PARTAGER

mackensie_alexander_08042016

Jusqu’à la Draft, Touchdown Actu vous propose chaque jour les meilleures vidéos des meilleurs joueurs qui seront sélectionnés les 28, 29 et 30 avril prochains à Chicago.

Mackensie Alexander – Cornerback – 22 ans – Sophomore – Clemson

Taille : 1m78
Poids : 86 kilos
Position estimée dans la draft : fin du 1er tour

Stats 2015 : 13 matches, 23 plaquages, 5 passes défendues, 0 TD accordés sur son receveur

Mackensie Alexander n’est peut-être pas le cornerback le plus imposant physiquement de cette cuvée 2016 mais le joueur de Clemson compense pas son agressivité et sa capacité à anticiper les jeux adverses. Très attendu au niveau collégial dès la fin de son lycée, Alexander n’a pas pu prendre part à la première saison avec les Tigers, blessé à l’aine. La saison 2014 a été à la hauteur des espérances placées en lui. A tel point qu’il n’a que très peu été mis à l’épreuve par les quarterbacks adverses.

D’ailleurs c’est un peu l’histoire de la (courte) carrière universitaire de Mackensie Alexander. En 23 matches, il n’a eu que 11 passes défendues et zéro interception. Seulement 29.6 pour cent des passes lancées contre lui ont été complétées. Pas de quoi affoler les compteurs mais un bon révélateur du manque de volonté des coordinateurs offensifs adverses de le tester.

Comment a-t-il réussi à se faire autant redouter en NCAA ? C’est notamment par son jeu féroce et sa capacité à anticiper les mouvements des receveurs adverses que Mackensie Alexander s’est fait craindre. Même s’il est dépassé, il a la rapidité et le jeu de jambe nécessaire pour combler son retard sur son adversaire. Et bien qu’il ne soit pas forcément plus grand que les joueurs en face, sa présence quasi-permanente sur son joueur a souvent raison des jeux adverses. Une attitude aussi acharnée a fait de lui le leader de l’une des meilleures défenses universitaires cette année.

Mais comme souvent au niveau universitaire, cette agressivité est parfois mal dosée et Alexander se laisse parfois trop prendre à son propre jeu de provocation. L’autre problème, c’est qu’il n’a joué que deux ans en NCAA. Et s’il est à l’aise sur les couvertures en homme-à-homme, sa défense de zone n’est pas au point. Face  à une attaque NFL un peu élaborée, il pourrait vite se retrouver débordé. Enfin, si la taille ne fait pas tout, sur de très grands receveurs, il risque de souffrir de son petit gabarit.

En somme, Mackensie Alexander manque d’expérience pour espérer se tailler une place au plus haut niveau dès la saison prochaine. Mais si une équipe fait le pari de le prendre sur le long terme, il peut rapidement s’adapter au niveau NFL et devenir un élément décisif en saison sophomore.

Comparaison NFL : Josh Norman

Points forts
– Rapide et technique
– Féroce
– Capacité d’anticipation des jeux
– Leader sur le terrain

Points faibles
– Parfois trop engagé
– Manque d’expérience
– Relativement petit pour un cornerback

PARTAGER