PARTAGER

falcons-chargers-231016

Atlanta Falcons (4-3) – San Diego Chagers (3-4) : 30-33 a.p.

Un pari qui coûte cher. Alors que les prolongations se profilent, les Atlanta Falcons remportent le coin toss et démarrent en attaque pour abréger tout suspense. Alerté sur une réception latérale, Mohamed Sanu échoue de peu vers la première tentative. S’en suit un QB Keep avorté de Matt Ryan (22/34, 273 yards, TD, INT) et une quatrième tentative près des 45 des locaux. Dan Quinn joue le jeu, et perd, sur une course de Devonta Freeman (100 yards au total) contrée par Denzel Perryman.

Une heure avant cette séquence fatidique, difficile d’imaginer les Falcons dans une telle situation. Certes, les San Diego Chargers sont les premiers à frapper, avec une réception longue distance de Tyrell Williams (140 yards) et un touchdown à la course signé du remuant Melvin Gordon (0-7).

Mais la suite de la première mi-temps sera beaucoup plus délicate pour les Californiens. Comme souvent, la connexion entre Matt Ryan et Julio Jones (174 yards) fait des ravages, et après trois premières tentatives obtenues par le receveur, Matt Bryant ouvre le compteur des Géorgiens au pied. Il sévira une seconde fois quelques secondes plus tard, après une interception de Deion Jones dans la moitié de terrain adverse (6-7).

Ronflante lors du premier quart, l’attaque des Falcons devient enfin plus explosive par la suite. Malgré un field goal de Josh Lambo pour redonner quatre points d’avance aux visiteurs, Matt Ryan alerte de nouveau Julio Jones sur 50 yards, avant une passe dans la end-zone des Bolts, à destination de Jacob Tamme. Pour la première fois du match, les locaux passent devant (13-10).

Si Devonta Freeman peine encore à faire son trou à la course, son homologue Tevin Coleman (64 yards, TD) est bien en réussite. Après un « 3-and-out » des Chargers, le running back s’échappe plein centre, sur 30 yards, pour alourdir l’addition (20-10).

Pour ne rien arranger, les joueurs de Mike McCoy sont aussi pris à défaut offensivement. Sur une bonne pression de Vic Beasley, Phillip Rivers (27/44, 371 yards, TD, INT) commet un fumble dans ses 20 yards. Adrian Clayborn recouvre et s’en va ajouter sept points pour sa franchise.

Seule éclaircie pour San Diego : ce drive juste avant la pause, qui voit Tyrell Williams se distinguer de nouveau en profondeur, et Melvin Gordon (121 yards au total, 3 TD) inscrire son deuxième touchdown du match. 27-17, c’est le score à la pause.

Le jour et la nuit

Brillante lors du deuxième quart, l’équipe d’Atlanta décide d’éteindre la lumière au retour des vestiaires. Des pénalités grotesques en cascade, et une fragilité offensive, qui n’est pas sans lien avec la sortie sur blessure de Tevin Coleman.

En face, San Diego ne se prive pas et grappille. Après un field goal de chaque côté, Phillip Rivers enfile son costume de taulier et fait recoller les siens. Malgré deux sacks concédés, le quarterback s’appuie sur un Melvin Gordon des grands jours, et sur un Antonio Gates présent à l’occasion pour amener le ballon dans la zone rouge. Gordon, encore lui, est à la réception d’une offrande qui l’envoie dans l’en-but adverse.

30-27, et moins de six minutes à jouer au chrono. Atlanta cafouille mais peut s’en remettre à ses valeurs sûres, Freeman et Jones, pour obtenir les premières tentatives. Problème : les pénalités reprennent de plus belle, et Matt Ryan retombe dans ses travers en expédiant une vilaine interception plein centre dans les mains de Denzel Perryman.

Charge ensuite à Rivers de distribuer, vers Dontrelle Inman et Travis Benjamin, pour mettre sur orbite Josh Lambo et offrir l’égalisation aux Californiens. Matt Bryant aura beau tenter un coup de pied de près de 60 yards, les Falcons n’évitent pas la prolongation, avec un tableau d’affichage à 30-30.

Atlanta ne le sait pas encore, mais la franchise a laissé passer sa chance. Devonta Freeman châtié sur quatrième tentative, San Diego se retrouve en excellente position pour clore définitivement la prolongation. Cinq jeux suffiront à donner le rôle du héros à Josh Lambo, sur un field goal réussi de 42 yards.

Dix jours après avoir dominé Denver, San Diego confirme sa forme du moment avec Melvin Gordon omniprésent en attaque, et une défense plus incisive, à l’image de Joey Bosa (2 sacks) et Denzel Perryman. Pour les Falcons, le doute pourrait rapidement s’installer, comme en 2015, où les Géorgiens étaient passés d’une fiche de 7-1 à 8-8. Ils se consoleront sans doute en se rappelant qu’ils évoluent dans une très faible NFC Sud …

PARTAGER

4 Commentaires

  1. relâchement coupable à 27-10… tu ne dois pas faire ça..! La défense est quand même pas terrible même si l'attaque des Chargers est vraiment bonne ! cruelle désillusion qui ramène Atlanta dans ses travers !

  2. c'est le genre de matches où j'ai envie de crier : BIEN FAIT POUR VOS GUEULES !!!
    Denzel Perryman contre toute l'arrogance de l'attaque des Falcons sur 2 actions…

    • Quelle arrogance…………c'est pas les panthers……….les mecs sont juste lucides pour se dire vaut mieux que l'attaque reste sur le terrain plutôt que la défense qui s'est fait trouer toute la seconde periode

LAISSER UN COMMENTAIRE