PARTAGER

aaron_rodgers_290915

Green Bay Packers (3-0) – Kansas City Chiefs (1-2) : 38-28

Aaron Rodgers a encore passé la soirée à affoler les compteurs : 5 touchdowns, 333 yards gagnés et une victoire 38-28. Mais ce n’est pas le fait le plus impressionnant du match. Pour la première fois en 1 350 minutes et 6 secondes les Chiefs ont marqué un touchdown par un receveur. Quand en troisième période Alex Smith (24/40, 290 yards, 1 TD, 1 int) trouve Jeremy Maclin (8 réc, 141 yards, 1 TD) dans la end-zone, le public du Lambeau Field en est resté muet.

Heureusement pour les fans des Packers, le score était déjà bien acquis par les hommes en vert. En première période, Aaron Rodgers envoie pour Ty Montgomery (2 réc, 14 yards, 1 TD) et Randall Cobb (7 réc, 91 yards, 3 TD) dans la end-zone. Derrière, Alex Smith réplique en lançant Jamaal Charles qui emporte quatre défenseurs en rentrant dans l’en-but. Cela fait 14-7 pour les locaux. Charles qui n’a été très utilisé dans le jeu (11 ballons, 49 yards, 3 TD), Alex Smith ayant été bien aidé par Maclin et son tight-end Travis Kelce (6 réc, 80 yards) dans les airs. Avant la pause, les Packers enfoncent un peu plus le clou avec James Jones (7 réc, 139 yards, 1 TD). Et Green Bay mène 24-7.

Où les lois de la logique ne sont plus respectées

En deuxième mi-temps, Alex Smith est méchamment intercepté par Sam Shields qui échoue à 4 yards de rentrer dans la end-zone. Pas de souci pour Rodgers qui envoie encore pour Randall Cobb. 31-7, on se dit que le match est déjà fini. Mais l’improbable survient lorsque Maclin met fin à la série de 18 matches sans réception pour un receveur. Et ce mini-séisme dans le monde de la NFL laisse entrevoir la possibilité d’un événement encore plus fou : une remontée des Chiefs !

Rodgers sent que quelque chose vient de se passer. La preuve : il manque même de se faire intercepter pour la première fois à domicile depuis 18 rencontres. Malgré la pression qui se fait de plus en plus constante, il trouve une troisième fois Randall Cobb dans la end-zone pour porter la marque de son équipe à 38-14, pensant que 24 points d’avance suffisent pour gagner. A ce moment, il ne sait pas qu’il a raison. Et Alex Smith non plus puisque ce dernier commence à enchaîner les passes réussies pour ses receveurs. Et à donner la balle à Charles au dernier moment pour emporter trois défenseurs avec lui sur un premier touchdown, converti à deux points. 38-22. Plus que 16 points, soit deux touchdowns convertis à deux points.

Où la logique reprend finalement son cours

Ces dernières minutes sont étonnement éprouvantes pour les fans des Packers qui entrevoient presque le spectre de la défaite en finale NFC l’an dernier resurgir. Les Chiefs sont aux portes de la end-zone. Et Jamaal Charles se joue une nouvelle fois de la défense pour inscrire son troisième touchdown au sol. Si les Chiefs convertissent les deux points, seuls les dieux du football sont capable de prédire ce qui pourrait arriver ensuite. Mais sans doute sont-ils supporters de Green Bay ce soir puisque la conversion échoue pour Alex Smith. Et Kansas City est à 10 points de retard avec 1 minute et 25 seconde à jouer. Les Chiefs tentent l’onside kick malgré tout mais ne le récupéreront même pas. Le match s’achève sur le score de 38-28. Mais, mine de rien, nous ne sommes pas passés loin d’un événement encore plus fou qu’un touchdown pour un receveur.

Si cette quasi-remontée a pu avoir lieu, c’est que la défense des Packers a bien baissé le pied en fin de match. Les défenseurs de Green Bay ont pourtant enregistré 7 sacks sur la rencontre mais ils ont accordé 290 yards à la passe à Alex Smith qui n’est pourtant pas le quarterback le plus prolifique en terme de yards gagnés par match. Il a pour lui que l’ajout de Jeremy Maclin est un plus indéniable pour cette équipe de Kansas City. Et Charles est une machine dans la red zone. Une victoire logique pour Green Bay donc mais un match convaincant pour les Chiefs qui ont une vraie chance dans leur division. Pour les Packers, ce n’est pas une surprise mais ils devraient encore être largement favoris en NFC Nord, voire en NFC tout court.

PARTAGER