PARTAGER

DanCarter_171115

Jarryd Hayne tente actuellement de réussir en NFL après avoir été une star du rugby à XIII dans son pays. Récemment sacré en Coupe du Monde avec les All Blacks, Dan Carter aurait bien pu passer avant lui.

Tout s’est peut-être joué à une blessure. Dans son autobiographie, dont les bonnes feuilles ont été publiées par le Telegraph, le joueur explique avoir rendu visite aux Patriots au cours de l’année 2013.

Sur le moment, Carter pensait juste venir pour une visite des installations, en touriste.

« Deux recruteurs sont arrivés et m’ont demandé, « où sont tes chaussures à crampons ? » Ils pensaient que j’étais là pour un essai ! J’étais un peu surpris, perdu dans mes pensées. Une partie de moi aurait adoré essayer, mais je venais de me déchirer le tendon d’Achille, et j’étais à des mois de pouvoir frapper dans un ballon. »

Une session vidéo détaillée

Apparemment, les Patriots étaient persuadés que le rugbyman venait pour se lancer, ou bien ils en avaient vraiment envier, car Robert Kraft a ensuite reçu Carter.

« Vous pouviez voir comment il a eu autant de réussite, parce qu’il est allé droit au but, avec une série de questions très directes.

« Est ce que tu veux joueur au football ? »

« Qu’est ce que tu va apporter à cette équipe ? »

« Penses-tu que tu peux réussir la transition vers la NFL ? »

J’ai bégayé quelques réponses, en regardant mon agent, qui avait l’air tout aussi perdu. Nous avons passé 10 ou 15 minutes à parler de la réalité de ce sport, et s’il était plausible pour moi de faire la transition. »

Autre rencontre, ensuite, avec le coach des équipes spéciales et des kickers.

« J’ai travaillé avec quelques kicking coaches incroyables au fil des années, mais nous n’avions jamais été dans ce niveau de précision. Le scout et moi avons parlé du placement du pied d’appuis, de l’angle auquel nous nous plaçons pour trouver le point de frappe idéal le plus large, et les différentes parties du ballon. Nous avons étudié des vidéos de six kickers NFL différents dans le détail. »

Parmi les points qui interpellent la star, il y a la notion de se lancer pour frapper un ballon qui n’est pas encore en place, alors qu’au rugby il l’attend sur le tee.

Et si…

Le coach a même donné à Carter un ballon, en lui demandant de lui envoyer une vidéo de lui en train de frapper lorsqu’il serait en condition pour le faire. Quelques mois plus tard, lors des Oscars, lorsqu’il a croisé le joueur, Kraft n’avait pas oublié, et lui a demandé s’il avait réalisé les images.

« J’ai ri, mais j’étais flatté qu’il soit toujours intéressé. »

Une situation rocambolesque, mais pas anodine.

« Pour être honnête, cela a frappé mon intérêt. N’importe quel athlète confronté à de telles infrastructures et à un tel accueil aurait envie de tenter sa chance. Qui sait ce qui se serait passé si je n’avais pas été blessé… »

PARTAGER