PARTAGER

Arthur-Blank-Dan-Quinn-12-09-2015Les Falcons ont 50 ans et toujours aucun titre au palmarès. Le Super Bowl, ils ne l’ont connu qu’une fois, en 1999. Un revers cinglant face aux Broncos de John Elway. Leur franchise quarterback, ils l’ont déjà trouvé en 2008. Si bien que pour le propriétaire, Arthur Blank, pas question de parler de reconstruction après deux saisons négatives, le limogeage de Mike Smith et l’arrivée d’un nouveau coach aux commandes en la personne de Dan Quinn.

L’objectif affiché est clair : gagner. Et vite. Tout de suite.

« Je l’ai dit à Dan (Quinn). Je l’ai dit à Thomas (Dimitroff, le GM, ndlr) pas plus tard qu’hier soir. Nous ne pensons pas à demain. Nous ne pensons pas à reconstruire ou bâtir. Nous voulons gagner et gagner maintenant, » confie Blank dans les colonnes du Atlanta Journal-Constitution. « Les fans des Falcons et tous les fans à travers la ligue ont le droit de savoir que les propriétaires et la direction de cette équipe feront tout leur possible pour envoyer sur le terrain une équipe capable de gagner. Nous n’attendrons pas de moment précis. Nous ne ménagerons pas nos efforts. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour nous donner l’opportunité de gagner. Nous le devons aux fans. Nous le devons à la NFL. »

Profiter des belles années de Matt Ryan

À 30 ans, Matt Ryan est en pleine maturité. Suffisamment expérimenté et encore assez jeune.

« C’est incroyablement important, » concède Arthur Blank. « J’ai souligné ce point, exactement le même, à Dan comme à Thomas. Matt est là depuis 8 ans. Il ne jouera probablement 8 saisons de plus. Peyton (Mannning) a 39 ans et joue encore, mais c’est un cas à part. Matt a 30 ans désormais. Nous voulons nous assurer d’avoir un excellent franchise quarterback. Nous voulons nous assurer de l’entourer le mieux possible. Dans tous les sens du terme. Il y a des équipes dans la ligue qui ont plein d’éléments, mais pas de quarterback. Elles galèrent, sélectionnent un quarterback et ce dernier n’y arrive pas. 50% des quarterbacks draftés au premier tour sont des busts. Ils ne réussissent pas dans la ligue. »

Ryan a réussi. Mais il lui manque toujours une bague au doigt. Pire encore, des 5 rencontres de playoffs disputées, il n’en a remporté qu’une seule. Pour Arthur Blank, il est temps que cela change. Et dès cette année.

PARTAGER