PARTAGER

odell_beckhamjr_151215

Miami Dolphins (6-7) – New York Giants (5-8) : 24-31

L’invincibilité des Giants continue. New York était la seule équipe que Miami n’avait jamais vaincu à domicile, c’est toujours le cas après ce match remporté 31-24 par les visiteurs. L’heure était pourtant à la fête pour Miami qui fêtait le 50 anniversaire de la création de la franchise avec des maillots, des casques et même la end-zone en mode rétro. Eli Manning (27/31, 337 yards, 4 TD) et Odell Beckham Junior (7 réc, 166 yards, 2 TD) ont étrillé la défense aérienne des locaux. Malgré quelques petites erreurs, les Giants s’affirment comme prétendants au titre de division de l’imprévisible NFC Est, synonyme de playoffs. Le jeu au sol des Dolphins a été dominant dans la première mi-temps avant de s’essouffler. Miami n’a pas réussi à tenir le rythme offensif des Giants jusqu’au bout et ont été trop hésitants pour espérer contenir une attaque de New York largement portée par son receveur star.

Egalité (quasi) parfaite

Le match débute mal pour les Dolphins : Ryan Tannehill (25/41, 236 yards, 1 TD) vise Dion Sims (3 réc, 14 yards) qui échappe le ballon. Jason Pierre-Paul prouve alors que malgré sa main amochée il est encore habile de ses huit doigts et demi en récupérant la balle qui rebondissait. Mais les Giants ne convertissent qu’un field goal. Les Dolphins se rattrapent et Lamar Miller (12 ballons, 89 yards, 2 TD) profite d’une défense adverse plutôt laxiste pour rentrer le premier dans la end-zone colorée du Sun Life Stadium. 7-3 Miami.

Dans le deuxième quart-temps, le rythme s’accélère. New York prend la tête au tableau d’affichage sur un touchdown de Manning pour Rueben Randle (5 réc, 58 yards, 1 TD). Derrière, Miller remet le service au sol sur une course de 38 yards. La défense de New York n’arrive clairement pas à contrer le coureur : il a déjà 61 yards gagnés après le premier contact en 20 minutes de jeu. Ce qui donne 14-10 pour Miami. Eli Manning, malgré sa grosse performance, commet une belle bourde en donnant mal son ballon à Rashad Jennings (22 ballons, 81 yards), forçant un fumble, le 41e depuis l’arrivée d’Eli en NFL. Triste record. Les Dolphins se contentent d’un field goal.

On pense la mi-temps achevée mais Manning va monter une nouvelle offensive. Sur une passe de 45 yards, il trouve OBJ et bénéficie également d’une pénalité de 15 yards pour avoir été secoué par Olivier Vernon. Au bout du compte, c’est un touchdown d’égalisation pour le bien-nommé Will Tye (5 réc, 30 yards, 1 TD). A la pause, le score et de 17 partout. Les deux formations ont respectivement 202 et 199 yards au compteur et un turnover. On peut parler d’un match serré.

OBJectif victoire

De retour des vestiaires, ce sont les Dolphins qui marquent les premiers avec un touchdown presque contestable. Manning lance Kenny Stills (2 réc, 49 yards, 1 TD) sur 47 yards. Le receveur longe la ligne et rentre dans l’en-but tout juste au niveau du pylône de coin. C’est validé par les arbitres et Miami mène 24-17. C’est au tour des Giants de répondre. Et qui de mieux qu’Odell Beckham Junior ? Le rookie offensif de l’an dernier réceptionne le ballon avec un orteil à trois centimètres de la ligne de touche dans l’en-but. Nouvelle vérification, nouvelle validation du corps arbitral. 24 partout entre les deux équipes.

En toute fin de troisième quart-temps, les Giants manquent l’opportunité de passer devant au score sur un field goal raté par Josh Brown. Les fans commencent à entrevoir le spectre malheureusement trop familier cette saison de la défaite concédée en toute fin de match. Mais les Dolphins décident de leur épargner cet affront. Sur la possession suivante des Giants, la défense de Miami oublie complètement Odell Beckham Junior. Lui qui est capable de marquer des touchdowns à une main avec un défenseur sur le dos, le voici seul sans le moindre adversaire à cinq mètres avec un ballon qui lui tombe pile dans les mains. 84 yards plus tard, c’est le touchdown facile. Avec une célébration hommage à Ray Lewis en prime.

New York mène 31-24 et ne laissera pas les Dolphins revenir au score. Marque finale : 31 à 24. Avec 6 victoires et 7 défaites, les Giants sont désormais à égalité avec les Redskins et les Eagles en tête de la division. La fin de saison promet encore beaucoup de suspense pour le titre de la NFC Est. Pour les Dolphins, la question ne se pose déjà plus depuis quelques semaines, une fiche de 5-8 c’est déjà trop loin pour espérer ne serait-ce qu’une place en wild card.

PARTAGER