PARTAGER

brady une

Cette fois ça y est, la saison NFL, édition 2015 est lancée ! Et le moins que l’on puisse dire c’est que les surprises sont déjà au rendez vous. Si les jeunes Marcus Mariota et Carlos Hyde pointent le bout de leur nez, les habitués Tom Brady et Aaron Rodgers veillent au grain. J.J. Watt de son côté, se relance à l’assaut du graal individuel suprême. Bref, une semaine de compétition et déjà tellement de choses à voir, bienvenue en NFL !

1) Tom Brady (-) Quarterback – New England Patriots (1-0)
288 yards à 78,1% – 4 touchdowns pour 0 interception, 3 courses, 1 yard – 143,8 d’évaluation.
Et dire qu’il ne devait pas jouer ce match jusqu’à il y a quelques jours. Peut être aurait-ce été le jour de l’avénement de Jimmy Garoppolo ? On ne le saura jamais. Quoi qu’il en soit, Tom Brady a montré qu’il était encore et toujours l’un des meilleurs quarterback de sa génération. Son duo avec Rob Gronkowski fait de plus en plus de merveilles tout comme celui avec Julian Edelman. Probablement animé par la rage de vaincre par rapport à tout ses démêlés avec le désormais fameux deflategate, les Steelers ont payé pour apprendre. Qu’on se le dise, avec un Tom Brady à ce niveau, il sera difficile d’arrêter les Patriots cette saison.

2) Marcus Mariota (-) Quarterback – Tennessee Titans (1-0)
209 yards à 81,3% – 4 touchdowns pour 0 interception, 2 courses, 6 yards – 158,3 d’évaluation.
Premier match en NFL et première évaluation parfaite (!) pour Marcus Mariota. Son duel avec Jameis Winston, celui qui l’a devancé à la draft, était forcément très attendu et il a tourné court. C’est bien simple, l’un a montré qu’il était prêt à en découdre en NFL et l’autre a montré qu’il lui restait encore à progresser. Et ce n’est pas forcément dans l’ordre prédit par les experts NFL que cela s’est produit. Car c’est bien Marcus Mariota qui a prouvé qu’il avait déjà ce qu’il faut pour faire partie des meilleurs quarterback de la NFL assez rapidement. En seulement seize passes tentées, il est parvenu à parcourir 209 yards et offrir quatre touchdowns aux siens. Un festival dont n’étaient pas habitués les fans des Titans. Avec une telle performance dès son premier match, qui le place parmi les meilleurs débuts de tout les temps, il sera forcément de plus en plus scruté dans les semaines à venir. Et dire qu’il n’a pas encore montré ce qu’il savait faire avec ses jambes…

3) Carlos Hyde (-) Running-back – San Francisco 49ers (1-0)
168 yards pour 2 touchdowns à la course, 14 yards à la réception.
Les jeunes joueurs sont décidément à l’honneur en ce début de saison. Pourtant, il serait utopique de dire que Carlos Hyde était attendu à un tel niveau. Après plus de dix ans et bons et loyaux services, Frank Gore figurait en bonne place parmi la foule de départ ayant touché l’effectif californien et rien n’était assuré quand à la possibilité pour Hyde de reprendre le flambeau tout de suite. Il s’est pourtant montré très largement à la hauteur de son illustre prédecesseur en passant les 180 yards au total pour deux touchdown portant les 49ers à une très belle victoire, finalement peu attendue. Si il faudra confirmer dès la semaine prochaine à Pittsburgh, Hyde s’est affirmé comme une possible rafraîchissante surprise dans le milieu très dense des coureurs en NFL.

4) Aaron Rodgers (-) Quarterback – Green Bay Packers (1-0)
189 yards à 78,3% – 3 touchdowns pour 0 interception, 8 courses, 35 yards – 140,5 d’évaluation.
Si beaucoup des grands acteurs de la course au MVP de la saison dernière ne se sont pas montré au rendez vous du coup d’envoi de cette saison 2015, ce n’est pas le cas d’Aaron Rodgers. Même si au vu des performances stratosphérique qu’il nous a offert par le passé, ce match n’apparaît pas exceptionnel, il a tout de même fait preuve d’une incroyable efficacité. Toujours présent pour décourager de vaillants Bears, Rodgers a prouvé qu’il faudrait compter avec lui encore cette saison si il restait encore des sceptiques. Et l’absence de Jordy Nelson n’y changera probablement rien, n’en déplaise à ses détracteurs.

5) Rob Gronkowski (-) Tight End – New England Patriots (1-0)
5 réceptions, 94 yards et 3 touchdowns 
Après le distilleur, voici le finisseur. Maillon essentiel du dispositif de Bill Belichick, Rob Gronkowski a enfin pu mener une intersaison sans être embêté par le moindre pépin physique, et le résultat est sans appel. Dès la semaine 1, il est d’ores et déjà innarêtable. Certains diront que la défense des Steelers n’a pas fait grand chose non plus pour l’empêcher de briller et ils n’auront probablement pas tort. Il n’empêche que le dispositif défensif aura eu beau tout tenter au fur et à mesure du match, le Gronk a voulu marquer trois touchdowns, il a marqué trois touchdowns. Et si sa santé le laisse définitivement tranquille, il pourrait bien s’attaquer à quelques records cette saison.

6) Julio Jones (-) Receveur – Atlanta Falcons (1-0)
9 réceptions, 141 yards et 2 touchdowns 
Odell Beckham ? Calvin Johnson ? Dez Bryant ? A.J. Green ? Non, c’est bien Julio Jones qui s’est affirmé comme le meilleur receveur de cette première semaine. La plupart des hommes de ligne arrière des Eagles ont eu beau s’y coller, ils ont tous prit le bouillon face au receveur des Falcons, Byron Maxwell l’ancien Seahawk en tête. Que ce soit le long de la touche ou au coeur du jeu, Jones a semblé avoir des mains aimantées et des jambes de feu au point de passer les 140 yards à la réception tout en ralliant par deux fois la terre promise. Evidemment, il s’agira de confirmer semaine après semaine avec une santé toujours un peu fragile et avec un Matt Ryan à la passe dont on connaît l’irrégularité chronique.

7) Carson Palmer (-) Quarterback – Arizona Carinals (1-0)
307 yards à 59,4% – 3 touchdowns pour 0 interception, 3 courses, 14 yards – 122,8 d’évaluation.
Carson Palmer change décidément beaucoup de choses dans l’Arizona. Apathique en fin de saison dernière sans son maître à jouer, ils ont été porté par leur lanceur dès le premier match de la saison 2015. La défense des Saints n’a, en tout cas, jamais semblé en mesure d’arrêter les assauts du quarterback qui a tranquillement distillé vers les John Brown, Larry Fitzgerald et autres Andre Ellington. Un Ellington encore une fois sorti sur blessure ce qui pourrait compliquer la tâche de Palmer dans les semaines à venir.

8) J.J. Watt (-) Defensive End – Houston Texans (0-1)
9 plaquages, 2 sacks
L’un des visages de la saison dernière est déjà de retour dans ce classement. Alors évidemment, il n’a pas encore noirci toute les statistiques de la feuille mais son match n’en demeure pas moins dans la lignée de la saison dernière qui aurait pu (du ?) faire de lui un MVP. Alors bien sur, les sceptiques diront encore et toujours qu’il ne fait pas gagner son équipe et ce n’est pas faux, mais que peut-il faire de plus au sein de sa défense lorsque son attaque est menée par des quarterback qui ont la facheuse tendance d’avoir l’air de manchots lorsqu’ils portent le maillot des Texans ? Probablement pas grand chose, ce qui ne l’empêche pas de faire bien plus que son boulot.

9) Matt Forte (-) Running-back – Chicago Bears (0-1)
141 yards et 1 touchdown à la course – 25 yards à la réception.
Matt Forte a eu beau se démener pour offrir enfin une victoire à Chicago à domicile face aux Packers, il n’a pas pu empêcher l’impitoyable série de se poursuivre. Pourtant, en dépassant les 160 yards au total et y ajoutant un voyage dans la end zone, Forte a tout tenté pour répondre aux assauts répétés d’Aaron Rodgers et des siens. Le plus gros défaut du running back cette saison sera peut être de ne pas pouvoir lancer. Encore qu’il arriverait peut être à être plus efficace que le titulaire actuel.

10) Aaron Donald (-) Defensive Tackle – Saint Louis Rams (1-0)
9 plaquages, 2 sacks
Au vu de son impact et de statistiques à la hauteur de J.J. Watt, il n’aurait pas été juste de ne pas récompenser le mésestimé Aaron Donald. Si on savait que les Seahawks avaient une ligne offensive proche du gruyère, le tackle défensif s’est fait un plaisir de le démontrer à sa façon en forçant Russell Wilson a courir toute la soirée au lieu de penser à lancer le ballon. Et le résultat a été en adéquation avec l’abattage de Donald puisque les Rams ont été devant au score une grande partie du match et sont parvenu à l’emporter sur un dernier stop défensif de grande classe. Au sein d’un front seven aussi dominant, les statistiques d’Aaron Donald seront à surveiller dans les semaines à venir.

Mentions spéciales :
Keenan Allen (15 réceptions, 166 yards)
Antonio Brown (9 réceptions, 133 yards et 1 touchdown)
Travis Kelce (106 yards et 2 touchdowns)
Jamaal Charles (57 yards à la course – 46 yards et 1 touchdown à la réception)
Bishop Sankey (74 yards et 1 touchdown à la course – 12 yards et 1 touchdown à la réception)
Eddy Lacy (121 yards à la course – 35 yards et 1 touchdown à la réception)
Austin Seferian-Jenkins (110 yards et 2 touchdowns)
Josh Norman (5 plaquages – 1 fumble forcé – 2 passes défendues, 1 interception retournée en touchdown)
Philip Rivers (404 yards, 2 touchdowns pour 2 interceptions – 2 courses, -2 yards – 102,8 d’évaluation)
Tony Romo (356 yards, 3 touchdowns, 2 interceptions – 1 course, -1 yards – 103,3 d’évaluation)
Alex Smith (243 yards, 3 touchdowns, 0 interception – 9 courses, 15 yards – 118,6 d’évaluation)

 

 

PARTAGER