PARTAGER

une_buffalo_260815

Suite de la présentation équipe par équipe de la saison 2015. Au programme aujourd’hui : les Buffalo Bills

Dans le sillage d’une défense efficace, les Buffalo Bills ont parfaitement su poursuivre leur progression en 2014. Pas loin d’une place en playoffs dans une division ou se trouvait le futur vainqueur du Super Bowl, les Bills ont montré qu’ils étaient l’une des équipes à surveiller à l’avenir.

Renforcé par les arrivées de, notamment, Percy Harvin et LeSean McCoy, les Bills ont surtout fait parler d’eux en faisant venir l’ancien coach charismatique des Jets, Rex Ryan. Mais en l’absence d’un vrai quarterback numéro 1, ces arrivées clinquantes suffiront-elles à ramener les Bills en phases finales ?

La saison dernière : 9 victoires – 7 défaites (2ème AFC East).

E.J. Manuel pourra-t-il enfin justifier sa sélection au premier tour de la draft 2013 ?

Mouvements à l’intersaison : Débarqué des Jets en fin de saison 2014, Rex Ryan n’a pas choisi n’importe quel point de chute. En arrivant à Buffalo, il reste dans la même division envoyant déjà un petit pic à son ancien employeur. Si il arrive dans une équipe bien mieux fournie des deux côtés du terrain que celle qu’il a connu à New York l’an dernier, Ryan vient se heurter au même type de problème qui a gaché la fin de son aventure verte et blanche, à savoir le faible niveau de ses quarterbacks. Et ce ne sont pas les arrivées de Matt Cassel et Tyrod Taylor pour concurrencer E.J. Manuel qui risquent d’y changer quelque chose. Cela dit, le grand Rex n’est pas resté inactif pour autant. Si il arrive avec Percy Harvin dans ses valises, il a fait encore plus fort. Quelques jours seulement après l’officialisation de son arrivée, les Bills ont mis sur pied LE gros échange de cette intersaison en faisant venir LeSean McCoy des Eagles contre Kiko Alonso.

Du côté des départs, le quarterback titulaire, Kyle Orton est parti à la retraite. Le running back C.J. Spiller qui n’a jamais réussi à s’imposer est lui parti vers la Nouvelle Orléans. En ce qui concerne la draft, les Bills, privés de choix du premier tour n’ont pas réellement pesé sur les événements. Cependant quelques choix intéressants seront à surveiller de près comme le cornerback Ronald Darby, le tight end Nick O’Leary et le receveur Dezmin Lewis.

Arrivées notables : Matt Cassel (QB), Tyrod Taylor (QB), LeSean McCoy (RB), Percy Harvin (WR), Jerome Felton (FB), John Conner (FB), Charles Clay (TE), Richie Incognito (G).
Re-signatures : Marcus Easley (WR), Jerry Hughes (DE), Jarius Wynn (DE).
Draft : Ronald Darby (CB), John Miller (G), Karlos Williams (RB), Tony Steward (LB), Nick O’Leary (TE), Dezmin Lewis (WR).
Pertes notables : Kyle Orton (QB), C.J. Spiller (RB), Scott Chandler (TE), Lee Smith (TE), Chris Hairston (OT), Erik Pears (G), Kiko Alonso (LB), Brandon Spikes (LB), Da’Norris Searcy (S).

Les points forts : Les Bills se présentent pour cette saison 2015 avec l’une des plus complètes et plus fortes défenses de la ligue. Il sera intéressant de voir comment cette défense qui a autorisé moins de 20 points par match la saison dernière va s’adapter au changement vers une défense en 3-4 chère à Rex Ryan. Ce schéma correspond de toute façon mieux à Jerry Hughes en linebacker extérieur ce qui devrait améliorer encore un peu plus le rendement de son duo avec Mario Williams. La ligne défensive fera toujours aussi peur menée par Marcell Dareus et Kyle Williams. Avec autant de pression mise sur le quarterback adverse par le front seven, la ligne arrière devrait encore une fois se régaler.

Sammy Watkins a réalisé une très grande saison rookie et sera encore le fer de lance de l’attaque aérienne. Rejoint par Percy Harvin qui a l’air de se sentir bien à Buffalo, le corps de receveur des Bills pourrait faire de gros dégats, sur le papier en tout cas. Et avec l’arrivée de LeSean McCoy, la double menace sera enfin au rendez vous pour brouiller les cartes.

Les points faibles : L’un des seuls point faible de cette équipe est certainement le pire à avoir dans la NFL d’aujourd’hui. Il suffit de jeter un oeil aux quarterbacks présents dans l’effectif pour comprendre l’ampleur de la tâche qui attend Rex Ryan et ses assistants. Aussi talentueuse soit-elle, il parait difficile de faire gagner réellement une équipe avec comme lanceur, E.J Manuel, Matt Cassel ou Tyrod Taylor. Si le vieil adage dit que ce sont les défenses qui gagnent des titres, il semble qu’il ne soit plus applicable aujourd’hui. Depuis plus de dix ans, aucune équipe n’a gagné un Super Bowl sans un franchise quarterback reconnu.

Le quarterback qui sera envoyé au feu par Rex Ryan ne sera pas non plus aidé par une ligne offensive inquiétante. Le tackle Cordy Glenn semble être le seul lineman talentueux dans cette équipe. Si le centre Eric Wood semble correct, le reste du corps de linemen apparaît médiocre et même Richie Incognito, nouveau venu, semble promis à une place de titulaire.

Facteur(s) X : Rex Ryan semble être à la fois une force et une faiblesse pour cette équipe. Si son expertise défensive doit permettre aux Buffalo Bills d’atteindre une plénitude rare, il a aussi montré ses limites à New York quand il s’agissait de tirer un parti correct d’un quarterback limité. Cela dit, si il y parvenait, les Bills pourraient rapidement devenir un concurrent sérieux face aux Patriots qui seront en plus privé de leur maître à jouer pendant un quart de la saison. Malheureusement, le gruyère qui semble se présenter en guise de ligne offensive pourrait lui compliquer encore un peu plus la tâche.

Calendrier : Colts, Patriots, @Dolphins, Giants, @Titans, Bengals, @Jaguars, Bye week, Dolphins, @Jets, @Patriots, @Chiefs, Texans, @Eagles, @Redskins, Cowboys, Jets.

En résumé : Avec un quarterback correct, les Buffalo Bills seraient surement parmi les favoris pour jouer le prochain Super Bowl. Toute la cruauté de la NFL d’aujourd’hui est la, sans quarterback de talent, une équipe ne peut espérer grand chose. Malgré tout, avec une défense encore meilleure et des ajouts de tout premier plan en attaque, les Bills peuvent décemment viser un meilleur bilan que la saison dernière et pourquoi pas une place en playoffs. Voire plus loin que le divisional round paraît en revanche utopique.

Le pronostic : 10 victoires – 6 défaites (2ème/3ème de la AFC East)

PARTAGER