PARTAGER

tom_brady_preview2

Suite de la présentation équipe par équipe de la saison 2015. Dernier épisode aujourd’hui avec les champions en titre : les New England Patriots.

Cela semble désormais très loin, mais les Patriots abordent bien la saison 2015 avec une nouvelle bague. Entre temps, une intersaison mouvementée a complètement fait passer au second plan cette réalisation sportive.

Chahutés par le Deflategate, mais aussi sur le marché des transferts, les Pats’ ont-ils pu se préparer sereinement ? Pas sûr. Il vaudrait pourtant mieux que ce soit le cas, car la défense du titre ne sera pas aisée.

La saison dernière : 12 victoires – 4 défaites. Vainqueurs du Super Bowl.

Mouvements à l’intersaison : Le printemps a été dur pour la défense de New England. Darrelle Revis ? Brandon Browner ? Kyle Arrington ? Tous partis. Le coeur et le portefeuille de Revis étaient à New York, et son absence change considérablement la donne pour Bill Belichick, qui ne pourra plus compter sur un homme pour neutraliser un bon tiers du terrain.Le coach a beau dire qu’il ne faut pas en faire un plat, ce n’est pas une bonne nouvelle. Toute la couverture aérienne est à renouveler, avec des joueurs moyens qui vont se battre pour les places de titulaire.

Sur la ligne, Vince Wilfork a également quitté la ville. Ses muscles contre la course et son leadership manqueront. C’est le rookie Malcolm Brown qui aura la lourde responsabilité de prendre le relais. Il a du talent, mais il passe derrière un joueur qui pourrait terminer au Hall of Fame.

Shane Vereen n’était peut-être pas la plus grosse star du groupe, mais il a pris un rôle de plus en plus important la saison dernière, avec 96 ballons portés et 52 réceptions. L’inexpérimenté Travaris Cadet aura du travail pour le faire oublier. La bonne nouvelle, c’est que Bill Belichick réussit toujours à tirer le meilleur de ses coureurs, quel que soit leur nom.

La bonne affaire pourrait être l’arrivée du pass rusher Jabaal Sheard, qui pourrait bien convenir au système des Patriots.

Arrivées notables : Brandon Gibson (WR), Chimdi Chewka (CB), Kevin Dorsey (WR), Jabaal Sheard (DE),Scott Chandler (TE), Bradley Fletcher (CB), Robert McClain (CB), Travaris Cadet (RB)
Re-signatures : Devin McCourty (S), James Develin (FB), Chris White (LB), Brian Tyms (WR), Danny Amendola (WR), Chris White (LB), Alan Branch (DL),
Draft : Malcolm Brown (DT), Jordan Richards (S), Geno Grissom (DE/OLB), Trey Flowers (DE/OLB), Tre’ Jackson (OG), Shaq Mason (OL)
Pertes notables : Darrelle Revis (CB), Vince Wilfork (DT), Brandon Browner (CB), Shane Vereen (RB), Stevan Ridley (RB), Tim Wright (TE), Dan Connolly (OG), Jonathan Casillas (LB), Kyle Arrington (CB)

Les points forts : Tom Brady a peut-être 38 ans, mais il est un des meilleurs quarterbacks de l’histoire. Surtout, Rob Gronkowski est une cible d’exception, sur laquelle il peut se reposer. Car le receveur numéro un des Patriots, c’est bien leur tight end. Sa carrure et son talent attirent les défenseurs et libèrent des espaces pour ses coéquipiers. Julian Edelman sera encore là pour capter tout ce qui bouge et les autres, même s’ils ne sont pas les plus gros talents de la ligue, trouveront moyen d’apporter quelques yards. Le jeu offensif aérien sera donc encore la grande force de New England.

En défense, ce sont les linebackers qui sont les stars. Dont’a Hightower a pris une nouvelle dimension la saison dernière. Autour de lui, Jamie Collins est également un joueur de très haut niveau, et Jerod Mayo est également bien au-dessus de la moyenne s’il est bien remis de sa blessure de l’an dernier.

malcolm_butler_preview

Les points faibles : Qui va défendre sur les meilleurs receveurs adverses ? Logan Ryan a du talent mais peu d’expérience. Malcolm Butler est un héros suite à son interception au Super Bowl, mais il n’a débuté qu’un seul match dans sa carrière. Le risque de voir les Patriots se faire massacrer dans les airs par les Steelers, les Colts, les Cowboys ou les Broncos est réel. Le duo de safeties est un des meilleurs de la ligue, mais il aura du mal à éviter le naufrage si les cornerbacks prennent l’eau.

Le problème que pose cette faiblesse de l’arrière de la défense, c’est que le coordinateur défensif Matt Patricia ne pourra plus être trop agressif avec ses pass rushers, sous peine de voir ses arrières se faire punir. Dans une ligue tournée vers la passe, c’est un soucis majeur.

Facteur(s) X : Une bonne équipe se construit à partir de ses lignes. Chez les Patriots, c’est justement le gros point d’interrogation de l’année. En défense, il sera essentiel que la ligne soit productive avec les linebackers pour soulager la couverture aérienne. Ces dernières saisons, les Panthers ont par exemple réussi à préserver des cornerbacks et safeties fragiles avec un énorme front seven. Le potentiel est là, avec notamment l’excellent Chandler Jones. Mais il faudra être régulier.

En 2014, les Patriots avaient la treizième défense de la ligue. Il sera difficile mais essentiel de reproduire cette performance. On gagne rarement un titre avec une défense de bas de tableau.

En attaque, le problème pourrait être à l’intérieur. Nate Solder et Sebastian Vollmer sont des tackles solides, mais des questions se posent sur les postes de guard, où les rookies Tre Jackson et Shaq Mason pourraient rapidement se retrouver sur le terrain. Leur performance sera déterminante pour l’impact du jeu au sol, lui aussi essentiel dans les gros matches.

Enfin, il faudra garder un oeil sur le Deflategate. L’appel de la NFL suite à la levée de la suspension de Tom Brady par la justice laisse planer un doute sur une éventuelle suspension au cours de la saison, ce qui pourrait bouleverser toute la campagne. Il est plus probable que les choses trainent jusqu’à la saison prochaine, mais cette histoire pourrait encore grignoter un peu d’énergie à cette équipe.

Calendrier : Steelers, @Bills, Jaguars, Bye, @Cowboys, @Colts, Jets, Dolphins, Redskins, @Giants, Bills, @Broncos, Eagles, @Texans, Titans, @Jets, @Dolphins

En résumé : Les Patriots semblent clairement plus faibles que la saison dernière, et leur intersaison chaotique ne les a sûrement pas aidé à se préparer au mieux. Si l’attaque sera sûrement encore au rendez-vous, la défense pourrait coûter le titre à ce groupe. Cela rappelle en fait la physionomie de cette équipe lors des saisons 2009 à 2011, sans cornerback dominant et avec comme issue des défaites amères en playoffs.

La chance de New England, c’est d’évoluer dans une AFC Est toujours largement à leur portée, et une AFC qui ne comporte pas un énorme favoris ou une équipe ultra-complète des deux côtés du ballon. Avec un peu de la magie de Bill Belichick, cette équipe peut donc encore très bien jouer le titre, mais ce sera plus dur que l’an dernier.

Le pronostic : 11victoires – 5 défaites, prétendant au titre

PARTAGER