PARTAGER

geiger-osu

Le match de la semaine

Ohio State (3) – Michigan State (9) : 14-17

Les annonces ont de quoi surprendre. Interrogés en conférence de presse, à l’issue d’une défaite lourde de conséquences, Cardale Jones et Ezekiel Elliott se déclarent prêts à quitter Ohio State en fin de saison, pour rallier la NFL. Plus que la déclaration en elle-même, c’est le timing qui étonne, quelques minutes après un match complétement manqué par les Buckeyes.

En recevant Michigan State, les joueurs d’Urban Meyer avait l’occasion parfaite de valider leur ticket pour la finale de conférence Big Ten. D’autant que le quarterback des Spartans, Connor Cook, déclare forfait quelques minutes avant le coup d’envoi de la partie. Oui mais voilà, les pensionnaires de Columbus ne font pas grand chose pour enflammer le début du match. Au contraire, le playcall offensif semble extrêmement conservateur, malgré un backfield adverse plus friable que le front seven. Sur les 13 jeux d’Ohio State en premier quart, J.T. Barrett (9/16, 46 yards, TD) ne lance le ballon que deux fois, pour une passe complétée. Manque de chance pour Ohio State : le jeu au sol est assez bien maîtrisé, poussant les locaux à punter sur leurs deux premiers drives.

Seul moyen de subsister pour les champions nationaux en titre : les erreurs de Michigan State. Un fumble du quarterback Damion Terry rend le ballon aux Buckeyes, dans la moitié de terrain adverse. Ezekiel Elliott n’en demandait pas tant pour inscrire le premier touchdown du match, sur une course d’un yard (7-0).

Mais même en prenant les commandes au tableau d’affichage, Ohio State est immédiatement repris. Le quarterback Tyler O’Connor (7/12, 89 yards, TD) se connecte à deux reprises avec Aaron Burbridge (4 réceptions, 62 yards), avant de trouver son fullback Trevon Pendleton dans la end-zone, sur une passe de 12 yards. Ce touchdown donne le momentum à Michigan State. Si le programme manque de prendre l’avantage sur un field goal raté de Michael Geiger, , la défense fait passer une sale soirée à J.T. Barrett et Ezekiel Elliott. Les Buckeyes enchaînent les « 3-and-Out » avant de rentrer aux vestiaires, sur le score de 7-7.

Elliott parfaitement muselé

Le décor est sensiblement le même en deuxième mi-temps. Les défenses dominent les débats, aidés par un jeu offensif conservateur voire stéréotypé de chaque côté. C’est encore sur une faute des visiteurs qu’Ohio State se remet dans le bon sens. Sur un punt anodin, Macgarett Kings cafouille sa réception et permet aux Buckeyes de recouvrir le cuir à quelques centimètres de l’en-but adverse. Il ne faut qu’un jeu à J.T. Barrett pour trouver Jalin Marshall sur un touchdown à la passe (14-7).

Loin d’être assommé, Michigan State se relance, grâce à un matchup clé. Car si Ezekiel Elliott (33 yards au total !) n’avance plus pour Ohio State, le duo Gerald Holmes – L.J. Scott causent bien des soucis à la défense des Buckeyes, poussant cette dernière à la faute avec quelques offsides assez coûteux. Sur un drive de plus de six minutes, c’est Holmes (65 yards, TD) qui pénètre dans la end-zone pour répondre du tac-au-tac au touchdown de Marshall (14-14).

Cette fin de match se jouera donc sur un coup de dé … ou presque. L’attaque d’Ohio State reste indigente et pousse même les fans du Ohio Stadium à huer ses joueurs. Sur leur dernier drive du match, les Buckeyes doivent rapidement punter, pénalisés par la mauvaise position de départ, tout près de leur end-zone. Le punt rend le ballon près des 50, à quatre minutes de la fin. Il n’en faut pas plus aux Spartans pour donner une leçon de « Ball Control » à leurs hôtes. Une alternance entre les porteurs de ballon, trois premières tentatives obtenues et un field goal de 41 yards pour Michael Geiger. Maladroit en première période, le kicker ne tremble pas et offre la victoire aux siens pour faire tomber une équipe d’Ohio State beaucoup trop décevante pour espérer mieux.

Malgré la blessure de Connor Cook, et de certains playmakers défensifs, Michigan State reprend son destin en main avant de recevoir Penn State la semaine prochaine. Un succès des Spartans les emmènerait en finale de conférence contre Iowa. Pour Ohio State, les espoirs restent permis mais avec un déplacement à Michigan, le défi s’annonce de taille …

Autres principaux résultats

Clemson (1) n’a pas eu à forcer pour disposer de Wake Forest, 33 à 13. Le quarterback Deshaun Watson cumule 343 yards et 3 touchdowns à la passe, sur cette partie.

Encore moins de soucis pour Alabama (2), en balade face à Charleston Southern, programme de I-AA (56-6). Derrick Henry ne récolte que 68 yards au sol, mais inscrit tout de même deux touchdowns.

Le Fenway Park de Boston a causé quelques frayeurs à Notre Dame (4). Longtemps dominateurs, face à Boston College, les Fighting Irish ont laissé un peu d’espoir en fin de match, avant de s’imposer 19 à 16. 320 yards et 2 TD à la passe pour le quarterback de Notre Dame, DeShone Kizer.

Iowa (5) s’est officiellement qualifié pour la finale de conférence Big Ten, après un succès contre Purdue, 40 à 20. Pas de réceptions pour Anthony Mahoungou, au cours de cette rencontre.

Oklahoma State (6) n’est plus maître de son destin, dans la conférence Big 12. Les Cowboys ont été surpris par Baylor (10), à domicile (35-45). Malgré la blessure de leur quarterback Jarrett Stidham, les Bears ont pu compter sur le remplaçant  Chris Johnson, auteur de 138 yards et 2 touchdowns à la passe.

Le voisin Oklahoma (7) s’est imposé, mais que ce fut dur face à TCU (18) ! Un succès 30-29, glané après une conversion à deux points manquée par les Horned Frogs. A noter la blessure du quarterback Baker Mayfield, victime d’une commotion. TCU dit officiellement adieu au titre de conférence.

Gros coup de chaud pour Florida (8) face au modeste voisin, Florida Atlantic ! Les Gators ont eu besoin d’une prolongation pour dominer les Owls (20-14).

Après une année faste pour Oregon, Stanford (11) retrouve la finale de conférence Pac-12. Pour ce faire, le Cardinal a dû disposer du rival California, 35 à 22. Comme souvent, Christian McCaffrey a été très précieux au sol (192 yards au sol, 2 TD).

Michigan (12) reste dans le coup, après un succès convaincant à Penn State (16-28). Le quarterback des Wolverines, Jake Rudock, a toujours la main chaude, avec 256 yards et 2 touchdowns à la passe.

De son côté, Utah (13) s’est pris les pieds dans le tapis. Privés de son coureur Devontae Booker, jusqu’en fin de saison, les Utes s’inclinent face à UCLA (9-17). Un résultat qui relance totalement les Bruins pour la finale de conférence. Une rencontre que ne peuvent plus disputer les joueurs de Kyle Whittingham.

Troisième défaite de suite pour LSU (15). Les Tigers s’inclinent largement à Ole Miss, 38 à 17, malgré les 108 yards de Leonard Fournette, au sol.

North Carolina (17) affrontera bien Clemson en finale de conférence ACC. Les Tar Heels ont gâché le dernier match de coach Frank Beamer à domicile, lors d’une victoire après prolongation à Virginia Tech (27-30). Les 2 touchdowns et 115 yards du running back Elijah Hood ont beaucoup aidé.

Qui sera le représentant du Group of Five au sein des Bowls majeurs ? Peut-être pas Houston (19), battu à la surprise générale par Connecticut (20-17). Les quatre pertes de balle des Cougars ont coûté cher, et permettent à Navy de revenir à égalité comptable, avant le duel prévu ce samedi entre les deux programmes.

Air Force se qualifie pour la finale de la Mountain West, en s’imposant à Boise State (37-30). Les Falcons retrouveront San Diego State en finale de conférence.

Les actions de la semaine

Vainqueur sur le terrain d’Arkansas (50-51), Mississippi State peut remercier son receveur Fred Ross, auteur d’une réception spectaculaire à une main, pour un touchdown longue distance, sur plus de 55 yards.

Dans la famille Griffey, je voudrai le fils. Trey Griffey, joueur d’Arizona, est en effet la progéniture de Ken Griffey Jr., ancienne star de baseball. Lors de l’intense duel à Arizona State, le receveur s’est fait son propre nom, sur un touchdown à la réception de 95 yards, avec en prime un joli slalom.

Dans la famille Gronkowski, je voudrai le frère. Glenn, coureur de Kansas State, qui surprend la défense d’Iowa State, avec une formation Wildcat et un touchdown à la passe vers Winston Dimel.

Zoom sur : Tyler Matakevich

C’était l’un des matchups phares de cette douzième semaine : le quarterback de Memphis, Paxton Lynch, contre la grosse défense de Temple. Une escouade défensive déjà redoutable en début de saison face à un autre prospect star : le quarterback de Penn State Christian Hackenberg. A l’époque, la ligne offensive des Nittany Lions avait sombré sous la pression, avec neuf sacks concédés. Si la ligne de Memphis a été plus vaillante, sur le pass pro, avec 2 sacks au total, l’attaque des Tigers, et notamment le jeu au sol, a été parfaitement annihilé. A peine 150 yards pour Lynch, et 76 yards partagés par les différents coureurs du Tennessee. Principal poison, pour les Owls : le middle linebacker Tyler Matakevich. En collectant 11 plaquages sur la rencontre, le senior est devenu le septième joueur NCAA à collecter 100 plaquages lors de ses quatre saisons universitaires. Rien de bien surprenant, tant le numéro 8 est l’âme du programme. Souvent comparé à Brian Urlacher, Matakevich a eu des allures de muraille lors des rencontres importantes. 3 sacks enregistrés face à Penn State, 13 plaquages et 2 interceptions à Cincinnati, sans oublier ses 13 plaquages et son pick face à Notre Dame, fin octobre. Une arme secrète qui rapproche Temple d’une finale de conférence AAC, que les Owls disputeraient contre Navy ou Houston.

matakevich-temple

A ne pas manquer en semaine 13

Michigan (12) – Ohio State (3)

Il existe beaucoup de rivalités en College Football, mais peu qui parviennent à supplanter celle-là. Chaque année, le choc entre Michigan et Ohio State est  incontournable, et il le sera encore plus cette année. Le vainqueur de cette confrontation pourrait tout simplement disputer la finale de conférence Big Ten, seulement si Michigan State s’incline face à Penn State. Les deux rivaux ont encore en travers de la gorge leur défaite respective face aux Spartans. Cela promet donc des étincelles, dès 18h, heure française.

USC (24) – UCLA

La défaite de Utah face à UCLA a tout bouleversé dans la Pac-12 Sud. Même en affrontant Colorado en dernière semaine, les Utes ont perdu tout espoir de jouer la finale de conférence, face à Stanford. L’honneur reviendra à USC ou UCLA, deux équipes qui soufflent le chaud et le froid, et qui sont désormais à égalité au classement. USC vient de s’incliner à Oregon, mais a une occasion en or de sauver sa saison, après le licenciement de Steve Sarkisian, plus tôt cette année. Les Trojans mènent d’ailleurs dans la rivalité, avec 44 victoires pour 31 défaites depuis 1929. Mais les Bruins ont remporté les trois derniers duels.

Oklahoma State (6) – Oklahoma (7)

Après avoir épinglé Baylor et TCU, Oklahoma a l’occasion rêvé de battre son rival d’état pour décrocher la Big 12. Les Sooners auront également à cœur de se venger d’une victoire miraculeuse des Cowboys à Norman, l’an passé, lors des débuts de Mason Rudolph au poste de quarterback. Oklahoma State garde justement ses chances de remporter la conférence, mais n’a plus son destin en main. Les joueurs de Mike Gundy doivent espérer, dans le même temps, un faux pas de Baylor, face à TCU ce week-end, ou contre Texas, la semaine suivante.

Stanford (11) – Notre Dame (4)

Si ce match n’a plus vraiment d’enjeu pour Stanford, assuré de disputer la finale de la Pac-12, Notre Dame joue sa saison, à Palo Alto. Une défaite des Fighting Irish risquerait d’impacter leurs chances de qualifications pour les playoffs. Pas le choix, donc, pour le programme de South Bend : s’imposer !

PARTAGER