PARTAGER

vikings-falcons-29-novembre-2015Atlanta Falcons (6-5) – Minnesota Vikings (8-3) : 10-20

Des blessés de par et d’autre et une victoire indispensable dans la course aux playoffs. Si la tête de la NFC Sud est hors de portée pour les Falcons, les Vikings comptent bien profiter du revers surprise des Packers pour reprendre leur trône dans le Nord. Dans un match défensif et accroché, avec un peu plus de 6 minutes au chrono, les Violets prennent 10 points d’avance. Il est l’heure pour Matt Ryan de sortir un de ses comebacks dont il a le secret. Mais voilà, Anthony Barr ne semble pas vraiment de cet avis. Une passe détournée sur Tevin Coleman, puis un combo sack/fumble sur une quatrième tentative de la dernière chance. Jeu, set et match. Merci la défense. Adrian Peterson se charge de tuer le match dans la foulée. Les Vikings sont en tête de la NFC Nord. Les Falcons toujours en plein doute.

À fond la caisse

Privés de Davonte Freeman, les Falcons ne sont pas résolus à abandonner le jeu au sol pour autant. À tel point qu’ils démarrent par trois courses consécutives. Sans succès. Côté Vikings, la recette est connue et elle s’appelle Adrian Peterson (29 courses, 158 yards et 2 touchdowns). Malgré un stop rapide pour débuter, le coureur semble en jambes. Et Teddy Bridgewater (20/28, 174 yards et une interception) aussi. Le quarterback distribue les passes avec précision à ses deux jouets préférés : Stefon Diggs et Kyle Rudolph. Peterson finit le travail et les Vikings prennent les commandes au terme d’une série parfaitement menée (0-7). Tevin Coleman (18 courses, 110 yards et un fumble) pense bien répliquer instantanément lorsqu’il s’enfuit à toutes enjambées le long de la ligne. Mais c’est sans compter sur le retour d’Anthony Barr, 45 yards plus loin, qui frappe dans le ballon et le fait sauter des bras du rookie. Antone Exum s’en saisit et les visiteurs récupèrent déjà la possession. Courses en puissance et screen pass à toutes les sauces, les Vikings ont trouvé la recette payante en ce début de rencontre et l’appliquent sans retenue. Les visiteurs récitent leur football. Un peu trop facilement au goût de Ricardo Allen. Le safety surgit devant Kyle Rudolph et intercepte le ballon dans la endzone.

Atlanta enclenche enfin la marche avant, monopolise le cuir, mais cale dans la redzone et doit se contenter d’un coup de pied de Shayne Graham (3-7). Le premier acte file à toute vitesse et la mi-temps pointe déjà le bout de son nez à l’horizon. Un moment dont raffole Matt Ryan (22/31, 230 yards, un touchdown et 2 interceptions). Le quarterback enchaîne les passes, mais balance la dernière dans les mauvaises mains. Celles de Captain Munnerlyn. Les Vikings font leur possible pour se rapprocher des poteaux. De 51 yards Blair Walsh a l’occasion de creuser l’écart avant la pause, mais sa tentative file sur la droite.

All Day, all day

Au retour des vestiaires et sur leur lancée de la semaine passée, les Vikings continuent de faire preuve d’une indiscipline peu coutumière. Les Falcons n’en demandent pas tant. Surtout que Tevin Coleman s’est mis en tête de se racheter de son fumble et avale les yards par poignées. Le rookie pense bien donner l’avantage aux siens, mais son touchdown est annulé à cause d’une pénalité. Quelques mouchoirs jaunes plus tard, Matt Ryan fait ce qu’il fait de mieux depuis le début de la saison : rendre le ballon à l’adversaire dans la redzone. Cette fois-ci dans les gants de l’inusable Terence Newman. Adrian Peterson. Adrian Peterson. Adrian Peterson. Les Vikings gavent leur coureur. Et ça marche plutôt bien. Suffisamment pour atteindre la redzone, mais pas assez pour rejoindre la endzone. Blair Walsh trouve la mire cette fois-ci et les visiteurs reprennent un touchdown d’avance (3-10). Le pass rush violet se réveille et les Falcons doivent rapidement dégager le ballon.

Peterson continue de porter l’équipe sur ses épaules, d’exploser les plaquages, de faire voler les défenseurs, de bouffer l’horloge et de faire avancer le ballon. Mais les Vikings jouent petit, préfèrent ne pas prendre le moindre risque et se contentent de 3 points (3-13). Anthony Barr stoppe les Falcons à lui tout seul, puis Adrian Peterson tue le suspense. Comme face aux Raiders. Une course en débordement de 35 yards (3-20). Nick Williams sauve l’honneur dans le garbage time (1020). Portés par un AP déchaîné et une défense hermétique qui a su museler Julio Jones (5 réceptions et 56 yards), les Vikings regoûtent à la victoire. Atlanta continue de se compliquer la tâche dans la course aux playoffs. À l’inverse de leurs visiteurs du jour.

PARTAGER