PARTAGER

charles_woodson_25122015

Oakland Raiders (7-8) – San Diego Chargers (4-11) : 23-20 (a.p.)

« RAIDERS, RAIDERS, RAIDERS ». C’est par ces simples mots que Charles Woodson a rendu hommage au public d’Oakland après son dernier match au O.co Coliseum, qui s’est terminé par une victoire des siens face aux Chargers en prolongation 23-20.

S’il n’a quasiment pas été utilisé en attaque (sur un jeu seulement) comme on pouvait l’espérer après les rumeurs de la semaine écoulée, Woodson a fait partie intégrante d’une défense qui a complètement porté Oakland à partir du troisième quart-temps. Il fallait bien ça pour ralentir Philip Rivers (31/49, 277 yards, 1 touchdown), très bon durant la première période, et compenser une attaque des Raiders qui n’a jamais vraiment trouvé son rythme comme l’illustrent les performances de Derek Carr (24/39, 209 yards, 1 touchdown, 1 interception) et Amari Cooper (2 réceptions, -9 yards).

Philip Rivers en démonstration

A l’image de la rencontre de la semaine dernière face à Green Bay, les Raiders connaissent un début de match difficile puisque Derek Carr se fait intercepter par Kendall Reyes dès le premier drive. Derrière, San Diego en profite pour ouvrir le score par l’intermédiaire de Donald Brown, auteur de son premier touchdown de la saison (0-7). Suite à cette entame ratée, Oakland réagit très vite avec un Carr inspiré et un Latavius Murray (19 courses, 79 yards, 1 touchdown + 6 réceptions, 62 yards) qui fait la différence sur une course de 22 yards qui remet les deux équipes à égalité (7-7).

Au début du deuxième quart-temps, les Chargers reprennent l’avantage grâce à un Philip Rivers très précis qui trouve Dontrelle Inman (8 réceptions, 82 yards, 1 touchdown) pour un touchdown (7-14). Les Raiders parviennent à réduire le score sur le drive qui suit avec un field goal de 50 yards de Sebastian Janikowski (10-14), mais sont toujours incapables de mettre en difficulté le quarterback de San Diego. Ce dernier, très peu mis sous pression par le pass rush adverse, se régale et guide les siens vers un field goal juste avant la mi-temps (10-17).

Place aux défenses !

Au retour des vestiaires, les lignes défensives de San Diego et d’Oakland se montrent dominantes et empêchent ainsi les attaques d’avancer. Du coup, on assiste à un festival de punts au cours du troisième quart-temps, où aucune des deux équipes ne parvient à marquer des points offensivement. Cependant, les Raiders réussissent à réduire le score grâce à un safety suite à un sack de Denico Autry dans la end zone (12-17).

Au début de la dernière période, les Chargers tentent de créer un écart plus conséquent et conservent la balle pendant de longues minutes. Malheureusement pour eux, cela ne se traduit pas au tableau d’affichage puisque le kicker Josh Lambo vendange un field goal de 48 yards.

A ce moment-là, on se dit que c’est peut-être ce qu’il fallait aux Raiders pour remonter au score, mais l’attaque n’arrive toujours pas à convertir son premier first down de la deuxième mi-temps. Du coup, c’est la défense d’Oakland qui sort un big play avec un fumble forcé par Malcolm Smith, qui permet ensuite à Michael Crabtree de marquer sur une passe de trois yards. Derrière, la conversation à deux points est réussie et les Raiders prennent donc trois points d’avance à un peu moins de cinq minutes de la fin (20-17).

Une fin à suspense

Mené pour la première fois du match, San Diego parvient à remonter le terrain mais est stoppé sur la ligne des 27 yards des Raiders. Résultat, les Chargers tapent un field goal et reviennent à égalité à une minute de la fin (20-20), provoquant ainsi une prolongation.

Durant cette dernière, l’attaque d’Oakland est pénalisé à plusieurs reprises mais elle réussit tout de même à arriver dans la zone rouge adverse grâce en grande partie à une réception de 33 yards signé Seth Roberts. Cependant, elle est incapable de tuer le match et est limitée à un field goal (23-20).

La balle revient donc entre les mains de Philip Rivers, qui possède à la fois l’opportunité d’emmener son équipe vers la victoire mais également la pression de guider les siens vers au moins au field goal. Et malheureusement pour lui et son équipe, il ne trouve aucun receveur sur un quatrième down et met ainsi un terme à une rencontre qui pourrait bien être la dernière à Oakland avant un long moment.

PARTAGER