PARTAGER

kam_chancellor_130915

Sans Kam Chancellor, la défense de Seattle est moins performante. Pour preuve, les Seahawks ont perdu dimanche dernier contre les Rams en encaissant 34 points (contre 15,9 en moyenne la saison dernière) ! L’homme qui avait cumulé 78 plaquages, 6 passes défendues et 1 interception en 2014 manque cruellement à son équipe. Et ce n’est pas Michael Bennett, son coéquipier, qui dira que le contraire.

Le defensive end s’est confié Sheil Kapadia d’ESPN sur le sujet :

« Kam Chancellor nous manque. Pas seulement dans le jeu mais aussi dans le leadership, dans la manière d’aborder le match ».

Le joueur de Seattle ajoute que ce débat autour du safety, qui souhaite obtenir un nouveau contrat, est d’actualité en raison de la défaite face au rival de division Saint Louis :

« Même si Kam n’était pas sur le terrain, nous avons plusieurs opportunités pour remporter ce match. Je me demande si notre conversation serait identique si nous avions gagné. Les gens ne diraient-ils pas « Ils n’ont pas besoin de Kam Chancellor ! ». Tous est question de victoire ou de défaite dans cette ligue ».

Cependant, même si Seattle l’avait emporté en prolongation contre Nick Foles et ses coéquipiers, les chiffres de la ligne arrière de l’équipe auraient été tout autant inquiétant. Sur ce match, la legion of boom a encaissé 276 yards et un touchdown dans les airs. La saison dernière, en présence du safety, elle en encaissait 185,6 en moyenne.

Michael Bennett sait donc que la victoire, ce dimanche, contre les Packers du MVP Aaron Rodgers est impérative et qu’elle peut permettre de dissiper les doutes autour de la défense des Seahawks :

« Si nous gagnons dimanche, personne ne parlera de ça. Cependant, nous souhaitons tous un retour de Kam Chancellor. Nous comprenons son combat et nous souhaitons tous qu’il ait ce qu’il mérite. Il est l’un des meilleurs safety de la ligue donc il nous manque. Il est notre frère ».

Nul doute qu’une défaite face à Green Bay pourraient faire avancer les négociations entre Chancellor et le front office de Seattle et ce d’autant plus si Aaron Rodgers dissèque la legion of boom.

PARTAGER