PARTAGER

antonio-brown_030116

Les Jets avaient leur destin en main. Raté. Menés pendant toute la soirée, les hommes de Todd Bowles n’ont pas réussi à sortir le drive de la victoire, malgré deux occasions. Une mésaventure qui fait le bonheur des Steelers, vainqueurs sans trembler des Browns.

Le suspense est aussi terminé dans l’AFC Sud, officiellement décrochée par les Texans, vainqueurs des Jaguars.

Dans l’AFC, les playoffs s’annoncent très ouverts. En tout cas, les Patriots n’ont rien fait pour rassurer en allant s’incliner à Miami.

Buffalo Bills (8-8) – New York Jets (10-6) : 22-17

Miami Dolphins (6-10) – New England Patriots (12-4) : 20-10

Dallas Cowboys (4-12) – Washington Redskins (9-7) : 23-34

Cleveland Browns (3-13) – Pittsburgh Steelers (10-6) : 12-28

Les Steelers n’ont jamais vraiment été inquiétés, mais il a tout de même fallu attendre les dernières minutes pour les voir s’envoler définitivement et valider leur billet pour les playoffs. Cette victoire a aussi été marquée par la blessure de DeAngelo Williams, qui a été évacué sur une voiturette et semble sérieusement touché. Un gros coup dur pour le jeu au sol de Pittsburgh.

Des touchdowns de Heath Miller (3 rec, 18 yards, 1 TD) et Antonio Brown (13 rec, 187 yards, 1 TD) ont permis à Pittsburgh de se détacher 14-9 à la pause malgré une interception et un fumble de Ben Roethlisberger (24/36, 349 yards, 3 TDs, 2 int) dans les premières minutes. Des erreurs reproduites après la pause, avec une nouvelle interception sur la première série de Pittsburgh dans le troisième quart.

Heureusement, Austin Davis (24/46, 240 yards, 2 int, 1 fumble) n’est pas plus adroit. Après un échange de field goal, Big Ben récupère le ballon à 8 yards de l’enbut grâce à un fumble recouvert par sa défense. Il trouve directement Marcus Wheaton pour le touchdown du KO (25-12). Cleveland perd même un ballon sur le retour de kickoff, et les visiteurs ajoutent trois points de plus (28-12). Les deux dernières séries de Cleveland se soldent également pas un échec.

Avant même le coup de sifflet final, les supporters de Pittsburgh font la fête. Car à Buffalo, les Jets ont perdu.

Houston Texans (9-7) – Jacksonville Jaguars (5-11) : 30-6

Houston n’aura pas tremblé dans ce match de division facilement remporté grâce à une défense qui a constamment mis sous pression Blake Bortles (17/32, 239 yards, 2 INT, 1 fumble, 8 sacks subis) à la faute.

La Première mi-temps est bien gérée par des Texans. Houston marque les premiers points de la partie avec un field goal et un touchdown (10-0) de Jonathan Grimes (4 courses, 4 réception, 54 yards, 2TD) avant de voir les Jaguars marquer leur premier point sur field goal (10-3).

Un fumble des Jaguars récupéré par J.J Watt permettra quelques actions après aux Texans d’agrandir leur avance par un nouveau touchdown de Grimes (17-3). Les leaders de l’AFC Sud ajoute même un field goal juste avant la mi-temps pour mener 20 à 3.

Le second acte sera une partie de repos pour l’équipe texane. La défense n’encaisse qu’un field goal (20-6) et force Bortles à un nouveau fumble puis l’intercepte avec Kareem Jackson pour le touchdown (30-6). Derrière les Jaguars ne feront rien de plus et s’inclinent face à plus fort qu’eux.

New York Giants (6-10) – Philadelphia Eagles (7-9) : 30-35

4&10 à jouer pour les Giants alors menés 35 à 30. Mais comme souvent cette saison, les Giants se ratent, game over et le possible dernier match de Tom Coughlin à New-York se solde par une défaite…

Avec deux défenses pas au point cette saison, il ne faut pas s’étonner de voir les points coulés en première mi-temps. Le shotout commence dès le premier drive avec une course pour touchdown (0-7) de 54 yards de Demarco Murray (12 courses, 69 yards, 1TD, 1 fumble). Puis les Eagles mènent 14-3 après un touchdown au sol de Darren Sproles.

Alors que les Giants se contentent d’un nouveau field goal (6-14) en Red Zone, la défense de New-York intercepte Sam Bradford pour rendre le ballon à son attaque. Quelques jeux après, Eli Manning (24/44, 302 yards, 2TD, 1INT) trouve Will Tye pour le touchdown (13-14) mais les Eagles répondent directement avec un touchdown (13-21) sur réception de Jordan Matthews (7rec, 54 yards, 2TD). Une avance perdue le drive suivant lorsque Rashad Jennings (27 courses, 170 yards, 1TD) entre dans l’end zone (20-21) sur une course de quelques yards.

Le second acte voit pour la première fois du match les Giants passer devant au score. Après un fumble de DeMarco Murray recouvert par New-York, il suffit d’une passe de 45 yards à Manning pour envoyer Rueben Randle dans l’end zone (27-21). Mais comme les Giants restent les Giants, ils relancent les Eagles avec un pick 6 malchanceux de Manning retourné par Walter Thurmond pour redonner l’avantage (27-28) à Philadelphie.

Les Eagles prendront l’avantage définitif lorsque Sam Bradford (30/38, 320 yards, 2TD, 1INT) se connecte avec Matthews dans la zone de vérité, permettant ainsi aux Eagles de mener 35 à 27. Les Giants reviendront bien à -5 avec un field goal mais l’écart sera trop dur à surmonter.

Indianapolis Colts (8-8) – Tennessee Titans (3-13) : 30-24

Les Colts n’iront pas en playoffs puisque les Texans ont gagné, mais ils terminent sur une victoire malgré une situation dantesque au poste de quarterback. Josh Freeman (15/28, 149 yards, 1 TD, 1 int) débute la rencontre en menant les siens à un field goal. Mais le revenant perd un fumble dans sa moitié de terrain, et Zach Mettenberger (5/13, 38 yards) en profite pour répondre avec un touchdown. Sauf que Freeman tient bon ! Il se connecte avec Coby Fleener (7 rec, 88 yards, 1 TD) dans la foulée pour un touchdown de 57 yards (10-7) !

Le match s’emballe, et David Cobb (19 courses, 73 yards, 1 TD) marque au sol pour les Titans (10-14). Adam Vinatieri rapproche Indianapolis (13-14), et c’est Ryan Lindley (6/10, 58 yards, 1 TD) qui trouve Andre Johnson (4 rec, 46 yards, 1 TD) pour un touchdown avant la pause (20-14).

Au retour des vestiaires, Mettenberger est intercepté par Jerrell Freeman, qui retourne le ballon pour un touchdown (27-14). Alex Tanney (10/14, 99 yards, 1 TD) rentre en jeu et ramène Tennessee au score avec un field goal, puis un touchdown (27-24) de Dorial Green-Beckham (2 rec, 21 yards, 1 TD).

Il reste alors 11 minutes à jouer. Mais après un échange de punts, Vinatieri fait passer le score à 30-24 au pied. Le dernier drive des Titans se solde par un échec sur une 4e et 21 yards.

Cincinnati Bengals (12-4) – Baltimore Ravens (5-11) : 24-16

Menés 9-7 à la pause, les Bengals ont mis un coup d’accélérateur dans le troisième quart-temps pour prendre le large et ne plus être inquiétés. C’est d’abord A.J. Green qui a mis les pieds dans la end zone sur la deuxième passe de touchdown d’A.J. McCarron (17/27, 160 yards, 2 TDs). Jeremy Hill (16 courses, 96 yards, 1 TD) a ensuite marqué sur une chevauchée de 38 yards pour faire passer le score à 21-9.

Malgré toute la bonne volonté de Ryan Mallett (30/56, 292 yards, 1 TD, 2 int) cet écart était insurmontable. Si le lanceur intérimaire des Ravens a réussi à mener son équipe à un touchdown dans le dernier quart, il a finalement été intercepté à 37 secondes de la fin alors qu’il tentait de mener un drive désespéré depuis ses 9 yards.

Malgré une saison pourrie par les blessures, ces Ravens ont eu le mérite de ne jamais lâcher. Les Bengals, eux, ont fait le boulot, mais l’attaque est clairement moins flamboyante avec McCarron.

Atlanta Falcons (8-8) – New Orleans Saints (7-9) : 17-20

Drew Brees (32/42, 323 yards, 1 TD) et les Saints bouclent la saison sur une belle prestation. Au moins en première mi-temps. Dans un début de rencontre agréable, les deux équipes se sont rendues coup pour coup. Après un field goal d’Atlanta (3-0), Tim Hightower (16 courses, 66 yards, 1 TD) marque le premier touchdown (3-7). Tony Moeki et Devonta Freeman marquent pour Atlanta dans le second quart, mais Ben Watson passe également dans la end zone pour les Saints. Julio Jones (9 rec, 149 yards) se fait aussi remarquer.

Le score est de 17 à 14 pour Atlanta à la pause. New Orleans égalise au début du troisième quart (17-17). Ensuite, c’est la panne. Les drives sont longs, mais les erreurs s’enchainent. Devonta Freeman lâche le ballon à 3 yards de marquer. Sur la série suivante, c’est Travaris Cadet qui relâche le cuir à 3 yards de la end zone adverse. Matt Ryan (24/36, 334 yards, 2 TDs, 1 int) s’élance pour le drive de la victoire à un peu moins de deux minutes du terme mais est intercepté dès sa première passe et offre le ballon aux Saints à 25 yards des poteaux.

Tim Hightower court et force Atlanta à utiliser ses temps-morts. Drew Brees pose le genou au sol, et Kai Forbath réussit le field goal de la victoire. Une victoire sur un rival de division ne fait jamais de mal avant les vacances.

Chicago Bears (6-10) – Detroit Lions (7-9) : 20-24

Jugé plus fiable que jamais, Jay Cutler aura été le fossoyeur de son équipe dans ce match avec trois interceptions dont une dernière fatale en fin de dernier quart.

Première mi-temps pas franchement emballante entre les Bears et les Lions. Si l’équipe de Detroit trouve vite l’ouverture du score (0-7) avec un touchdown de Tim Wright sur une passe de Matthew Stafford, il faut attendre la toute fin du premier acte pour voir de nouveau des points avec un field goal des Lions (0-10). Entre temps il n’y a pas eu grand-chose si ce n’est des punts et deux interceptions de Jay Cutler, pas aussi fiable qu’attendu.

Le second acte sera plus animé. D’entrée Chicago marque un field goal (3-10) puis sur son 2e drive voit Jay Cutler envoyer Bellamy pour le touchdown du 10 à 10. S’en suit une série de trois touchdowns consécutifs : le premier pour les Lions avec Calvin Johnson, puis les Bears reviennent à égalité (17-17) lorsque Cutler trouve Matt Forte. Enfin, le dernier par l’intermédiaire d’Eric Ebron pour permettre aux Lions de mener 24 à 17.

Si les Bears remontent l’écart avec un field goal (20-24), l’interception de Cutler tuera définitivement leurs derniers espoirs de retour.

Résumés par : Alain Mattei, Raphaël Masmejean, Jonathan Pham, Nicolas Meichel et Grégory Richard

PARTAGER