PARTAGER

Ezekiel_Elliott

Jusqu’à la Draft, Touchdown Actu vous propose chaque jour les meilleures vidéos des meilleurs joueurs qui seront sélectionnés les 28, 29 et 30 avril prochains à Chicago.

Ezekiel Elliott – Running back – 20 ans – Junior – Ohio State

Taille : 1m83
Poids : 102 kilos
Position estimée dans la draft : 1er tour

Stats 2015 : 13 matches, 289 courses, 1’821 yards, 6,3 yards par course, 23 touchdowns, 27 réceptions, 206 yards

Ezekiel Elliott n’est pas un talent pur à l’image de Jalen Ramsey (CB/S, Florida State) ou Laremy Tunsil (OT/Ole Miss), mais il est extrêmement complet. Il n’a pas de véritable faiblesse, mais son tempérament pourrait l’aider à devenir un des meilleurs running backs de la NFL comme lui porter préjudice. Après la défaite d’Ohio State contre Michigan State lors de la saison 2015, Elliott avait exprimé ouvertement son mécontentement envers ses coaches qui, selon lui, ne lui avait pas donné suffisamment la balle. Critiqué durant les jours suivants pour ses propos, il avait répondu sur le terrain avec un performance de choix en courant pour 214 yards et 2 touchdowns face à Michigan.

Si ce fort caractère peut lui créer quelques problèmes, il peut aussi lui servir pour devenir un leader dans sa future franchise. En 13 matches joués en 2015, « Zeke » a dépassé 12 fois la marque des 100 yards dont 4 fois au-dessus des 150 yards.

En NFL, Ezekiel Elliott sera un running back capable de jouer les 3 downs grâce à sa polyvalence. C’est très rare pour un running back, mais on peut considérer l’ancien d’Ohio State comme un choix très sûr. Les équipes qui ont le plus besoin d’un joueur é ce poste de la qualité d’Elliott sont les Philadelphia Eagles, les New York Jets, les Miami Dolphins et les Oakland Raiders. Philadelphie semble être l’option la plus probable puisqu’ils ont envoyé DeMarco Murray dans le Tennessee et qu’ils écouteraient les offres pour Ryan Matthews. Si Ezekiel Elliott largement vu comme le meilleur running back de cette cuvée, notamment devant un Derrick Henry, moins complet et doté d’une moins bonne capacité à changer de rythme.

À l’évocation de l’excellente vision d’Ezekiel Elliott, le running back l’emploie aussi pour ses blocks lors d’un blitz ou sur une screen pass. Au final, l’ancien Buckeye brille par sa polyvalence et sa constance, deux choses extrêmement précieuses pour réussir chez les pros. Il en a montré la preuve en 2015 dans une attaque dysfonctionnelle d’Ohio State où il était la seule valeur sûre avec des Cardale Jones, J.T. Barrett et Michael Thomas bien en deçà de leur potentiel. Dans les médias de l’Ohio, une phrase a souvent été employée pour définir le leadership d’Elliott dans cette attaque en manque d’efficacité : « Things are not going well ? Jump on my back ! (Les choses ne se passent pas bien ? Grimpez sur mon dos !)

Comparaison NFL : LeVeon Bell

Points forts :
– Excellente vision
– Bonne sécurité de balle
– Peut porter une équipe
– Très bon premier pas
– Fort dans les moments importants
– Bon receveur et bloqueur
– Finit ses courses (tombe vers l’avant)
– Un monstre après le premier contact

Points faibles :
– Pas une vitesse de pointe exceptionnelle
– Fait parfois des commentaires dans la presse
– Peut être un problème dans le vestiaire

PARTAGER