le temps de progresser, il est désormais prêt à prendre le pouvoir.

« J’ai regardé Vince Wilfork toute ma vie. Dontari Poe, Haloti Ngata, même s’il bouge beaucoup. Paul Soliai, j’ai étudié tout le monde parce que vous pouvez toujours prendre quelque chose à quelqu’un. Mais mon heure est arrivée. »

Prolongé pour un an en mars dernier par New York, l’ex-pensionnaire de William Penn va gagner 2,35 millions de dollars en 2015-16, avant de devenir agent libre.

S’il maintient son niveau de performance, un contrat bien plus lucratif l’attend pour confirmer le statut qu’il estime mériter et valider un parcours pour le moins atypique.

PARTAGER