PARTAGER

packers_bears_21102016

Green Bay Packers (4-2) – Chicago Bears (1-6) : 26-10

Médiocres en attaque durant la première période, beaucoup plus productifs en seconde, les Packers ont montré leurs deux visages cette nuit face à Chicago. Ils ont cependant assuré l’essentiel en l’emportant 26-10, grâce notamment aux bonnes performances d’Aaron Rodgers (39/56, 326 YDS, 3 TD, 1 fumble perdu) et Davante Adams (13 réceptions, 132 YDS, 2 TD).

Du côté des Bears, la soirée fut plus difficile puisqu’ils ont perdu en plus du match leur quarterback Brian Hoyer (4/11, 49 YDS), sorti sur blessure. Si la défense a bien tenu le coup pendant plus d’une mi-temps, l’attaque n’a pas montré grand chose, elle qui a accumulé seulement 189 yards au total et 13 first downs (+ 2 turnovers en 20 minutes de possession).

Green Bay peu inspiré, Brian Hoyer blessé

Dans le dur ces dernières semaines, l’attaque aérienne des Packers est irrégulière en début de match. En effet, lors de son premier drive, Aaron Rodgers ne complète que six de ses dix passes pour 51 yards, et voit son receveur Randall Cobb (11 REC, 95 YDS, 1 TD) lâcher le ballon dans la end zone sur une troisième tentative. Du coup, Green Bay doit se contenter d’un field goal (3-0).

Derrière, le quarterback de Chicago Brian Hoyer se montre imprécis malgré une bonne protection de sa ligne offensive, obligeant ainsi son équipe à punter. En face, les Packers profitent d’une pass interference de 44 yards pour atteindre la zone rouge adverse. Très axée sur le jeu aérien durant le premier quart-temps, l’attaque de Green Bay parvient à se retrouver à un yard du touchdown, mais une course de Ty Montgomery (9 courses, 60 YDS + 10 REC, 66 YDS) sur un quatrième down ne donne rien. Résultat, les hommes de Mike McCarthy repartent avec zéro point.

Dans le second quart-temps, les Bears continuent de galérer en attaque, eux qui n’arrivent toujours pas à atteindre ne serait-ce que le camp adverse. Mais pire encore, Hoyer se blesse au bras et est contraint de laisser sa place au quarterback remplaçant Matt Barkley (6/15, 81 YDS, 2 INT). Côté Packers, ce n’est pas beaucoup mieux offensivement, eux qui tentent plein de passes courtes qui ne mènent finalement nulle part.

Il faut en fait attendre le réveil du jeu au sol de Chicago pour voir un peu d’action, à travers notamment une belle course de 24 yards de Ka’Deem Carey (10 courses, 48 YDS). Et après un drive de neuf jeux et 54 yards, les Bears égalisent grâce à un field goal de Connor Barth à deux minutes de la mi-temps (3-3). Durant ces dernières, Green Bay parvient à faire le nécessaire pour ajouter trois points au compteur, mais ça reste poussif en attaque (6-3).

Les Packers se font peur, puis déroulent

Au retour des vestiaires, les choses se compliquent très vite pour Green Bay. Toujours incapable de se connecter avec ses receveurs en profondeur, qui ne sont pas non plus irréprochables pour se démarquer, Aaron Rodgers est sacké par le linebacker rookie Leonard Floyd et lâche le ballon. Ce dernier le récupère et inscrit le premier touchdown de cette rencontre (6-10).

Menés pour la première fois du match, les Packers parviennent à réagir dès le drive suivant, grâce notamment à une course de 30 yards de Ty Montgomery et une réception de 18 yards signée Randall Cobb. Arrivé jusqu’à la ligne des cinq yards adverse, Green Bay reprend les devants sur une passe de Rodgers pour Davante Adams dans la end zone (13-10).

Lors de la prochaine série, Matt Barkley et les Bears sont en difficulté offensivement, à cause notamment d’un enchaînement de pénalités. Par contre, chez les Packers, il y a enfin de la fluidité et du rythme en attaque. Montgomery continue notamment d’apporter sa contribution tandis que la connexion entre Rodgers et Adams fait très mal à Chicago, eux qui inscrivent un nouveau touchdown sur une passe de quatre yards (20-10).

Au cours du quatrième quart-temps, Green Bay creuse l’écart et s’offre ainsi un matelas confortable. En effet, après avoir rapidement forcé les Bears à punter, les Packers réalisent un drive très solide de 13 jeux et 74 yards qui se termine par un troisième touchdown pour Rodgers, qui trouve Randall Cobb dans la end zone (26-10, après une transformation ratée par Mason Crosby).

Il reste alors un peu moins de six minutes à jouer dans cette rencontre, et Chicago est dos au mur. Dans l’obligation de marquer rapidement, les Bears rendent le ballon à Green Bay sur une interception de Blake Martinez, qui scelle définitivement le sort de la rencontre. En toute fin de match, Barkley est intercepté pour une seconde fois par Nick Perry, mais c’est plus anecdotique qu’autre chose.

PARTAGER

10 Commentaires

  1. Fluide, c'est le bon mots pour l'attaque des Packers cette nuit.
    Sans running back de métier les Packers et Rodgers sont passés par les airs, avec un Devante Adams enfin au niveau que l'ont espère, un Montgomery partout sur le terrain qui monte en puissance depuis le début de saison, Cobb qui enchaîne les bon matchs, seul bémol Nelson à du mal à retrouver son niveau.
    Rodgers à enfin atteint les 350 Yds et 3 TD depuis longtemps et la défense n'a pas été inquiété avec 3 points encaissé, tous le monde va se reposer pendant 10 jours.
    Les fans du Lambeau Field ont profiter d'un Lambeau Leap d'Adams, abandonné depuis le début de saison, et ça me fait plaisir de le revoir.

  2. Une victoire sans trop de fioritures mais qui permet de remettre la machine Rodgers en route. Quant à l'équipement ThNF tout en blanc, ça le fait grave !

  3. Les Bears et les Browns même combat, le néant parsemer de blessure… Jeffery doit se languir de la free Agency qui va arriver pour enfin trouver une équipe de son niveau

      • à ce moment de la saison je suis d'accord et ensuite il y a bataille entre les Saints (calendrier horrible) et les Jets. Mon bon c'est la NFL et tous les dimanches on a des surprises alors la suite aux prochains épisodes lol

  4. A l'époque on parlait de Barkley comme potentiellement un futur first pick, bah finalement il est tombé bien bas..
    ça commence à sentir bon pour les Bears de choper un Watson ou un autre Qb assez haut l'année prochaine.. ( Kizer…Hein Robbears )

  5. 2 ou 3 drops en début de partie, je me suis dit NOOOON ça s'arrête donc jamais

    ais le drive du second TD des packers… Que pied! Enfin un drive enthousiasmant avec du rythme, de la précision, pas de drop.
    Peut on parler d'un match déclic ? même si les bears en chient grave.
    En tous cas ct cool et rodgers a paru très précis en 2ème mi temps (car il a fait qq passes pourries en première).

    La défense, on peut rien en dire vu la faiblesse de l'attaque en fasse (en général) et en plus sans Hoyer.

    Faire des premiers et des deuxième down à la passe, ça à changé pas mal de truc, à voir si ça se confirme les match suivant.

      • oui et non.
        Les bears sont nul donc c impossible de tirer des conclusions je suis d'accord.
        mais le gout laissé par ce match est bien différent de celui des lions.

        Les lions on a bien démarré puis tout s'est grippé et on a fini avec un max de fébrilité et un gout amer.
        Là le début a été difficile mais on a insisté sur notre point fort :le jeu de passe avec ARod 😉 et ç a a marché et on a même retrouvé de la maitrise.
        Ce match est plus à même de redonner confiance à Rodgers et aux receveurs que le match des lions.

        • C'était censé être un déclic parce qu'on a vu les Packers jouer comme en 2014, et même si le match s'est mal fini, on a eu la confirmation que c'était possible de ré-activer la machine, avec donc l'espoir de voir Green Bay jouer comme en 1MT les matches suivants.

          C'est aussi le cas aujourd'hui apparement (j'ai pas vu le match). On a une attaque qui avance, accompagnée d'une mi-temps indigeste. Relancer la machine, c'est possible, attendons de voir ^^

LAISSER UN COMMENTAIRE