PARTAGER

Couvrir un match NFL pour un média permet d’accéder aux vestiaires après la rencontre. C’est alors une drôle d’impression qui vous envahi. À l’ouverture des portes, ambiance humide, vapeurs de douche et joueurs encore équipés qui côtoient ceux qui sortent de la douche.

Courant aux États-Unis, cet accès privilégié reste une intrusion dans l’intimité des joueurs, qui doivent souvent s’habiller sous le regard de douzaines d’étrangers qui attendent avec un micro à la main que le premier bouton de la chemise soit refermé pour dégainer leurs questions.

Cela permet de récupérer des déclarations intéressantes et exclusives. Mais cela reste une pratique qui peut étonner certains.

Dimanche à Indianapolis, un agent de sécurité a estimé que cet environnement n’était pas propice à l’accueil des femmes, et trois journalistes féminines ont été stoppées devant la porte. Ici, pas d’escarpins, visiblement.

Les trois femmes étaient présentes dans le cadre d’un week-end de diversité dans les médias organisé par l’Associated Press. Les Colts ont ensuite expliqué à l’agence qu’il s’agissait d’un simple malentendu, et que le chargé de sécurité ne savait pas qui avait accès à la zone qu’il couvrait.

Finalement, les trois femmes ont pu entrer faire leur travail.

PARTAGER