PARTAGER

eric-fisher-2013draft-une-03082015

En attendant la saison 2015, Touchdown Actu vous propose de revenir et de prendre du recul sur les drafts qui ont eu lieu ces dix dernières années. Dernière étape de notre machine à voyager dans le temps : l’année 2013.

Les faits marquants

En 2012, Andrew Luck et Robert Griffin III. En 2014, une Draft attendue comme l’une des plus talentueuses de l’histoire de la National Football League, à l’image du phénomène Jadeveon Clowney. Entre les deux, un creux. Loin d’être excitant, le repêchage 2013 est centré sur les linemen, offensifs et défensifs. Au premier tour, ceux-ci sont appelés 18 fois sur 32, dont huit dans le Top 10.

Bien sûr, les joueurs sélectionnés cette année-là n’ont que deux ans d’expérience au niveau professionnel, il est donc difficile de porter un jugement définitif sur leurs qualités. Certains se révèleront peut-être dans le futur. Mais, aujourd’hui, les deuxième et troisième tours semblent avoir fourni plus de bons éléments que le tour d’ouverture.

La Draft 2013, c’est également un changement de style. La NFL est toujours plus tournée vers le jeu aérien et, pour la toute première fois, aucun coureur n’est appelé lors du premier tour. Un fait inédit qui s’est encore produit la saison suivante. Avec 11 étrangers choisis, 2013 est aussi la cuvée la plus cosmopolite, devant 2012 (5).

Le bilan du Top 10

1. Kansas City Chiefs – Eric Fisher, OT
Faits d’armes : catégorie pas encore existante
Carrière toujours en cours
Avant la Draft, Eric Fisher est vu comme un protecteur doué, mais un peu léger sur le plan physique. Il est naturellement comparé à Joe Staley, le tacle offensif de San Francisco sorti comme lui de Central Michigan. Positionné tacle droit pour sa première saison avec Kansas City, le jeune lineman débute 13 matches, mais ses performances ne sont pas celles espérées. Souvent, il semble dépassé par les évènements. Pour la campagne suivante, ses responsabilités augmentent puisqu’il passe sur le côté gauche, après le départ de Branden Albert vers Miami. Il est titulaire pour les 16 rencontres disputées par son équipe, mais les difficultés sont toujours présentes. Au mieux, il paraît sérieux et appliqué, mais il n’est pas un joueur dominant.

À seulement 24 ans, Fisher a les moyens de gagner en solidité et en maturité. Mais, si les Chiefs lui font encore confiance, il va rapidement devoir se montrer sous son meilleur jour s’il ne veut pas rejoindre le banc de touche.

2. Jacksonville Jaguars – Luke Joeckel, OT
Faits d’armes : pas mieux que son voisin du dessus
Carrière toujours en cours
Comme Kansas City, Jacksonville fait un choix sûr en appelant un lineman offensif. Comme pour les Chiefs, ce n’est peut-être pas la meilleure idée. Pour ses débuts en NFL, Luke Joeckel, placé à droite de la ligne, est plutôt bon. Suffisamment pour que les Jaguars envoient Eugene Monroe à Baltimore et lui confient le poste de tacle gauche après un petit mois de compétition. Malchance, l’ancien de Texas A&M se casse la cheville quelques jours plus tard. Il revient la saison suivante et reste en bonne santé, mais sur le terrain, lui et ses coéquipiers encaissent 71 sacks, le pire total de toute la ligue. Pas vraiment rassurant.

Le joueur de 23 ans est donc dans le même genre de situation que son homologue du Missouri. Ses dirigeants croient toujours en lui, mais le temps n’est pas son meilleur ami.

 3. Miami Dolphins – Dion Jordan, DE
Faits d’armes : 3 sacks, 3 passes défendues, 3 contrôles anti-dopage positifs, pas mal pour un numéro 3 !
Carrière toujours en cours
Après un accord avec Oakland, Miami monte dans la Draft pour sélectionner Dion Jordan. Avec Oregon, ce phénomène physique a évolué en tant que tight end avant de migrer vers la ligne défensive. Il doit prendre de l’expérience à un poste qu’il ne maîtrise pas totalement, mais il est destiné à être le successeur de l’impeccable mais vieillissant Cameron Wake. Aujourd’hui, les attentes ne sont plus du tout les mêmes. Après deux exercices NFL, le defensive end de 25 ans totalise plus de matches de suspension que de sacks. Il es d’ores et déjà écarté des terrains pour l’intégralité de la saison 2015-16, et va reprendre ses études. Peut-être devrait-il en profiter pour réapprendre le métier de footballeur professionnel.

 4. Philadelphia Eagles – Lane Johnson, OT
Faits d’armes : un joueur fiable, enfin !
Carrière toujours en cours
Retour à la position de tacle offensif et, enfin, une bonne pioche. Quarterback puis tight end avant de passer lineman à Oklahoma, Lane Johnson est un élément solide aux appuis rapides. Avant la Draft, beaucoup ont dit de lui qu’il ferait un excellent travail côté gauche. Aux Eagles, cette fonction est celle de Jason Peters, Johnson a donc commencé à l’autre extrémité de la ligne. Et si, pour sa première année, Philadelphie a eu la meilleure attaque au sol en NFL, le joueur de 25 ans a sa part de responsabilités dans cette réussite.

5. Detroit Lions – Ezekiel Ansah, DE
Faits d’armes : 15.5 sacks en deux saisons
Carrière toujours en cours
Deuxième défenseur de cette cuvée, Ezekiel Ansah a certainement un avenir brillant devant lui. Comme pour Miami avec Dion Jordan, Detroit a fait un pari en appelant le defensive end. À son arrivée en NFL, le Ghanéen n’a été titulaire que lors de sa dernière saison à Brigham Young, montrant une certaine polyvalence. Pour sa première campagne professionnelle, il ne déçoit pas. Il s’améliore chaque semaine, et cumule finalement huit sacks en 14 matches, dont 12 titularisations. La saison suivante, ses statistiques sont légèrement moins bonnes (7.5 sacks), mais son influence sur le jeu ne fait qu’augmenter. Avec les départs de Ndamukong Suh et Nick Fairley, le joueur de 26 ans devrait être encore plus impliqué l’an prochain et confirmer le fait que les Lions ont pris la bonne décision en le choisissant.

ezekiel-ansah-lions

6. Cleveland Browns – Barkevious Mingo, LB
Faits d’armes : 84 plaquages en deux saisons et…
Carrière toujours en cours
Athlétique et explosif, Barkevious Mingo a séduit plusieurs équipes NFL pendant son passage à Louisiana State. Finalement, ce sont les Browns qui l’ont attrapé dans leurs filets. Mais après 30 matches joués pour Cleveland, le défenseur de 24 ans n’a pas encore démontré tout son potentiel. S’il a bien totalisé cinq sacks pour sa saison rookie, il n’a atteint le lanceur adverse que deux fois l’an dernier. Ses progrès contre la course sont réels, mais il est normal d’attendre plus d’un talent sélectionné en 6e position.

7. Arizona Cardinals – Jonathan Cooper, G
Faits d’armes : FBI, porté disparu
Carrière toujours en cours
Jonathan qui ? En faisant venir un guard, les Cardinals font le choix de la sécurité le soir de cette Draft 2013. Problème, Jonathan Cooper se fracture très vite le péroné, et manque toute la saison 2013-14. Le joueur de 25 ans doit être titulaire en tant que guard gauche l’année suivante, mais il est critiqué par son coach Bruce Arians pendant le camp d’entraînement, et est devancé par le très connu Ted Larsen. Difficile de vivre pire début de carrière. Pour l’ancien lineman offensif de North Carolina, l’objectif est maintenant de sortir de l’anonymat.

8. St. Louis Rams – Tavon Austin, WR
Faits d’armes : un match à 3 touchdowns et un célébration bizarre, c’est déjà ça !
Carrière toujours en cours
La course aux linemen s’est donc terminée au 8e rang. Dans les mois et jours qui ont précédé la Draft, Tavon Austin n’a cessé de grimper dans les prévisions des spécialistes. Il faut dire que sa dernière saison à West Virginia a été superbe : 1 289 yards à la réception et 643 yards à la course pour 17 touchdowns. Capable de tout faire, le receveur doit être l’arme parfaite pour le football moderne. Il y a peut-être une chance pour qu’il le devienne vraiment, mais jusqu’ici, les fans de St. Louis n’ont pas eu droit à ce type de joueur. Austin (24 ans), c’est 71 réceptions pour 660 yards en 28 matches, et la preuve qu’être bon partout n’est pas un gage d’être très bon quelque part.

9. New York Jets – Dee Milliner, CB
Faits d’armes : 17 passes défendues et 3 interceptions pour sa première saison, un égo surdimensionné
Carrière toujours en cours
Il n’est jamais facile pour un jeune cornerback d’intégrer la NFL et de comprendre ses systèmes. Mais lorsque Dee Milliner arrive à New York, les Jets viennent d’échanger l’excellent Darrelle Revis, chouchou du public. La tâche s’annonce donc d’autant plus immense pour l’ancien défenseur d’Alabama. Se débuts en tant que titulaire ne sont pas catastrophiques, mais il perd sa place après plusieurs erreurs. Rex Ryan est tout de même prêt à lui confier un grand rôle pour 2014-15. Malheureusement, il se blesse à une cheville, puis ne participe qu’à trois matches avant de se déchirer le tendon d’Achille en semaine 6. Avec les retours de Darrelle Revis et Antonio Cromartie au bercail, le joueur de 23 ans a désormais tout le temps de revenir en pleine forme, mais son rôle dans l’effectif de Todd Bowles va forcément diminuer.

 10. Tennessee Titans – Chance Warmack, G
Faits d’armes : titulaire pour ses 32 premiers matches NFL
Carrière toujours en cours
À la fin de son cursus universitaire, Chance Warmack est pour beaucoup le meilleur joueur d’Alabama. Certains le voient même comme le plus talentueux de la Draft, toutes positions confondues. Ces attentes ont transformé le début de carrière du guard en une déception. Il n’a pas été mauvais, il a même débuté les 32 matches que les Titans ont disputé depuis 2013. Mais le lineman de 23 ans n’a pas non plus été vraiment bon au point de faire parler de lui et de son jeu. Il devait pourtant en être ainsi.

Les réussites

Le Top 10 n’a certes pas été flamboyant, mais le reste du premier tour a quand même révélé des joueurs talentueux. D.J. Fluker (Chargers, OT, 11e) est un lineman offensif régulier. Sheldon Richardson (Jets, DT, 13e, DROY) a des ennuis avec la justice, mais il est sans doute le meilleur défenseur de cette Draft 2013.

Star Lotulelei (Panthers, DT, 14e), Kenny Vaccaro (Saints, S, 15e), Eric Reid (49ers, S, 18e), Kyle Long (Bears, G, 20e), Desmond Trufant (Falcons, CB, 22e), Xavier Rhodes (Vikings, CB, 25e), DeAndre Hopkins (Texans, WR, 27e), Cordarrelle Patterson (Vikings, WR, 29e) et Travis Frederick (Cowboys, C, 31e) ont tous montré de bonnes choses sur les terrains NFL.

eric-reid-49ers

Les busts

Dion… non, comme dirait Bill Belichick, le sujet a déjà abordé. Encore une fois, il n’est pas simple de débattre des qualités de joueurs qui n’ont que deux années professionnelles derrière eux, surtout lorsque l’on évoque les échecs.

Le meilleur exemple est D.J. Hayden (Raiders, CB, 12e). En novembre 2012, il souffre d’une rupture d’un vaisseau sanguin, un accident qui aurait pu lui faire perdre bien plus qu’une carrière dans le football. Oakland hésite tout de même à le prendre en 3e position, avant de descendre et de l’appeler un peu plus loin. Après deux saisons NFL, le joueur de 25 ans n’a participé qu’à 18 matches à cause de nombreuses blessures, pour deux interceptions et quelques problèmes d’adaptation. Mais ce ne serait pas juste de le ranger dans la catégorie des busts sans l’avoir laissé exprimer son potentiel.

Et que dire d’EJ Manuel (Bills, QB, 16e), seul lanceur sélectionné au premier tour ? Mobile, puissant et plutôt productif avec Florida State, le quarterback débarque à Buffalo, et débute dix rencontres comme rookie, mais il est moyen. L’année d’après, il est vite remplacé par le vétéran Kyle Orton. Récemment, les rumeurs l’ont porté hors de l’État de New York. Pas un bon signe mais peut-être que, comme le bon vin, le joueur de 25 ans va se bonifier avec le temps.

Le steal

Le’Veon Bell, RB – Steelers – 48e position

Sélectionné à la 48e place par Pittsburgh, Le’Veon Bell n’est pas le premier coureur appelé lors de cette Draft 2013. Cet honneur revient à Giovani Bernard (Bengals, 37e). Mais il est sans aucun doute le meilleur, même si Eddie Lacy (Packers, 61e, OROY) est un concurrent sérieux.

Pour son année découverte avec les Steelers, l’ancien running back de Michigan State montre déjà de belles qualités. En 13 matches, il avale 860 yards au sol et 399 yards dans les airs, pour huit touchdowns. La saison suivante, il est simplement exceptionnel. Il produit 1 361 yards à la course, 854 yards à la réception et totalise 11 touchdowns en 16 rencontres. Bell n’a que 23 ans, mais il a déjà atteint le Pro Bowl et la first-team All-Pro. Très certainement l’un des futurs grands noms de la NFL.

leveon-bell-steelers

Les bonnes affaires

Zach Ertz, TE – Eagles – 2e tour
94 réceptions pour 1 171 yards en 32 matches.

Darius Slay, CB – Lions – 2e tour
95 plaquages, 22 passes défendues et 2 interceptions en 29 matches.

Kiko Alonso, LB – Bills – 2e tour
159 plaquages et 4 interceptions en 16 matches.

Jamie Collins, LB – Patriots – 2e tour
159 plaquages et 2 interceptions en 31 matches, vainqueur du Super Bowl XLIX.

Travis Kelce, TE – Chiefs – 3e tour
67 réceptions pour 862 yards en 17 matches.

Tyrann Mathieu, CB – Cardinals – 3e tour
106 plaquages et 3 interceptions en 26 matches.

Keenan Allen, WR – Chargers – 3e tour
148 réceptions pour 1 829 yards et 12 touchdowns en 29 matches.

Jelani Jenkins, LB – Dolphins – 4e tour
127 plaquages en 31 matches.

David Bakhtiari, OT – Packers – 4e tour
32 titularisations sur le côté gauche d’Aaron Rodgers.

Kenny Stills, WR – Saints – 5e tour
95 réceptions pour 1 572 yards en 31 matches.

Paul Worrilow, LB – Falcons – Non drafté
269 plaquages en 32 matches.

C.J. Anderson, RB – Broncos – Non drafté
186 courses pour 887 yards et 8 touchdowns en 20 matches, Pro Bowl (2014).

PARTAGER