PARTAGER

Suite de la présentation équipe par équipe de la saison 2015. Au programme aujourd’hui : les San Francisco 49ers

Après trois finales de conférence consécutives, les 49ers sont violemment redescendu sur terre l’an dernier avec un bilan à l’équilibre. Probablement lâché par ses joueurs, Jim Harbaugh s’est semble-t-il retrouvé esseulé à la tête d’un navire en plein naufrage qu’il n’a pu sauver seul. Jed York, le propriétaire et Trent Baalke, le manager général ont donc prit la décision de changer de direction.

Ancien coach de la ligne défensive, Jim Tomsula prend donc les clés d’une franchise pour la première fois de sa carrière en NFL. Succéder à Jim Harbaugh ne sera pas une tâche facile tant le nouveau coach de l’université de Michigan a laissé une imposante emprunte dans la baie de San Francisco.

La saison dernière : 8 victoires – 8 défaites (3ème NFC West).

Déjà la saison de la dernière chance pour Colin Kaepernick ?

Mouvements à l’intersaison : Longtemps pressenti pour devenir le successeur de Jim Harbaugh, Vic Fangio, l’ancien coordinateur défensif a été invité à voir ailleurs pour laisser la place à Jim Tomsula. A peine le temps de se trouver un nouveau staff que l’ancien head coach du Rhein Fire en NFL Europe a essuyé les retraites de Chris Borland, Anthony Davis, Justin Smith et surtout Patrick Willis. Des départs à la retraite qui s’ajoutent aux fins de contrat de Frank Gore, Michael Crabtree, Stevie Johnson, Mike Iupati, Perrish Cox, Chris Culliver et Andy Lee. Ray McDonald et Aldon Smith ont eux été renvoyés pour des ennuis judiciaires à répétition.

Dans ce véritable marasme, les 49ers ont heureusement enregistrés des renforts intéressants. Reggie Bush va ,une nouvelle fois, tenter de se relancer. Torrey Smith vient lui combler le (très) gros manque des 49ers à un poste de receveur qui manquait de vitesse. Il y retrouvera son vieux compère des Ravens, champions en 2013, Anquan Boldin. Les 49ers se sont aussi permis le luxe de jouer un sale tour aux Cardinals en leur chipant l’expérimenté Darnell Dockett. Du côté de la draft, il est difficile d’imaginer l’un des nouveaux arrivants jouer un rôle important dès leur première saison. Mais la plupart ont un potentiel qui pourrait s’avérer intéressant dans quelques années.

Arrivées notables : Reggie Bush (RB), Torrey Smith (WR), Erik Pears (G), Darnell Dockett (DE/DT), Philip Wheeler (LB), Nick Bellore (LB), Shareece Wright (CB).
Re-signatures : Blaine Gabbert (QB), Garrett Celek (TE), Michael Wilhoite (LB).
Draft : Arik Armstead (DE/DT), Jaquiski Tartt (S), Eli Harold (DE), Blake Bell (TE), Mike Davis (RB), DeAndre Smelter (WR), Bradley Pinion (P), Ian Silberman (G), Trenton Brown (OT), Rory Anderson (TE).
Pertes notables : Patrick Willis (LB), Aldon Smith (DE), Frank Gore (RB), Michael Crabtree (WR), Stevie Johnson (WR), Anthony Davis (OT), Mike Iupati (G), Chris Borland (LB), Justin Smith (DE), Ray McDonald (DT), Perrish Cox (CB), Chris Culliver (CB), Andy Lee (P)

Les points forts : L’ancienne paire de receveur Torrey Smith-Anquan Boldin qui a fait le succès des Ravens de 2013 est de retour sous le maillot de San Francisco. Si elle n’a pas sévit depuis deux ans, elle reste prometteuse. Boldin a montré l’an dernier qu’il était toujours aussi efficace et digne de confiance. Smith, lui, répondu au très fort besoin d’une cible dans la profondeur. Le bras puissant de Colin Kaepernick était, en effet, bridé par le manque de vitesse de son corps de receveur la saison dernière.

En défense, le retour de Bowman pourrait être déterminant. Au delà de son apport sur le terrain qui ne souffre d’aucune contestations, ses qualités de meneur de troupes pourraient s’avérer extrêmement importantes après le départ à la retraite de ceux qui faisaient office de véritables capitaines du vestiaire, Patrick Willis et Justin Smith. Il sera aussi déterminant pour maintenir le niveau d’un front seven qui a fait le succès des 49ers ces dernières années.

Les points faibles : A l’orée de la saison 2015, la ligne offensive n’inspire guère confiance. Déjà en souffrance l’an dernier, elle a en plus perdu Mike Iupati, l’un de ses meilleurs spécialistes ces dernières saisons. Joe Staley fait office de leader esseulé pour tenter de tirer quelque chose de ce groupe de linemen. Point positif, Jonathan Martin a été sacrifié.

Du côté du poste de cornerback, l’inquiétude n’est pas moins grande. Si le solide Tramaine Brock est toujours la, la franchise de San Francisco n’a pas prolongé le très efficace Perrish Cox et l’espoir déchu, Chris Culliver. A la place, le très peu rassurant Shareece Wright est arrivé pour entourer la jeune garde rouge et or constituée de Keith Reaser et Dontae Johnson. Heureusement pour eux, ils seront aidés par un duo de safety efficace (Eric Reid-Antoine Bethea) même si cela pourrait ne pas suffir.

Facteur(s) X : Le duo Colin Kaepernick-Jim Tomsula apparaît comme la clé de la saison des 49ers. La relation entre un head coach et son quarterback change souvent beaucoup de choses et cela pourrait encore être le cas à San Francisco. En effet, si Tomsula parvient à mettre en place les ingrédients pour offrir suffisamment de temps à son quarterback pour prendre ses décisions, cela pourrait changer pas mal de choses. Avec l’arrivée de Reggie Bush et Torrey Smith et la présence d’Anquan Boldin et Vernon Davis, Colin Kaepernick a en tout cas tout les ingrédients pour devenir le franchise quarterback que les 49ers ont cru voir en lui. Si, en revanche, il venait à décevoir encore, par la faute de Tomsula ou non, la saison des 49ers pourrait se transformer en véritable chemin de croix au vu de l’ardu calendrier.

Calendrier : Vikings, @Steelers, @Cardinals, Packers, @Giants, Ravens, Seahawks, @Rams, Bye week, Falcons, @Seahawks, Cardinals, @Bears, @Browns, Bengals, @Lions, Rams

En résumé : Malgré une pluie de départ, les 49ers ont encore de sérieux atouts à faire valoir. Evidemment, leur finale de conférence NFC, il  y a seulement 18 mois, semble déjà très loin. Mais si Jim Tomsula et son staff parviennent à mettre en place un système efficace convenant mieux aux joueurs, les 49ers devraient continuer à embêter pas mal de monde.

Le pronostic : 8 victoires – 8 défaites (3/4èmes de la NFC West)

PARTAGER