PARTAGER

eric-decker-jets-270816Ces deux dernières saisons, Eric Decker s’est imposé comme un des meilleurs receveurs de complément de la ligue. Il a capté 80 ballons l’an dernier, et 74 en 2014, à une époque où les Jets jonglaient pourtant avec les soucis au poste de quarterback.

Une belle consécration pour le joueur de 29 ans, définitivement sorti de l’ombre de Peyton Manning, qui lui lançait les passes à Denver.

« J’ai toujours su que je pouvais avoir du succès », assure-t-il au Daily News. « Je ne veux rien retirer de ce que Peyton a signifié pour ma carrière. J’ai appris tellement de choses sur le jeu, les couvertures et les défenses avec lui… Je savais que je devais faire mes preuves. Je savais que je pouvais avoir du succès sans lui. Je suis heureux de continuer. »

Connaitre son rôle

Decker n’est pas toujours évoqué parmi les meilleurs receveurs de la ligue. On parle souvent de lui comme un des meilleurs numéro deux. Et ca ne le dérange pas du tout.

« J’aime bien le mot « meilleur » », explique-t-il en riant. « J’essaye de ne pas regarder des positions précises sur le terrain. Honnêtement, j’adorerais être un Hall of Famer, mais ces gars sont au niveau de Brandon Marshall. Je veux quitter les terrains et que les gens disent, « Il était bon dans ce qu’il faisait, que ce soit le receveur numéro 1, 2, 3, 4 ou 5. » Quel que soit le numéro qu’ils veulent me donner, je m’en fiche. »

Connaitre son rôle et sa valeur, c’est aussi très souvent un ingrédient du succès.

Voir Decker réussir sans Manning n’est finalement pas une surprise. Car on oublie souvent qu’il a capté 44 passes en provenance de Kyle Orton et Tim Tebow en 2011, ce qui était déjà une belle performance pour un joueur de seconde année.

PARTAGER