PARTAGER

josh_norman_211215

Les interviews d’après match étaient très attendues dimanche soir à New York. À leur crédit, Josh Norman et Odell Beckham n’ont pas fuit les micros.

Au contraire, le cornerback des Panthers n’a pas hésité à dire tout le mal qu’il a pensé de son adversaire. Après avoir crié quelques insultes en sortant du terrain, traitant notamment Beckham de « bitch », Norman était plus posé, mais incisif devant la presse.

Forcément, le coup dans le casque dont il a été victime lui reste en travers de la gorge.

« Le gars a couru 15 yards, collision directe. Il est revenu et chassait, c’était complètement malveillant », a-t-il expliqué devant ESPN. « J’espère que la ligue va revoir les images et voir ce qu’elle peut faire, parce que les joueurs comme ça ne méritent pas d’être sur le terrain. C’est incroyable. »

« Je pense que c’était personnel. Il essayait de m’avoir. Je n’ai rien pris personnellement. J’ai juste fait mon boulot. »

Visiblement, Norman n’apprécie pas vraiment le style de Beckham.

« Il danse, sautille comme une ballerine… Ca montre le joueur qu’il est. Il a le niveau de maturité d’un petit enfant. Je crois qu’il doit grandir. Je fais de mon mieux pour respecter les gens. »

« Si tu veux être Michael Jackson, danser dans tous les sens, faire plein de choses, ne pas être un footballeur et ne pas s’entrainer comme il faut, ça se voit. J’espère que j’ai fait tomber le masque. J’ai montré quel est le vrai visage de ce gars. Tu veux jouer au football, joue au football. Ne vient pas faire tous ces trucs superflus. »

Pas d’excuses

De son côté, Beckham a commencé avec une réponse simple pour les trois premières questions sur son affrontement avec Norman.

« C’est malheureux que nous ayons perdu. »

Ensuite, il a surtout regretté de s’être fait prendre.

« Vous ne voulez jamais pénaliser votre équipe comme ça, et j’ai appris dans la vie que c’est toujours celui qui répond qui se fait attraper. C’est malheureux », a-t-il expliqué.

Tom Coughlin a expliqué avoir laissé Beckham sur le terrain pour qu’il apprenne de la situation. Il y a peut-être encore un peu de travail.

PARTAGER