PARTAGER

keenum-rams

Au début du mois, la commotion de Teddy Bridgewater avait beaucoup fait parler lors du match Vikings-Rams. Le head coach de Minnesota, Mike Zimmer, n’avait pas hésité à dénoncer un jeu dangereux de St. Louis, pour cibler les quarterbacks adverses. Ce week-end, Jeff Fisher et son staff sont encore la cible de critiques, concernant la commotion … de leur propre quarterback.

A une minute de la fin du match face à Baltimore, les Rams sont à égalité 13-13, avec un début de drive sur leurs 41 yards. Une position favorable rapidement annihilée par un sack de Timmy Jernigan, lequel fait perdre dix yards aux visiteurs et laisse Keenum au sol de longues secondes. Mal retombé sur la tête, l’ancien texan finit par se relever mais semble hagard, présentant les symptômes flagrants d’une commotion. Nick Foles s’échauffe sur le bord de touche, mais Keenum reste sur le terrain pour jouer les derniers jeux de la rencontre. Deux jeux plus tard, le numéro 17 est de nouveau sacké, et concède un fumble dans sa moitié de terrain. Une perte de balle qui sera fatale aux Rams, avec le field goal de la victoire inscrit par Justin Tucker.

Outre la gestion sportive désastreuse du staff de St. Louis, la protection des joueurs pose question, dans une période où la NFL est pointé du doigt au sujet des commotions. Lors de la blessure de Case Keenum, ni les coaches des Rams, ni les responsables de la ligue, présents au bord du terrain et habilités à stopper le jeu si besoin est, ne sont intervenus.

Une situation qui ne manquera pas de faire réagir les détracteurs de Jeff Fisher. L’association des joueurs pourrait également suivre ce dossier de très près.

PARTAGER