PARTAGER

IMG_0616

Pour la première fois de la saison, la NFL s’exportait ce week end à Londres. Ce match, le douzième de l’histoire londonienne de la ligue américaine était aussi l’occasion d’apprécier un match de division hors des Etats-Unis pour la première fois de l’histoire. L’occasion pour Touchdown Actu de vous plonger au coeur de l’événement.

Comme chaque année, les festivités sont lancées dès le samedi grâce au NFL Fan Rally. Prenant place cette fois à Trafalgar Square, cet événement propose aux fans présents de découvrir sur scène cinq joueurs des deux équipes et toute une flopée de légendes. A cette occasion, les portes sont ouvertes à tous, même à ceux n’ayant pas de précieux sésame pour le match du lendemain. L’éclectisme est le maître mot de cette journée. Chacun vient représenter son équipe de coeur affublé d’un maillot, d’une casquette, d’un bonnet d’un sac à dos ou n’importe quel objet pouvant se rapporter à une franchise de NFL. On a même le droit à des fans doté d’un habillement beaucoup plus extrême.

IMG_0562

Au moment ou l’on pose un pied à cet endroit, la sensation d’entrer aux Etats-Unis est palpable. Des stands de burritos à ceux de Budweiser en passant par la vente de produits dérivés NFL en tout genre, tout y est pour se mettre dans l’ambiance. Pour animer ces quatre heures de show à l’américaine à la gloire de la NFL, Neil Reynolds le journaliste de Sky Sports en charge de la NFL au Royaume Uni est, cette année, accompagné du récent retraité Osi Umenyiora. Les deux hommes sont précédés d’un show des cheerleaders des Dolphins toujours aussi agréable.

Pour la suite se succèdent tour à tour des grands noms ayant jalonné l’histoire des Jets et des Dolphins parmi lesquels Mark Clayton, Mark Duper, O.J. McDuffie ou encore Curtis Martin. Ryan Fitzpatrick, Darrelle Revis ou encore Nick Mangold étaient eux aussi présents pour les Jets tout comme Ryan Tannehill, Ndamukong Suh, Brent Grimes ou Jarvis Landry pour les Dolphins.

Sans titre 3 - copie

Et comme si ça ne suffisait pas, c’est bien le grand Dan Marino qui a fait honneur aux londoniens de sa présence revenant largement sur les moments forts de sa carrière grâce à un écran géant diffusant les images. Bref, en ce samedi après midi, la NFL avait fait les choses en grand pour permettre aux fans de faire monter la température avant le match du lendemain.

IMG_0560

Le dimanche c’est jour de match

IMG_0641

Il est dix heures ce dimanche matin, et c’est déjà l’effervescence autour de Wembley. Le « NFL Village » a prit place tout autour de l’enceinte londonienne et les stands présent la veille à Trafalgar Square semblent y avoir été déplacés. Un stand permet même à certains de jouer au très célèbre jeu vidéo « Madden » et des points de ventes de la NFL encore plus imposants que la veille permettent de trouver des maillots de n’importe quelle équipe de la NFL. En clair, le fan de football qui n’a jamais eu la chance de mettre les pieds aux Etats-Unis touche d’ores et déjà à son paradis sans avoir encore pénétré dans le stade. A cet instant, au sein du Wembley Stadium, le personnel s’affaire pour fignoler les logos sur la pelouse. Un peu plus tard en tribune, un fan américain se laisse aller à une confidence qui prouve que ces International Series sont un vrai melting pot de nationalités et de fans en tout genre.

« Je suis un fan des Jets mais je n’ai pas eu l’occasion de les voir jouer depuis plus de quarante ans. A l’époque Joe Namath était sur le terrain. » confie-t-il en riant.

En terme d’ambiance, les fans des Jets très bruyants au rythme des « J.E.T.S JETS JETS JETS ! » trouvent à qui parler avec des fans des Dolphins rejoints par beaucoup de fans neutres qui abordent les couleurs de la franchise de Miami, désignée comme l’équipe jouant à domicile. Après le match, nous avons eu la chance de pénétrer dans le vestiaires de Jets vainqueurs, se livrant au jeu des interviews. Buster Skrine avait décidé de se montrer plutôt élogieux à l’égard de son nouveau coach Todd Bowles.

« Tous le monde dans cette équipe suit Bowles à 100%. A l’écouter, tout semble possible. »

Antonio Cromartie, tout comme Jeremy Kerley saluaient, eux, la qualité du soutien des 83 986 spectateurs tout au long du match. Calvin Pryor se laissait quant à lui carrément aller à faire de Darrelle Revis le meilleur cornerback de tout les temps. En clair, les Jets se montraient dans l’ensemble complètement heureux de leur match mais aussi de leur week end londoniens et semblaient prêt à repartir sereinement aux Etats-Unis.

Et si vous vous demandez ce que peuvent voir les joueurs avant de rentrer dans une aussi imposante enceinte que Wembley, inutile de le demander plus longtemps.

IMG_0632

 

PARTAGER