PARTAGER

roger_goodell_justice_040915

Si Roger Goodell avait prononcé une suspension de quatre matches contre Tom Brady dans l’affaire du Deflategate, le juge Richard Berman a simplement annulé cette sanction ce jeudi.

Et, dans un passé récent, c’est loin d’être la première fois que le commissionnaire de 56 ans voit les punitions qu’il inflige être réduites ou totalement effacées…

Le Bountygate

C’est l’une des affaires les plus médiatiques de ces dernières années en NFL. En début d’année 2012, plusieurs joueurs des New Orleans Saints sont accusés d’avoir participé à un système de primes illégales. Jonathan Vilma, Anthony Hargrove, Will Smith et Scott Fujita sont respectivement suspendus 16, 8, 4 et 3 rencontres.

Après plusieurs mois d’enquête et de discussions, Roger Goodell se retire de l’affaire et passe la main à Paul Tagliabue, ex-commissionnaire de la grande ligue. En décembre 2012, celui-ci reconnaît l’implication des concernés, mais annule toutes les suspensions.

Ray Rice

D’abord privé de deux matches pour violences domestiques, Ray Rice voit sa punition être augmentée lorsqu’une vidéo le montrant en train de frapper sa femme est publiée. Le coureur conteste le fait d’avoir été sanctionné deux fois pour la même chose.

En novembre 2014, la juge chargée de l’appel, en accord avec les arguments du joueur, décide de lever la suspension. Aujourd’hui, l’ancien des Baltimore Ravens n’a toujours pas retrouvé une place dans un effectif professionnel.

Adrian Peterson

Accusé de maltraitance sur son fils en septembre 2014, Adrian Peterson est dans un premier temps suspendu indéfiniment par la National Football League. Après avoir réglé ses problèmes avec la justice, il s’occupe de son avenir sportif.

Fin février 2015, après une longue procédure, le juge indépendant David Doty permet au MVP 2012 de retrouver les terrains. Le running back des Minnesota Vikings est officiellement réintégré le 17 avril.

Greg Hardy

En avril 2015, Greg Hardy est éloigné des terrains pour dix rencontres pour son comportement nuisible à la ligue. L’année précédente, son ex-compagne a dénoncé l’attitude violente du defensive end des Cowboys.

Finalement, la suspension est réduite à quatre matches en juillet et, dans le sillage de la victoire de Tom Brady et de la NFLPA, le joueur de Dallas pourrait faire appel en évoquant un motif différent de celui utilisé à la base.

De quoi inquiéter une fois de plus un Roger Goodell qui pâtit surtout de la non-existence d’un règlement clair et précis. Une remise en question s’impose, mais, peut-elle avoir lieu ? Rien n’est moins sûr.

PARTAGER