PARTAGER

numberneverlie_wr_06102016

Dans les sports américains et plus particulièrement en NFL, les statistiques tiennent une place prépondérante à tel point qu’environ 99 % des joueurs possèdent aujourd’hui leur propre record dans une catégorie qui n’est probablement connue de personne. Du coup, Touchdown Actu vous propose une nouvelle rubrique basée sur l’analyse statistique, tout en remettant les chiffres dans leur contexte.

Au programme aujourd’hui, les receveurs.

Que disent les chiffres ?

Quand on pense aux meilleurs receveurs de la NFL actuellement, ce sont souvent les mêmes noms qui reviennent. Pour certains, c’est Antonio Brown (Steelers), pour d’autres c’est Julio Jones (Falcons), Odell Beckham Jr. (Giants) ou encore A.J. Green (Bengals).

Si l’on se base sur les statistiques de l’excellent site Pro Football Focus, qui note chaque joueur à chaque match sur une échelle de 1-100 selon différents critères (« réception », « block pour la course » concernant les receveurs), le joueur des Falcons Julio Jones arrive en tête avec une note générale de 89,4 sur les quatre premiers matchs de la saison. Il est suivi par Larry Fitzgerald (Cardinals, 87,8), Michael Crabtree (Raiders, 87,1), A.J. Green (85,5) et Doug Baldwin (Seahawks, 85,5). A noter qu’Antonio Brown est à la huitième place (83,4) tandis qu’Odell Beckham Jr. paye son début de saison décevant étant donné qu’il n’est que 35ème (74,5).

A ces notes, il faut ajouter la production statistique brute (à savoir le nombre de réceptions, de yards et de touchdowns en 2016) afin d’avoir un aperçu complet de la valeur du receveur cette saison :

Nombre de réceptions

  • 1) A.J. Green (Bengals) : 32
  • 2-3) Larry Fitzgerald (Cardinals, en cinq matchs), Jarvis Landry (Dolphins) : 31
  • 4) Antonio Brown (Steelers) : 28
  • 5-7) Michael Crabtree (Raiders), Jeremy Kerley (49ers, en cinq matchs), Mike Evans (Buccaneers) : 26
  • 8-10) Emmanuel Sanders (Broncos), T.Y. Hilton (Colts), Stefon Diggs (Vikings) : 25

Nombre de yards à la réception

  • 1) Julio Jones (Falcons) : 488
  • 2) Marvin Jones (Lions) : 482
  • 3) A.J. Green (Bengals) : 468
  • 4) Jarvis Landry (Dolphins) : 375
  • 5) Stefon Diggs (Vikings) : 372
  • 6) Antonio Brown (Steelers) : 369
  • 7) Larry Fitzgerald (Cardinals, en cinq matchs) : 361
  • 8) Mike Evans (Buccaneers) : 360
  • 9) T.Y. Hilton (Colts) : 336
  • 10) Demaryius Thomas (Broncos) : 332

Nombre de touchdowns à la réception

  • 1) Larry Fitzgerald (Cardinals, en cinq matchs) : 5
  • 2-5) Jordy Nelson (Packers, en trois matchs), Michael Crabtree (Raiders), Antonio Brown (Steelers), Kelvin Benjamin (Panthers) : 4
  • 6-10) Mike Wallace (Ravens), Emmanuel Sanders (Broncos), Julio Jones (Falcons), Mike Evans (Buccaneers), Allen Robinson (Jaguars) : 3

Dernier critère à prendre en compte, la régularité et la production des receveurs au cours des dernières saisons. Sur ce point-là, cinq joueurs se démarquent, à savoir Antonio Brown, Julio Jones, A.J. Green, Odell Beckham Jr. et Demaryius Thomas. Le receveur des Steelers avait terminé en tête au nombre de yards lors de la saison 2014 (1 698 avec 13 touchdowns) et second en 2015 (1 834 avec 10 touchdowns). Durant cette dernière, devinez qui a fini en tête ? Julio Jones, avec 1 871 yards, alors qu’il avait terminé troisième en 2014 avec 1 593 yards. Quant à A.J. Green, il reste sur cinq saisons d’affilée à au moins 1 000 yards, dont deux à plus de 1 300 yards et 11 touchdowns. Ensuite, si on se penche sur le cas Odell Beckham Jr., ce dernier a accumulé 187 réceptions, 2 755 yards et 25 touchdowns lors de ses deux premières saisons NFL. Actuellement en difficulté dans sa troisième année, il reste tout de même le joueur ayant accumulé le plus rapidement 150 réceptions en carrière dans l’histoire de la NFL (seulement 21 matchs). Pour finir, Demaryius Thomas a également de grosses statistiques derrière lui, étant donné qu’il a tout de même réalisé trois exercices à plus de 1 400 yards avec au moins 10 touchdowns entre 2012 et 2014, et qu’il reste sur une saison à 1 304 yards. Reparti sur les mêmes bases cette année (21 réceptions, 332 yards et 2 touchdowns en quatre matchs), il continue de former un duo redoutable avec Emmanuel Sanders à Denver.

Dans le contexte

Si l’on se base sur les statistiques et les critères exposés ci-dessus, le débat concernant le meilleur receveur NFL à l’heure actuelle semble se jouer entre Antonio Brown, Julio Jones et A.J. Green. Pour essayer de les départager, il faut contextualiser ces chiffres, eux qui ne disent pas toujours tout.

Déjà, si Julio Jones est aujourd’hui en tête de la NFL au niveau des yards à la réception, c’est parce qu’il a réalisé un match monstrueux face à Carolina où il a terminé avec 300 yards au total. Il faut donc relativiser en prenant en compte le fait qu’il n’a accumulé « que » 188 yards lors des trois premières rencontres de la saison, avec notamment une performance à seulement 16 yards contre les Saints. De plus, Atlanta a affronté des adversaires pas forcément réputés pour leur solidité défensive dans le jeu aérien (Tampa Bay, Oakland, New Orleans et Carolina, même si on attendait mieux des Panthers). A sa décharge, Julio Jones était gêné par des petites blessures en début de saison, ce qui explique peut-être ses performances moyennes avant le match contre Carolina.

Concernant Antonio Brown, il confirme sans surprise l’excellent niveau qu’il possède depuis ces dernières saisons. Même quand son équipe prend l’eau face à Philadelphie en semaine 3, il est capable de terminer avec 12 réceptions et 140 yards au compteur. Cependant, il profite également d’une attaque de Pittsburgh qui possède un très bon quarterback en Ben Roethlisberger, une ligne offensive solide et un jeu de course impressionnant avec désormais Le’Veon Bell, probablement le meilleur running back en NFL aujourd’hui, et le vétéran DeAngelo Williams, qui réalise un gros début de saison. Forcément, avec une attaque aussi explosive, Antonio Brown se retrouve dans des circonstances favorables pour briller, contrairement à d’autres receveurs.

Par exemple, A.J. Green ne possède pas cette chance. Bien qu’il joue avec un quarterback solide nommé Andy Dalton, Green est la seule véritable menace pour les défenses adverses aujourd’hui, contrairement à Antonio Brown et Julio Jones qui sont accompagnés d’un gros jeu au sol dans leurs équipes respectives. Depuis le début de saison, les Bengals ne sont pas très dangereux à la course et la ligne offensive est assez poreuse, ce qui rend forcément les choses plus difficiles pour l’attaque aérienne de Cincinnati. De plus, on se demande toujours qui est le receveur numéro deux chez les Bengals à l’heure actuelle. En effet, Mohamed Sanu est parti à Atlanta, Marvin Jones a fait ses valises pour Detroit et le tight end Tyler Eifert est toujours à l’infirmerie. Bref, ce n’est pas la joie pour A.J. Green, qui parvient malgré tout à réaliser des grosses performances et à porter l’attaque de Cincinnati.

Derrière Jones, Brown et Green, l’éternel Larry Fitzgerald confirme à 33 ans qu’il fait toujours partie du débat. Auteur d’une excellente saison l’an dernier (109 réceptions, 1 205 yards, 9 touchdowns) après trois exercices consécutifs à moins de 1 000 yards, le receveur vétéran des Cardinals continue d’impressionner cette année malgré les difficultés de son équipe et la blessure du quarterback titulaire Carson Palmer. De plus en plus utilisé dans le slot, Fitzgerald a encore sorti un gros match jeudi soir contre San Francisco, lui qui est aujourd’hui seul en tête de la NFL au nombre de touchdowns (certes avec un match en plus que les autres). Bref, vu sa très belle carrière, son comportement toujours exemplaire et ses bonnes performances cette saison, il était impossible de ne pas le citer.

Enfin, parlons également d’Odell Beckham Jr. et de Dez Bryant (Cowboys), qui restent des références au poste de receveur malgré leurs soucis actuels. Évidemment, le comportement et le mental du premier sont beaucoup critiqués en ce moment, mais niveau talent et potentiel, difficile de faire mieux en NFL aujourd’hui lorsqu’on voit ce qu’il a pu réaliser durant ses deux premières saisons professionnelles. Concernant Dez Bryant, il est trop touché par les blessures depuis un an pour vraiment pouvoir prétendre au titre de meilleur receveur NFL, mais il a prouvé ces dernières années qu’il faisait clairement partie de la crème lorsqu’il était en bonne santé. Petite mention aussi pour le receveur des Texans DeAndre Hopkins, qui reste sur une énorme saison 2015 (111 réceptions, 1 521 yards, 11 touchdowns) malgré la situation très instable des Texans au poste de quarterback. Paradoxalement, il est décevant depuis l’arrivée de Brock Osweiler cette saison (seulement 17 réceptions et 227 yards en quatre matchs) et il ne peut donc pas peser très lourd dans la discussion.

Verdict

Si on pose le bilan, on se rend compte qu’il est difficile d’établir une conclusion définitive concernant le titre de meilleur receveur NFL aujourd’hui, mais on a tout de même trois joueurs qui sortent vraiment du lot.

Antonio Brown fait du Antonio Brown, Julio Jones recommence à exploser les compteurs et A.J. Green réalise de superbes performances malgré le fait qu’il soit moins bien entouré que beaucoup de receveurs. Pour choisir entre ces trois phénomènes, c’est presque une question de style ou de préférences personnelles.

PARTAGER