PARTAGER

Suite de la présentation équipe par équipe de la saison 2015. Au programme aujourd’hui : les Cleveland Browns.

La saison 2014 des Browns a été celle de tous les paradoxes. Comme toujours, pourrait-on dire, un bilan négatif, une fin de saison ratée et l’impression que tout est à reconstruire. Pourtant, ce même bilan est le meilleur depuis des années et la première partie de saison de Cleveland les avait placés en position favorable pour revenir en playoffs. Avec d’excellents joueurs dans pratiquement tous les compartiments du jeu, sauf dans celui qui importe le plus, les Browns arriveront-ils enfin à se separer de leur label de « Factory of Sadness » (usine à malheur) en 2015?

La saison dernière :  7 victoires – 9 défaites.

Les Browns devront encore compter sur Paul Kruger et ses collègues de la defense pour gagner des matches.
Les Browns devront encore compter sur Paul Kruger et ses collègues de la defense pour gagner des matches.

Mouvements à l’intersaison : Une fois n’est pas coutume, l’intersaison des Browns s’est passée relativement tranquillement, le highlight étant surtout la cure de désintox’ à laquelle s’est inscrit volontairement Johnny Manziel. A son poste de quarterback, les dirigeants ont laissé partir Brian Hoyer et engagé Josh McCown comme titulaire, espérant récupérer celui qui jouait chez les Bears en 2013 plutôt que le joueur totalement dépassé aperçu chez les Bucs l’an passé.
La perte de Jordan Cameron, parti chez les Dolphins, laisse un grand vide dans l’attaque des Browns, tellement le tight-end était devenu la cible favorite. Les nouveaux arrivants, Dwayne Bowe et Brian Hartline, auront du mal à compenser le déficit.
Peu de changements en défense, mis à part le départ de Buster Skrine pour les Jets, bien remplacé par Tramon Williams, en provenance de Green Bay.

Arrivées notables : Josh McCown (QB), Dwayne Bowe (WR), Brian Hartline (WR), Rob Housler (TE), Randy Starks (DT), Tramon Williams (CB), Andy Lee (P), Terrelle Pryor (WR-QB).
Re-Signatures: John Hughes (DE), Ryan Seymour (OL), Shaun Draughn (RB)
Draft : 
Danny Shelton (NT), Cameron Erving (C), Nate Orchard (DE/OLB), Duke Johnson (RB), Xavier Cooper (DE/DT), Ibraheim Campbell (S), Vince Mayle (WR).
Pertes notables :
Brian Hoyer (QB), Miles Austin (WR), Jordan Cameron (TE), Ahtyba Rubin (NT), Jabaal Sheard (DE/OLB), Buster Skrine (CB), Spencer Lanning (P).

Les points forts : Comme pour toutes les équipes de l’AFC Nord, la défense de Cleveland est un véritable atout. Les deux cornerbacks, Joe Haden et Tramon Williams, sont d’un niveau Pro Bowl tandis que le duo de safeties Donte Whitner/Tashaun Gipson fait partie des meilleurs de la ligue à cette position. L’arrivée du massif Danny Shelton, au poste de nose-tackle, doit compenser le départ d’Ahtyba Rubin et ne rien faire perdre au Front Seven, où Paul Kruger reste un meneur ultra-important. Un vétéran comme Randy Starks amènera également encore plus d’expérience. Avec d’excellents remplaçants capables de rentrer en cas de blessure, ou de situations de jeu favorables, cette unité défensive des Browns est réellement impressionnante et devrait faire parler d’elle.
La ligne offensive des Browns est également l’une des meilleures de NFL, sous la coupe des Pro-Bowlers Joe Thomas et Alex Mack, dont la blessure l’an dernier a encore démontré l’importance. Joel Bitonio et John Greco, leurs collègues aux postes de guard, se sont mis à leur niveau tandis que Mitchell Schwartz est un solide titulaire. Si cette unite protège terriblement bien le quarterback, le problème reste ce quarterback, quelqu’il soit…
Enfin, même si elle ne compte pas de stars, l’escouade de running-backs à la disposition de Mike Pettine devrait être efficace maintenant qu’elle ne compte plus Trent « 3.0 » Richardson dans ses rangs et Isiah Crowell a montré de belles choses en 2014. Le véritable problème pour cette unité reste la forte mobilisation des défenses adverses contre la course, vu le caractère assez pathétique de l’attaque aérienne des Browns.

Les points faibles : Doit-on encore le rappeler? Le poste de quarterback des Browns est une sorte de trou noir depuis des années, voire depuis leur retour en NFL en 1999. Seul Derek Anderson en 2007 et Brian Hoyer, l’an passe, ont pu laisser espérer les fans… Ce sera encore le cas cette année avec un game-manager comme Josh McCown, et Johnny Football sur le banc attendant sa chance. Lorsqu’il l’avait eu l’an dernier, sa performance avait été ridicule, peu aidé par le plan de jeu décidé par les coaches ce jour-là.
Pas de grand quarterback chez les Browns donc les dirigeants ont dû se dire qu’investir dans des receveurs ne servaient sans doute à rien. Dwayne Bowe n’est plus que l’ombre de lui-même et Brian Hartline, pour courageux qu’il soit, est limité dans son impact. Les Browns ont été l’équipe qui a marqué le moins de touchdowns à la passe la saison dernière en NFL (12) et ils devraient être de nouveau en course pour la première place de ce classement en 2015…
Bref, si le secteur défensif, dans son ensemble, est le gros point fort des Browns, l’attaque aérienne des Browns devrait, une nouvelle fois, apporter son lot de malheur.

Facteur(s) X : Le calendrier, plutôt favorable en début de parcours, des Browns peut-il créer une dynamique positive sur les bords du Lac Erie? Avec ces matches « gagnables » lors des trois premières semaines, les Browns peuvent emmagasiner de la confiance et leur attaque peut espérer se trouver et s’améliorer sans avoir à aller chercher les victoires. C’est avec un effectif presque identique que les Browns étaient en tête de l’AFC Nord après 9 semaines l’an dernier. Peuvent-ils de nouveau y rêver et, cette fois-ci, ne pas s’écrouler? Le début de saison sera capital. S’il tourne mal, le #1 de la draft 2016 sera surement en vue…

Calendrier : @Jets, Titans, Raiders, @Chargers, @Ravens, Broncos, @Rams, Cardinals, @Bengals, @Steelers, Bye, Ravens, Bengals, 49ers, @Seahawks, @Chiefs, Steelers .

En résumé : Une défense au sommet de son art mais une attaque où l’on discerne mal d’où pourrait provenir le danger. A moins d’une embellie et d’un départ canon, on voit mal les Browns aller accrocher quelque chose dans l’AFC Nord.

Le pronostic : 6 victoires –  10 défaites.

PARTAGER