PARTAGER

troy-polamalu-26-09-16Avec 53 joueurs par effectif chaque saison, difficile d’établir de manière fiable le nom du meilleur élément de chaque équipe sur 10 ans.

ProFootballFocus.com s’est pourtant essayé à ce difficile exercice. Avec ses critères de notation avancés, le site a pris en compte la période allant de 2006 à 2015. Certains choix s’imposent tout naturellement tandis que d’autres sont plus discutables. Après la NFC, voici les résultats pour la conférence AFC.

Baltimore Ravens : Marshal Yanda, RG

Il est certainement le meilleur guard en activité dans toute la NFL. Il a été nommé dans la PFF All-Decade team. Manda est aussi un symbole de régularité. Il a joué 9 188 snaps avec les Ravens depuis son arrivée dans la ligue. Un choix discutable dans la mesure où des joueurs comme Ray Lewis ou encore Terrell Suggs auraient également mérité leur place. Pas de Joe Flacco, l’actuel quarterback des Ravens n’a pas fait preuve de la même constance que ses coéquipiers, avec 106 interceptions en carrière et son évaluation de 84,5, pas assez élevée pour être considéré comme un lanceur élite.

Buffalo Bills : Kyle Williams, DT

Véritable homme de fer avec 139 matchs joués en 10 années de carrière, Williams s’est imposé comme la valeur sûre des Bills au cours des dernières saisons. Entre 2012 et 2014, il a enregistré pas moins de 26 sacks.

Cincinnati Bengals : Andrew Whitworth, LT

L’effectif est encore assez jeune et doit encore faire ses preuves, surtout en playoffs. Le choix d’élire Andrew Whithworth apparaît comme une évidence. Ce joueur allie toutes les qualités pour être reconnu. Il fait partie des meilleurs tackles de la NFL. En 2014, il est même arrivé à la limite de la perfection en matière de protection du côté aveugle. Whithworth n’a concédé que 10 pressions sur l’ensemble de la saison.

Cleveland Browns : Joe Thomas, LT

Joe Thomas est le rare rayon de soleil dans le ciel grisâtre de l’Ohio. Il entre actuellement dans sa dixième campagne NFL, et malgré les pauvres performances de ses coéquipiers, il est toujours présent et rien n’a l’air de le décourager. Certes, il est simple de se faire remarquer dans le marasme des Browns, mais il est quand même moins aisé d’enchainer 5 saisons avec 3 sacks ou moins accordés à son adversaire direct.

Denver Broncos : Von Miller, OLB

Miller n’a pas que son immense performance à faire valoir. En 2012, il culmine a 18,5 sacks et en carrière, enregistre 85 pressions par saisons et a déjà atteint la barre des 65 sacks depuis son arrivée dans la ligue. Il est la clé du succès récent des Broncos et incarne aussi la nécessité d’avoir un pass rush de qualité pour convoiter le Super Bowl.

Houston Texans : J.J. Watt, DE

Aujourd’hui, c’est comme si Texans rime avec Watt. Il est l’un des rare joueurs défensifs de la ligue a porter toute son équipe. Le reste se passe de commentaire.

Indianapolis Colts : Peyton Manning, QB

Ce qu’a fait Manning à Denver n’est qu’une version courte de son parcours avec les Colts. Entre 2006 et 2010, date du début de l’évaluation de Pro Football Focus et avant son arrivée dans le Colorado, il a lancé pour 124 touchdowns et une évaluation moyenne de 96,2. Mention à Reggie Wayne, mais dont la régression a été beaucoup trop marqué à partir de 2011 par rapport au « Shérif ».

Jacksonville Jaguars : Maurice Jones-Drew, RB

5 085 snaps joués pour un total de 8 071 yards glanés au sol et 4,5 yards par portés avec Jacksonville. Le petit coureur a marqué Jacksonville au milieu des années 2000.

Kansas City Chiefs : Derrick Johnson, LB

Certainement l’une des plus grosses surprises. Derrick Johnson a été préféré à Jamaal Charles. PFF a préféré mettre en lumière la défense des Chiefs et l’efficacité de son linebacker vedette et sa capacité d’adaptation lorsque Kansas City a changé de schéma défensif pour passer du 4-3 au 3-4. Il compile 456 stops défensifs et réussi 51,4% de ses plaquages.

Miami Dolphins : Cameron Wake, DE

La belle histoire. Rares sont ceux qui auraient misé sur ses chances de réussites lors de son arrivée dans la NFL en provenance de la ligue canadienne. Pas à ce point, en tout cas. Cameron Wake a déjoué tous les pronostics et est devenu la figure emblématique des Dolphins ces dernières années. 71 sacks et 421 pressions au total sur les quarterbacks pendant sa carrière. Qui a dit qu’un dauphin était gentil ?

New England Patriots : Tom Brady, QB

Les adjectifs et autres superlatifs ne suffisent plus pour le qualifier. Il alimente l’éternel débat pour savoir qui de lui ou de Manning est le meilleur quarterback de tous les temps. Pas mal pour un sixième tour de Draft d’être considéré au niveau, voir au-dessus, des Joe Montana, Dan Marino ou encore Brett Favre.

New York Jets : Nick Mangold, C

Surprise là aussi, pas de Darrelle Revis. Nick Mangold est depuis le début de sa carrière, contrairement à son comparse, un membre des Jets. Même s’il se trouve au crépuscule de sa carrière, Mangold est l’un des meilleurs centres de sa génération, que cela soit en terme de régularité mais aussi de qualité. Presque 4 000 snaps joués et seulement 10,9 pressions accordées par saison.

Oakland Raiders : Nnamdi Asomugha, CB

Sur ces 4 dernières années aux Raiders, Asomugha était l’un des meilleurs cornerback de la ligue, pouvant réduire au silence n’importe quel receveur de la NFL. En moyenne, à peine 19,8 réceptions permises et 257 yards au total encaissés par son adversaire direct. Il faut dire que les quarterbacks n’osaient même plus lancer vers lui. L’absence de Charles Woodson est dû à son passage chez les Packers entre 2006 et 2011.

Pittsburgh Steelers : Troy Polamalu, S

L’un des meilleurs safety de l’histoire de la ligue. Capable de tout faire en défense, comme le montrent ses 581 plaquages, 108 passes déviées, 32 interceptions, 14 fumbles forcés et ces images.

San Diego Chargers : Eric Weddle, S

Toujours en activité mais du côté de Baltimore, Weddle n’est pas le même type de joueur que Polamalu, mais il est intraitable dans la couverture aérienne, mais aussi un arme plus que fiable pour contrer le jeu au sol. Il est devenu une immense force de dissuasion pour passeurs et coureur adverses, ce que relèvent ses 679 plaquages et 19 interceptions pour les Chargers. Philip Rivers et Ladainian Tomlinson auraient mérité bien plus qu’une mention, cependant.

Tennesse Titans : Michael Roos, LT

Modèle de régularité avec 148 matchs joués en étant à chaque fois titulaire, et seulement 12 matchs manqués tout au long de sa carrière. Il atteint une évaluation en carrière de 86,5 selon les critères de calcul de Pro Football Focus, qui note les joueurs sur 100.

PARTAGER