PARTAGER

brady-quinn_05112015

Cameron Wake, Le’Veon Bell, Khiry Robinson, Reggie Bush ou Keenan Allen, la 8e semaine de cette saison NFL 2015 a été fatale pour de nombreux éléments.

Existe-t-il pour autant une raison commune à toutes ces blessures ? C’est l’avis de Brady Quinn, qui a côtoyé ce milieu pendant plusieurs années. Interrogé par CBS Sports, l’ex-lanceur sélectionné en 2007 par Cleveland vise les produits dopants.

« Je ne vais pas être un dénonciateur et je n’accuse personne », a-t-il déclaré. « Il doit y avoir quelque chose que ces gars prennent, c’est ce que je pense. On pourrait dire que certains produits qu’ils ingèrent déshydratent leurs corps et les fragilisent. »

Le natif de Columbus (Ohio) parle de 40 à 50% de joueurs concernés et évoque notamment l’hormone de croissance HGH, une substance interdite quasiment indétectable puisque les contrôles ne sont pas fréquents.

« Quand vous êtes le titulaire, vous avez un test annuel et un autre inopiné », a-t-il continué. « Après ça, on ne vous dérange pas souvent. C’est vraiment les remplaçants et les plus anciens. »

L’ancien pensionnaire de Notre Dame assure ensuite que le jeu en vaut la chandelle puisque la première punition infligée est une simple suspension de quatre rencontres.

« Aujourd’hui, l’usage du HGH ou d’autres trucs est plus intéressant qu’il ne l’a jamais été, parce qu’il y a beaucoup d’argent à gagner et la sanction n’est pas si mauvaise que cela. Si vous pouvez gagner 16 millions de dollars par an, consentez-vous à sacrifier quatre millions pour qu’un complément vous aide à obtenir ce contrat ? Oui. »

Il est évident que les pépins physiques se multiplient ces derniers temps. Maintenant, ce phénomène est-il simplement une vague de malchance ? Cette question reste toujours sans réponse.

PARTAGER