PARTAGER

greg_hardy_28102015Et si Stephen Jones était la voix de la raison à Dallas. Propulsé sur le devant de la scène lorsqu’on a appris qu’il a réussi à empêcher son père Jerry de sélectionner Johnny Manziel au premier tour de la Draft 2014, le vice-président des Cowboys semble maintenant vouloir redorer un peu le logo de la franchise.

Avec des joueurs comme Greg Hardy, Josh Brent, ou les suspensions récentes de Randy Gregory et DeMarcus Lawrence, Dallas a collectionné les joueurs au comportement douteux ces dernières saisons.

Mais Stephen Jones veut visiblement changer les choses.

« C’est dur pour les gens de comprendre, mais c’est difficile de savoir si quelqu’un va prendre un mauvais chemin une fois qu’ils arrivent en NFL », a-t-il assuré sur une radio locale. « Évidemment, c’est important pour nous de choisir des gars avec un bon comportement, mais il arrive parfois des choses imprévues. Actuellement, vu les soucis que nous avons eu, je comprends que cela ne donne pas cette impression, mais c’est vraiment important pour nous, et nous allons continuer à évaluer ça et à essayer d’être meilleurs là-dessus. »

Les railleries subies à cause des tribulations de Greg Hardy ces derniers mois ont peut-être enfin fait prendre conscience aux Jones qu’il est quand même mieux d’avoir des joueurs qui font parler d’eux pour leurs performances.

Hardy n’a pas été conservé, et la Draft à venir donnera un aperçu de la politique en vigueur à Dallas. Avec Joey Bosa et Jalen Ramsey comme possibilités au 4e choix du premier tour, la défense devrait en tout cas trouver un nouveau visage.

PARTAGER