PARTAGER

Le jeudi c’est Course au MVP ! Et ce qui devait arriver arriva. Avec un Tom Brady en relative perte de vitesse et un Cam Newton en plein boum, la passation de pouvoir semblait inévitable. À la fin de la treizième semaine de compétition, elle est désormais effective. Derrière, Carson Palmer confirme son rôle de troisième larron.

1) Cam Newton (+1) Quarterback – Carolina Panthers (12-0)
2797 yards à 58,4% – 25 touchdowns pour 10 interceptions, 108 courses, 476 yards, 7 touchdowns, 3 fumbles – 93,2 d’évaluation.
Sur les dix dernières saisons, cinq équipes ont gagné au moins quatorze matchs. Et à chaque fois, le MVP de la saison s’y trouvait. Avec douze victoires en autant de match, Cam Newton devient évidemment le favori légitime au titre individuel ultime. Avec des matchs face aux Giants, aux Buccaneers et aux Falcons à deux reprises, c’est carrément la saison parfaite qui semble ouvrir les bras aux Panthers. Dans un pareil cas, peu de choses pourraient alors empêcher Newton de conquérir un premier titre de MVP.

2) Tom Brady (-1) Quarterback – New England Patriots (10-2)
3912 yards à 63,7% – 31 touchdowns pour 6 interceptions, 28 courses, 45 yards, 3 touchdowns, 5 fumbles – 102,8 d’évaluation.
Défait par les Eagles, Tom Brady a semblé confirmer tous les avis sceptiques à son sujet disant qu’à ce stade de sa carrière, il a besoin de Rob Gronkowski sur le terrain pour performer à un haut niveau. Sur ce match, difficile de leur donner tort. Malgré tout, sa saison reste solide qui ajoutée au bilan collectif des Patriots peut encore lui permettre d’espérer décrocher ce titre individuel majeur qui lui semblait promis toute la saison.

3) Carson Palmer (-) Quarterback – Arizona Cardinals (10-2)
3693 yards à 63,9% – 29 touchdowns pour 9 interceptions, 22 courses, 21 yards, 1 touchdown, 6 fumbles – 106,3 d’évaluation. 
Carson Palmer est probablement le seul à pouvoir encore se mêler à la lutte entre Cam Newton et Tom Brady. Encore très solide face aux Rams avec deux nouveaux touchdowns, le lanceur des Cardinals semble être au nirvana de sa carrière à 35 ans. Et avec les Packers ou les Seahawks encore au programme, Palmer a encore de quoi se mettre en valeur et chiper le titre si cela venait à se casser les dents devant lui.

4) Andy Dalton (-) Quarterback – Cincinnati Bengals (10-2)
3191 yards à 66,1% – 26 touchdowns pour 6 interceptions, 57 courses, 142 yards, 3 touchdowns, 5 fumbles – 107,4 d’évaluation.
Encore très juste face aux Browns, Andy Dalton n’a pas eu à forcer son talent pour glaner sa dixième victoire de la saison à la tête de l’attaque des Bengals. Auteur d’une nouvelle performance à plus de 200 yards et deux touchdowns, le lanceur s’impose définitivement cette saison parmi les quarterbacks élites de cette ligue en saison régulière. À la lutte pour la première place en AFC, sa tâche en playoff pourrait être un peu moins compliquée que les autres années. Pour le titre de MVP en tout cas, il semble définitivement décroché.

5) Adrian Peterson (-) Running back – Minnesota Vikings (8-4)
245 courses, 1182 yards et 8 touchdowns – 27 réceptions, 189 yards, 6 fumbles
Si il est toujours compliqué pour un non quarterback de bien figurer au sein de ce classement, on ne peut pas dire qu’Adrian Peterson soit parvenu à faire grand chose cette semaine pour encore grimper quelques échelons. Même en ajoutant les yards à la course et à la réception, Peterson n’a même pas atteint les 30 yards face aux Seahawks et évidemment pas le moindre touchdown non plus. Si cela semble terminé pour lui pour un éventuel deuxième titre de MVP tout comme le record de yards au sol sur une saison, il a toujours une place en playoffs à aller chercher avec ses Vikings.

6) Aaron Rodgers (-) Quarterback – Green Bay Packers (8-4)
2957 yards à 61% – 26 touchdowns pour 5 interceptions, 48 courses, 287 yards, 1 touchdown, 3 fumbles – 97,3 d’évaluation.
Rien que pour son coup de maître en fin de match pour donner la victoire aux Packers face aux Lions, Aaron Rodgers mérite de se maintenir dans le ventre mou de ce classement. Parce que pour le reste, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Apparu dans la lignée des semaines précédente très en difficulté, en manque de cibles crédibles et laché par un jeu au sol défaillant, Rodgers ne peut clairement pas espérer mieux cette saison.

7) Antonio Brown (+1) Receveur – Pittsburgh Steelers (7-5)
93 réceptions, 1310 yards et 7 touchdowns – 3 courses, 28 yards, 2 fumbles
Opposé aux Colts avec les Steelers, Antonio Brown a illuminé ce match de sa classe et est tombé amoureux d’un poteau central. Plus sérieusement, le receveur s’impose comme le meilleur de la NFL à son poste quand Ben Roethlisberger est la pour lui offrir des caviars. Dommage que les blessures aient aussi durement frappé les Steelers sans quoi ils pourraient rêver d’un meilleur bilan, et Brown d’une bien meilleure place dans ce classement.

8) Julio Jones (-1) Receveur – Atlanta Falcons (6-6) 
102 réceptions, 1338 yards et 6 touchdowns, 2 fumbles
Et une de plus qui font six. Avec cette nouvelle défaite des Falcons de Julio Jones, les voilà désormais à six revers sur leurs sept derniers matchs et sont parvenu à gâcher leur beau début de saison. Pourtant, Jones ne chôme pas pour permettre à son équipe de gagner. Auteur d’un nouveau match à près de 100 yards à la réception, le receveur connaît tout de même une disette de quatre match sans inscrire le moindre touchdown. Mais peut-être que le catastrophique Matt Ryan n’y est pas étranger.

9) Luke Kuechly (-) Linebacker – Carolina Panthers (12-0)
81 plaquages, 1 sack – 7 passes défendues, 3 interceptions, 1 touchdown, 1 fumble forcé
Auteur d’un match modeste statistiquement face aux Saints ou de toute façon les défenses n’ont pas eu voix au chapitre, Luke Kuechly n’en reste pas moins l’exemplaire patron de la défense de la meilleure équipe de la ligue. Et si Cam Newton peut légitimement viser le titre de MVP et offrir une saison parfaite aux siens, il le devra en bonne partie à Kuechly.

10) Russell Wilson (+1) Quarterback – Seattle Seahawks (7-5)
2997 yards à 68,5% – 21 touchdowns pour 7 interceptions, 86 courses, 450 yards, 1 touchdown, 6 fumbles – 106,2 d’évaluation.
Logiquement mis en cause par le mauvais début de saison des Seahawks et un bilan de quatre victoires pour cinq défaites, Russell Wilson à depuis relevé la tête et Seattle avec lui. Sur la série en cours de trois victoires consécutives, Wilson complète 76,8% de ses passes pour 879 yards, 11 touchdowns, aucune interception et une évaluation de 148,2 (!). Très clairement le guide de Seahawks revenus dans la course.

Mentions spéciales :
J.J. Watt (59 plaquages, 13,5 sacks, 5 passes défendues, 1 fumble forcé)
Charles Woodson (60 plaquages, 1 fumble forcé – 8 passes défendues, 5 interceptions)
Odell Beckham (1154 yards et 10 touchdowns à la réception)
Brandon Marshall (1062 yards et 10 touchdowns)
Ben Roethlisberger (2707 yards et 15 touchdowns pour 9 interceptions, 9 courses, 28 yards, 1 fumble – 98,1 d’évaluation)
Chris Ivory (813 yards et 7 touchdowns à la course – 202 yards et 1 touchdown à la réception, 3 fumbles)
DeAndre Hopkins (1169 yards et 10 touchdowns)
Eli Manning (3318 yards et 24 touchdowns pour 10 interceptions, 15 courses, 59 yards, 8 fumbles – 91,6 d’évaluation)
Rob Gronkowski (931 yards et 9 touchdowns)
Josh Norman (42 plaquages – 2 fumbles forcés – 15 passes défendues, 4 interceptions, 2 touchdowns)
Chandler Jones (38 plaquages, 10,5 sacks, 3 fumbles forcés – 2 passe défendue, 1 interception)
Devonta Freeman (811 yards et 9 touchdowns à la course – 476 yards et 2 touchdowns à la réception, 1 fumble)
Tyler Eifert (522 yards et 12 touchdowns)

PARTAGER