PARTAGER

Le jeudi c’est Course au MVP ! Adrian Peterson peut-il surgir du diable vauvert et coiffer tout le monde au poteau ? Quoiqu’il en soit, la progression de la semaine est bien à mettre à l’actif du coureur des Vikings. En tête, Tom Brady ne cesse de voir son avance fondre comme neige au soleil, la faute à un Cam Newton de plus en plus bouillant. 

1) Tom Brady (-) Quarterback – New England Patriots (10-1)
3600 yards à 65,2% – 28 touchdowns pour 4 interceptions, 22 courses, 28 yards, 2 touchdowns, 5 fumbles – 106,7 d’évaluation.
Battu pour la première fois de la saison à Denver avec les Patriots, Tom Brady n’en a pas moins été brillant. Avec 280 yards et trois touchdowns, le lanceur de New England s’est particulièrement distingué dans la dernière minute du temps réglementaire pour placer son kicker Stephen Gostkowski en position d’égaliser. Sa performance globale est particulièrement mise en valeur avec l’absence de Julian Edelman, Danny Amendola et Dion Lewis pour l’ensemble du match ainsi que par la sortie de Rob Gronkowski sur blessure. Pour la treizième année consécutive, les Patriots signent au moins dix victoires malgré cette première défaite.

2) Cam Newton (-) Quarterback – Carolina Panthers (11-0)
2466 yards à 57,2% – 20 touchdowns pour 9 interceptions, 98 courses, 427 yards, 7 touchdowns, 3 fumbles – 89,5 d’évaluation.
Le match de Cam Newton face aux Cowboys a été à l’image de sa saison. Une impression de domination qui se dégage, un vrai leadership sur son équipe et pourtant des statistiques assez pauvres. Il n’en reste pas moins qu’il est le maillon fort de la seule équipe invaincue restante en NFL en sachant parfaitement profiter des exceptionnelles performances de sa défense. Et avec ses sept touchdowns au sol, il est le joueur des Panthers à être le plus souvent entré dans la end zone adverse.

3) Carson Palmer (-) Quarterback – Arizona Cardinals (9-2)
3337 yards à 63,8% – 27 touchdowns pour 9 interceptions, 22 courses, 21 yards, 1 touchdown, 6 fumbles – 105,9 d’évaluation. 
Depuis 2008, les Cardinals n’avaient pas gagné un match à San Francisco. C’est désormais chose faite dans le sillage d’un très bon Carson Palmer. Sans lancer le moindre touchdown, Palmer s’est montré omniprésent en complétant 60% de ses passes pour 271 yards. Mieux, il ne manque plus que trois victoires aux Cardinals pour battre leur record de victoires en une seule saison. Et dire que la dernière fois qu’ils s’étaient imposé à San Franscisco, ils avaient joué le Super Bowl…

4) Andy Dalton (-) Quarterback – Cincinnati Bengals (9-2)
2971 yards à 65,7% – 23 touchdowns pour 6 interceptions, 53 courses, 131 yards, 2 touchdowns, 5 fumbles – 105,3 d’évaluation.
Encore une grande performance pour Andy Dalton. Avec 230 yards (20/27) et trois touchdowns, le lanceur des Bengals a offert une cinquième saison consécutive au bilan positif à son équipe. Avec la barre des 3000 yards bientôt effacée, Dalton réussi encore une grande saison. Mais les plans sont beaucoup plus grands pour lui. En effet, une première victoire en playoff devient indispensable à ce stade de sa carrière.

5) Adrian Peterson (+4) Running back – Minnesota Vikings (8-3)
237 courses, 1164 yards et 8 touchdowns – 23 réceptions, 183 yards, 6 fumbles
Oui Adrian Peterson joue avec un quarterback qui compte plus de pertes de ballons que de touchdowns. Oui Adrian Peterson joue dans une attaque classée 28ème de la ligue au total de yards gagnés. Et oui Adrian Peterson mène son équipe à un bilan de huit victoires en onze matchs. Evidemment, la défense des Vikings est loin d’être innocente à ce bilan, mais la saison du coureur n’en reste pas moins exceptionnelle. Encore auteur de 158 yards et deux touchdowns au sol face aux Falcons, Peterson est à un voyage en terre promise de devenir le 23ème joueur à atteindre les 100 touchdowns en carrière.

6) Aaron Rodgers (-1) Quarterback – Green Bay Packers (7-4)
2684 yards à 60,5% – 24 touchdowns pour 4 interceptions, 44 courses, 260 yards, 3 fumbles – 97,4 d’évaluation.
Cette fois, les espoirs d’Aaron Rodgers de conserver son titre de MVP semblent bel et bien définitivement terminés. Auteur d’un match moyen pour un MVP en titre avec 202 yards, un touchdown et une interception, et battu par de surprenants Bears, Rodgers et les Packers sont clairement dans une mauvaise passe. Pire, ils pourraient bien ne pas voir les playoffs puisque les Vikings sont revenu à une seule victoire.

7) Julio Jones (-1) Receveur – Atlanta Falcons (6-5) 
94 réceptions, 1245 yards et 6 touchdowns, 2 fumbles
Un peu gachée par le bilan des Falcons qui ne cesse d’empirer, la saison de Julio Jones n’en reste pas moins exceptionnelle. D’ailleurs, si il n’avait pas été la, la saison d’Atlanta se serait probablement enfoncée dans de dangereux abîmes. Quoi qu’il en soit, si il continuait sur ce rythme jusqu’à la fin de la saison, il pourrait même dépasser allègrement les 1500 yards et entrer parmi les cinq meilleures performances jamais réalisées par un receveur en une saison.

8) Antonio Brown (+2) Receveur – Pittsburgh Steelers (6-5)
85 réceptions, 1192 yards et 5 touchdowns – 3 courses, 28 yards, 2 fumbles
Si Antonio Brown monte dans ce classement, il le doit plus aux absences et aux blessures de ceux qui le précédaient qu’à sa performance face aux Seahawks. Auteur d’une prestation quelconque avec 51 yards en cinq réceptions, Brown n’en reste pas moins deuxième de la ligue au nombre de yards à la réception et clairement l’un de deux meilleurs receveurs de la saison.

9) Luke Kuechly (+2) Linebacker – Carolina Panthers (11-0)
75 plaquages, 1 sack – 7 passes défendues, 3 interceptions, 1 touchdown, 1 fumble forcé
Comme une évidence. Auteur de deux interceptions et un touchdown notamment, face aux Cowboys, Luke Kuechly est clairement le moteur de la défense des Panthers au moins autant que Cam Newton est celui de l’attaque. Auteur également de sept plaquages et deux passes défendues sur ce match, le linebacker s’élève au niveau des meilleurs défenseurs de l’histoire de ce sport. Ne lui manque que les sacks, sans quoi il serait probablement à la lutte pour le titre de MVP. Ni plus, ni moins.

10) Tyler Eifert (+1) Tight End – Cincinnati Bengals (9-2)
46 réceptions, 522 yards et 12 touchdowns 
Si Andy Dalton réalise une grande saison, ce n’est pas, comme d’habitude, uniquement grâce à A.J. Green. En effet, l’avénement de Tyler Eifert y est aussi pour beaucoup. Avec déjà douze touchdowns à la réception, il est largement le meilleur réalisateur de la NFL avec pas moins de trois unités d’avance sur son premier poursuivant. Principalement menaçant en zone rouge, plus d’une passe sur quatre captée par le tight end l’est pour un touchdown.

Mentions spéciales :
J.J. Watt (55 plaquages, 13,5 sacks, 5 passes défendues, 1 fumble forcé)
Charles Woodson (55 plaquages – 8 passes défendues, 5 interceptions)
Odell Beckham (1005 yards et 9 touchdowns à la réception)
Brandon Marshall (931 yards et 9 touchdowns)
Derek Carr (2895 yards et 24 touchdowns pour 6 interceptions, 19 courses, 58 yards, 6 fumbles – 101,5 d’évaluation)
Chris Ivory (766 yards et 7 touchdowns à la course – 180 yards et 1 touchdown à la réception, 2 fumbles)
DeAndre Hopkins (1081 yards et 9 touchdowns)
Eli Manning (3021 yards et 23 touchdowns pour 9 interceptions, 14 courses, 57 yards, 8 fumbles – 92,5 d’évaluation)
Rob Gronkowski (931 yards et 9 touchdowns)
Josh Norman (40 plaquages – 2 fumbles forcés – 15 passes défendues, 4 interceptions, 2 touchdowns)
Chandler Jones (34 plaquages, 10,5 sacks, 3 fumbles forcés – 2 passe défendue, 1 interception)
Devonta Freeman (764 yards et 9 touchdowns à la course – 420 yards et 2 touchdowns à la réception, 1 fumble)

PARTAGER