PARTAGER

nfl_scouting_combine_260216

Le NFL Combine 2016 est officiellement ouvert depuis mardi. Les joueurs sont pour la plupart arrivés à Indianapolis. Mais la partie la plus intéressante commence ce vendredi avec les ateliers qui vont se dérouler au Lucas Oil Stadium, résidence des Colts. Touchdown Actu vous donne le planning pour ces quatre jours qui vont déterminer en partie la prochaine draft.

Voici d’abord les dates des ateliers pour chaque postes.

Vendredi 26 février : running backs, linemen offensifs, équipes spéciales

Samedi 27 février : quarterbacks, receveurs et tight ends

Dimanche 28 février : linemen défensifs et linebackers

Lundi 29 février : defensive backs

Les ateliers

Les joueurs sont évalués sur une série de six ateliers communs à toutes les positions.

Sprint de 40 yards (40 yards dash)

Le plus fameux des ateliers. Un simple sprint sur une distance de 40 yards. Les athlètes sont chronométrés à leur passage aux 10 yards, aux 20 yards et aux 40 yards. Cela permet aux observateurs de mesurer la vitesse des prospects et surtout l’explosivité de leur premier pas, qui est une donnée très importante pour les linemen offensifs et défensifs notamment. Cette année, les joueurs qui réussiront les trois meilleures performances se verront offrir une Porsche par Adidas, à condition de porter une paire de chaussures de la marque aux trois bandes au moment de l’exercice.
Recordmen : Rondel Melendez (1999) et Chris Johnson (2008) en 4,24 secondes.

Développé couché (bench press) 

Encore un exercice très simple : les athlètes doivent soulever le plus de fois possible une barre de 102 kilos (225 livres). Bien sûr, le bench press mesure avant tout la puissance développée par le haut du corps, mais il est aussi un excellent indicateur d’endurance et de sérieux, puisqu’il donne une idée du temps qu’un joueur a passé dans une salle de musculation au cours des dernières années.
Recordman : Justin Ernest (1999) avec 51 répétitions.

Saut vertical (vertical jump) 

Le vertical jump permet d’évaluer la détente sèche d’un joueur et requiert une véritable maîtrise technique. Dans un premier temps, le prospect se tient debout, bras levés pour mesurer la hauteur qu’il peut atteindre, puis fléchit les genoux et saute le plus haut possible, sans élan. La différence obtenue entre ces deux mesures est la détente sèche. Cet atelier permet de mesurer l’explosivité des membres inférieurs et se révèle important pour les receveurs et les defensive backs.
Recordman : Gerald Sensabaugh (2005) avec 46 inches soit 1,17 mètre environ.

Saut en longueur (broad jump) 

Comme le précédent, le joueur doit sauter le plus loin possible sans élan. S’il mesure également la puissance et l’explosivité du bas du corps, il évalue en plus l’équilibre de l’athlète puisque celui-ci doit soigner sa réception, une donnée importante pour les coureurs ainsi que pour les linemen et les linebackers.
Recordman : Jamie Collins (2013) avec 11,7 feet soit approximativement 3,57 mètres.

L’exercice des trois cônes (three cones drill) 

C’est une course qui inclut plusieurs changements de direction que l’on appelle aussi la course en « L ». Le joueur fait 5 yards puis revient à son point de départ, le bas du L. Puis il  refais les 5 yards avant d’enchaîner sur sa droite, le long du L. Arrivé au bout demi-tour jusqu’au point de départ initial. Le but est de faire tout le parcours sans décélérer. Cet exercice permet d’évaluer l’agilité, la rapidité et la fluidité des déplacements d’un joueur.
Recordman : Jeff Maehl (2011) en 6,42 secondes.

La navette (shuttle run) 

Il existe deux types de shuttle run : un sur 20 yards et un autre sur 60 yards. La version courte est aussi appelé le 5-10-5. C’est une course latérale. Chaque joueur part de face, court 5 yards sur un côté, 10 sur l’autre, puis 5 sur le premier côté, revenant ainsi à son point de départ. Les observateurs évaluent ainsi la capacité d’un joueur à se mouvoir dans un espace restreint. Dans la version longue, il enchaîne trois aller-retours consécutifs : le premier jusqu’aux 5 yards, le second jusqu’aux 10 yards et le troisième jusqu’aux 15 yards. Ce second test est un très bon révélateur de la condition physique d’un prospect. Ces deux ateliers permettent de mesurer la capacité d’un joueur à maîtriser son corps, en alternant les changements de rythme et de direction.
Recordmen : Kevin Kasper (2001) en 3,73 secondes sur 20 yards; Brandin Cooks (2014) en 10,72 secondes sur 60 yards.

Chaque poste a également des ateliers spécifiques qui permettent d’évaluer les capacités requises en jeu. On a le lancer pour les quarterbacks, les réceptions à la chaîne pour les tight-ends et receveurs ou l’esquive du plaquage pour les coureurs.

Les jambes… et la tête

De plus, si le combine est réputé pour ses nombreux tests physiques, il ne faut pas non plus oublier les différents examens psychologiques et intellectuels de l’évènement. Ainsi, durant leur séjour, les prospects doivent se soumettre au Wonderlic Test, examen de 12 minutes pour 50 questions type « test de QI », dont le record de nullité est détenu par le cornerback Morris Claiborne avec une note de 4.

Enfin la partie la plus dissimulée du combine, mais peut-être la plus importante : les entretiens individuels. En effet, chaque franchise possède un crédit de 60 entretiens qu’elle dépense avec les joueurs de son choix. De l’avis de nombreux participants, les questions posées sont très (très) variées.

En résumé, si le combine n’est pas toujours un modèle de fiabilité, il reste un outil intéressant dans l’idée de départager deux joueurs au coude à coude.

Vous pourrez retrouver chaque jour le résumé des meilleures performances du Combine sur Touchdown Actu afin de bien connaître les capacités de chaque joueur au moment de la draft à partir du 28 avril prochain.

PARTAGER