PARTAGER

Adrian PetersonEn NFL, le poste de running back est l’un des plus exigeant physiquement, menant à des carrières plus courtes pour les joueurs évoluant à cette position.

Adrian Peterson est dans la trentaine, et vient de sortir d’une saison à 2094 yards. Après une déchirure de ligaments au niveau du genou en 2012, il était revenu encore plus fort qu’avant sa blessure. Et pour lui, ce n’est pas le physique qui le lâchera en premier.

« Les camps d’entraînement, les activités d’intersaisons et tout ça, ce sera clairement un facteur déterminant. Physiquement, ça tiendra. C’est juste mentalement … Comme avec les activités d’intersaison. Je suis là à m’entrainer, je vais ici et là, je travaille. Mais c’est tellement répétitif, c’est plus adapté pour des jeunes joueurs, qui ont besoin d’entrer dans le système. C’est un peu ennuyeux » déclare Peterson à ESPN.

Peterson appui son avis en rappelant qu’en 2012, après sa rupture ligamentaire, il n’avait pas participé à ces activités, et que ça ne l’avait pas empêché d’être performant.

« Pensez à ça : la saison 2012, je n’ai participé à aucun camp d’entrainement » déclare le joueur des Vikings. « Mais j »étais sur le côté, à m’entrainer. Tu as ce mois d’entrainement en plus ? Aller les gars, je ferai mieux de ne pas participer au camp d’entrainement, et de m’entrainer de mon côté. Au camp d’entrainement, tu vas ici, tu joues au football, tu soulèves de la fonte, et après ça, tu n’as plus envie de rien faire. Tu es fatigué de tout ça ».

Vu le niveau de Peterson la saison dernière, les Vikings devraient peut-être écouter le running back, afin qu’il ne prenne pas sa retraite prématurément en raison de l’ennui.

PARTAGER