PARTAGER

mahoungou-purdue

Les Purdue Boilermakers vont mieux. Après un début de saison compliquée, le programme de West Lafayette a apporté une belle réponse à la conférence Big Ten, la semaine dernière, en dominant les Nebraska Cornhuskers (55-45). Une deuxième victoire cette saison pour les hommes de coach Darrell Hazell. Un groupe où officient deux européens, le receveur français Anthony Mahoungou et le tackle suédois David Hedelin.

Interrogés par ESPN, les représentants du Vieux continent entendent démontrer tout leur potentiel, pour imiter de glorieux modèles, comme le Danois Morten Andersen ou plus récemment l’Allemand Bjoern Werner. Hedelin a d’ailleurs su se faire sa place petit à petit, malgré une suspension de trois matches, au point de devenir le tackle gauche titulaire au milieu de sa première saison.

« J’ai fait pas mal d’erreurs lors de ma première année, ici, mais j’ai patienté et appris en silence. Je viens de loin. A l’époque, avec mon père, nous avions contacté près d’une trentaine de fac, de la D1 à la D3, sans la moindre réponse. Je pense que les Suédois ont longtemps été mal considérés. Je sais qu’à présent, pour moi, les choses sont différentes, et je sais ce que je peux faire, comment agir et réagir. »

Un parfait modèle pour Anthony Mahoungou, d’autant que l’intéressé a encore plus de concurrence sur le poste de receveur. Pas de quoi décourager l’ancien joueur du Flash de La Courneuve, venu au football américain sur le tard. Champion junior avec les Franciliens, il a ensuite rejoint coach Cam Olson au sein du programme de West Hills, en Junior College.

« Il n’y a pas si longtemps que ça, je connaissais très peu de choses à la discipline. Je savais juste que Chad Johnson était le receveur des Cincinnati Bengals. En débarquant à Fresno, en Californie, pour rejoindre West Hills, je n’étais pas vraiment dans mon élément. J’ai grandi en zone urbaine pour me retrouver en pleine ruralité. Mais en me focalisant sur le football, j’ai pu m’adapter au mieux. Aujourd’hui, je vois tous ces jeunes, partout en Europe, qui nous envoient des messages, en nous disant ‘Vous êtes des exemples. J’essaie d’être comme vous’. C’est une responsabilité que nous avons, et nous faisons tout pour nous montrer à la hauteur. Avec David, nous avons un objectif majeur : démontrer que les Européens peuvent jouer au plus haut niveau. »

La longue route des deux hommes se poursuit ce samedi, à domicile, face à Illinois (18h, heure française).

PARTAGER