PARTAGER

eli-apple-280416Vous pensez que les recruteurs NFL vont un peu trop loin dans l’analyse ? C’est possible.

Un exemple ? Les qualités de cuisinier d’Eli Apple se sont récemment retrouvées au centre de l’attention. Tout est parti d’un article du Milwaukee Journal Sentinel, dans lequel plusieurs candidats à la Draft sont passés en revue.

« Je m’inquiète à son sujet à cause des problèmes en-dehors du terrain. Ce gamin n’a aucune aptitude pour la vie de tous les jours. Rien. Il ne sait pas cuisiner. C’est un bébé. Il ne mérite pas le premier tour pour moi. Il me fait peur », y explique un scout au sujet d’Apple.

Heureusement, ces calomnies n’allaient pas rester sans réponses ! C’est le Detroit Free Press qui est allé demander son avis au joueur.

« Je peux faire des gaufres. Je peux faire des oeufs avec du bacon, le fromage, mélanger un peu tout ça. Des galettes de pomme de terre. Je peux tout faire. Et le déjeuner aussi. Je peux faire des burgers, des hot dogs. Tout ce dont vous avez besoin, je peux le faire », assure l’ancien cornerback d’Ohio State.

Si la remarque du premier scout était probablement anodine, il est assez drôle de voir l’ampleur que chaque déclaration prend avant la Draft.

Si Apple peut faire un petit-déjeuner, des burgers et des hot-dogs, il est déjà plus haut que la plupart des étudiants de son âge. Ce ne sont donc pas ses aptitudes en cuisine qui devraient le priver du premier tour.

À quand une épreuve de cuisine au Combine ?

À noter qu’Apple a eu droit à une intersaison mouvementée, puisque c’est déjà à lui que les Falcons avaient posé des questions sur son orientation sexuelle. Peut-être qu’il avait parlé de ses recettes et que cela avait trop titillé le côté macho des coachs.

PARTAGER