PARTAGER

Le jeudi c’est Course au MVP ! Et dans cette saison faisant la part belle aux lanceurs, la tentation de renommer cette chronique la course au MVQ (Most Valuable Quarterback) est de plus en plus forte. En effet, entre Tom Brady, Aaron Rodgers, Andy Dalton et Cam Newton, seul le surprenant Devonta Freeman parvient à se faire une petite place dans le top 5. 

1) Tom Brady (-) Quarterback – New England Patriots (5-0)
1699 yards à 70,6% – 14 touchdowns pour 1 interception, 14 courses, 4 yards, 1 touchdown, 2 fumbles – 118,4 d’évaluation.
Auteur de sa première interception de la saison, Tom Brady n’en a pas moins été un guide pour des Patriots en difficulté face aux Colts. Auteur d’une nouvelle performance au delà des 300 yards pour trois touchdowns lancés. Si cela commence à parler d’une possible saison parfaite pour les Patriots, cela passera certainement par un maintien de la forme olympique de son quarterback, impressionnant depuis un mois et demi.

2) Aaron Rodgers (-) Quarterback – Green Bay Packers (6-0)
1491 yards à 68,1% – 15 touchdowns pour 2 interceptions, 29 courses, 160 yards – 115,9 d’évaluation.
Contrarié par la défense des Rams la semaine dernière, Aaron Rodgers a prouvé face aux Chargers qu’il était bien le concurrent le plus pressent de Tom Brady pour ce titre de MVP. Pas perturbé par le maillot peu académique que son équipe portait, le lanceur s’est permis de catapulter deux fois le ballon en terre promise en amassant plus de 250 yards.

3) Andy Dalton (-) Quarterback – Cincinnati Bengals (6-0)
1761 yards à 67,4% – 14 touchdowns pour 2 interceptions, 27 courses, 53 yards, 2 touchdowns, 1 fumble – 116,1 d’évaluation.
Encore un gros match pour Andy Dalton. Celui qui porte ses Bengals sur son dos n’a jamais paru aussi proche de l’élite des quarterbacks symbolisée par Tom Brady et Aaron Rodgers. Encore auteur de trois touchdowns à la passe sans la moindre interception face aux Bills, Dalton a confirmé son début de saison majuscule. Même si il est bien aidé par un jeu au sol surpuissant et un A.J. Green dont la simple présence pèse forcément sur une défense, le lanceur des Bengals dispose d’une évaluation moyenne supérieure à celle d’Aaron Rodgers. Si cela ne veut pas tout dire non plus, cela pose tout de même le niveau atteint par Andy Dalton en ce moment.

4) Devonta Freeman (-) Running back – Atlanta Falcons (5-1) 
106 courses, 505 yards et 9 touchdowns – 32 réceptions et 296 yards et 1 touchdown
Et Devonta Freeman continua son chantier… Légèrement moins en vue face aux Saints que les semaines précédentes, Freeman n’en a pas moins fourni un match impressionnant encore une fois. Auteur de 100 yards tout pile et un touchdown au sol accompagné d’un autre touchdown à la réception, le coureur a tout fait pour empêcher la défaite de son équipe. Si cela n’a pas été possible, il n’en présente pas moins des statistiques folles. A lui tout seul, il a plus de touchdowns au sol que la plupart des équipes de la ligue ce qui fait de lui le seul « non » quarterback a pouvoir exister dans cette course au MVP.

5) Cam Newton (+6) Quarterback – Carolina Panthers (5-0)
1078 yards à 55,4% – 8 touchdowns pour 4 interceptions, 71 courses, 225 yards, 3 touchdowns, 2 fumbles – 83,2 d’évaluation.
Si il y a bien un joueur qui prouve que les statistiques ne montrent par toujours l’importance et l’impact d’un joueur dans la ligue en général et dans son équipe en particulier, c’est bien Cam Newton. Auteur du drive de la victoire face aux Seahawks, Newton a mené de main de maître le come back de son équipe. Et alors qu’on lui promettait l’enfer cette saison après la blessure de Kelvin Benjamin, le quarterback semble finalement lancé sur les rails de la possible meilleure saison de sa carrière. Et c’est toute la franchise des Carolina Panthers qui en profite.

6) Carson Palmer (-1) Quarterback – Arizona Carinals (4-2)
1737 yards à 64,8% – 14 touchdowns pour 5 interceptions, 10 courses, 10 yards, 3 fumbles – 106,9 d’évaluation.
Comme toute son équipe, Carson Palmer est un peu passé à côté de son match face à Pittsburgh. Avec une balance touchdowns/interception négative pour la première fois de la saison en ce qui le concerne, il n’a pas semblé en mesure de donner un allant supplémentaire à son équipe pour gagner ce match. Cela dit, il ne peut pas être tenu pour responsable de tout les maux des Cardinals sur ce match la. Son début de saison reste exemplaire et sa présence capitale pour mener à bien les objectifs de la franchise de l’Arizona

7) Larry Fitzgerald (-1) Receveur – Arizona Cardinals (4-2)
43 réceptions, 583 yards et 6 touchdowns 
Dans le difficile match traversé par les Cardinals, Larry Fitzgerald à lui confirmé son excellent début de saison. Après avoir réceptionné pour près de 100 yards, il n’a pas pu entrer en redzone avec le cuir cette semaine laissant sa belle collection 2015 inchangée. Mais incontestablement, le duo Palmer-Fitzgerald n’a pas fini de faire souffrir les défenses tant que la fée santé reste de leur côté.

8) Rob Gronkowski (-) Tight End – New England Patriots (5-0)
23 réceptions, 425 yards et 5 touchdowns 
Après un début de saison en fanfare, Rob Gronkowski s’est maintenant fait oublier et continue dorénavant son excellente saison sans faire de vagues. Avec 50 yards et un touchdown face aux Colts, le Gronk prouve qu’il est toujours aussi dominant. Mais avec ses antécédents de santé et des playoffs presque déjà assurés, il n’y a aucune raison de commettre un pêché de gourmandise sur la route de la défense du titre acquis la saison passée.

9) Julio Jones (-2) Receveur – Atlanta Falcons (5-1)
49 réceptions, 638 yards et 4 touchdowns 
Gêné par des pépins physiques comme souvent, Julio Jones continue sa chute après trois premiers matchs exceptionnels. Il faut dire qu’avec un Devonta Freeman dans cette forme, rien n’oblige Matt Ryan à lancer dans sa direction. Malgré tout, ses 93 yards en six réceptions seulement face aux Saints reste une performance sur laquelle lorgnerait bon nombre de receveurs. En ce qui concerne le titre de MVP, Julio Jones en semble désormais bien loin.

10) DeAndre Hopkins (+1) Receveur – Houston Texans (2-4)
52 réceptions, 726 yards et 5 touchdowns
Si il est toujours délicat de citer un joueur d’une équipe au bilan négatif dans une course au MVP, DeAndre Hopkins s’y impose de lui même. Déjà auteur de 726 yards à la réception cette saison, le receveur est parvenu à faire totalement oublier Andre Johnson. Et avec le retour en forme d’Arian Foster, il est clair que des ouvertures s’ouvrent à Hopkins, à lui de les faire fructifier aussi bien que ces dernières semaines.

Mentions spéciales :
Clay Matthews (25 plaquages, 4,5 sacks, 1 passe défendue, 1 interception)
J.J. Watt (28 plaquages, 4 sacks, 5 passes défendues)
Brandon Marshall (511 yards et 4 touchdowns à la réception)
Antonio Brown  (547 yards et 2 touchdowns)
A.J. Green (531 yards et 3 touchdowns)
Le’Veon Bell (390 yards et 3 touchdowns – 107 yards à la réception)
Chris Ivory (460 yards et 4 touchdowns à la course – 62 yards à la réception)
Philip Rivers (2116 yards et 12 touchdowns pour 5 interceptions, 4 courses, 2 yards, 2 fumbles – 102,8 d’évaluation)
Greg Olsen (374 yards et 3 touchdowns)
Josh Norman (21 plaquages – 1 fumble forcé – 8 passes défendues, 4 interceptions, 2 touchdowns)
Sean Lee (41 plaquages, 1 sack, 3 passes défendues, 1 interception)

 

PARTAGER