PARTAGER

instantstats_panthers

Dans les sports américains et plus particulièrement en NFL, les statistiques tiennent une place prépondérante à tel point qu’environ 99 % des joueurs possèdent aujourd’hui leur propre record dans une catégorie qui n’est probablement connue de personne. Du coup, Touchdown Actu vous propose une nouvelle rubrique basée sur l’analyse statistique, tout en remettant les chiffres dans leur contexte.

Au programme aujourd’hui, les Carolina Panthers et leur début de saison catastrophique. Avec seulement une victoire en six matchs, Cam Newton et ses coéquipiers sont bien loin de leur niveau de l’année dernière, où ils avaient remporté 15 rencontres (en saison régulière) pour finalement perdre au Super Bowl. Mais pire encore, ils pourraient tout simplement réaliser le pire déclin de l’histoire de la NFL d’une saison à l’autre (depuis 1970 et la fusion NFL-AFL).

Que disent les chiffres ?

Avec son faible nombre de matchs, son hard cap et les nombreuses blessures liées à la nature de son sport, la NFL est sans doute la ligue sportive américaine où il est le plus difficile de confirmer une belle saison. Les Carolina Panthers sont en train d’en faire l’amère expérience cette année, eux qui se retrouvent actuellement à la dernière place de leur division avec un bilan de 1-5, alors qu’ils participaient au Super Bowl il y a seulement quelques mois. Bref, tout va très vite en NFL et de nombreuses équipes dans l’histoire de la ligue ont vécu pareille déconvenue.

Si on jette un œil à la plus grande différence de victoires d’une saison à l’autre depuis 1970, voici les équipes qui ont connu les pires déclins (source Pro Football Reference) :

  • Houston Texans : 12-4 en 2012, 2-14 en 2013 = – 10 victoires
  • Houston Oilers : 12-4 en 1993, 2-14 en 1994 = – 10 victoires
  • Atlanta Falcons : 14-2 en 1998, 5-11 en 1999 = – 9 victoires
  • Chicago Bears : 13-3 en 2001, 4-12 en 2002 = – 9 victoires
  • Sept franchises avec – 8 victoires

Avec seulement une victoire en six matchs, les Panthers sont partis sur les bases d’un bilan de 3-13 à la fin de la saison, soit 12 victoires de moins par rapport à 2015. Autrement dit, Carolina est pour l’instant en route pour réaliser le pire déclin de l’histoire de la NFL.

Désormais, intéressons-nous aux équipes qui ont participé à un Super Bowl. Parmi elles, la majorité est logiquement retournée en Playoffs l’année suivante, mais quelques-unes se sont méchamment plantées lorsqu’il fallait confirmer (source Pro Football Reference) :

  • Atlanta Falcons : 14-2 en 1998 avec une défaite au Super Bowl, 5-11 en 1999 et pas de qualification en Playoffs
  • Denver Broncos : 14-2 en 1998 avec une victoire au Super Bowl, 6-10 en 1999 et pas de qualification en Playoffs
  • New York Giants : 14-2 en 1986 avec une victoire au Super Bowl, 6-9 en 1987 et pas de qualification en Playoffs
  • Trois franchises avec – 7 victoires et pas de qualification en Playoffs

Là encore, les Panthers se dirigent vers un nouveau record, eux qui ont terminé la saison dernière avec un bilan de 15-1 avant de s’incliner face à Denver au Super Bowl.

Dans le contexte

Alors évidemment, il reste encore dix matchs à jouer aux Panthers cette saison pour remonter la pente et éviter de rentrer de la pire des manières dans l’histoire de la NFL. La question qui se pose à présent est la suivante : Cam Newton et ses coéquipiers sont-ils capables d’inverser la tendance ? Analyse.

D’abord, focalisons-nous sur les raisons de ce départ catastrophique. Si Carolina en est là aujourd’hui, c’est avant tout parce que la défense, et particulièrement la ligne arrière, est à la rue. En effet, cette dernière est classée seulement 26ème au nombre de yards accordés à la passe cette saison (avec 282 yards par match, contre 234,5 en 2015), tout en ne forçant que huit turnovers alors qu’elle était en tête dans cette catégorie l’an dernier (avec 39 pertes de balle provoquées). Évidemment, l’absence du cornerback Josh Norman fait mal aux Panthers, mais il serait un peu facile et surtout réducteur de ne parler que de son départ. Outre Norman, les vétérans Charles Tillman et Roman Harper sont également partis, ce qui a fortement rajeuni une secondary aujourd’hui très inexpérimentée avec notamment trois cornerbacks rookies (James Bradberry, Zack Sanchez et Daryl Worley). Vous ajoutez à ça quelques pépins physiques et vous obtenez l’une des pires lignes arrières de la NFL.

Cependant, il faut dire aussi que la secondary des Panthers n’est pas forcément aidée par le pass rush. L’an passé, ce dernier a permis à la ligne arrière de briller en parvenant régulièrement à mettre une grosse pression sur le quarterback adverse. Cette saison, c’est beaucoup moins le cas, ce qui accentue forcément les faiblesses de la défense aérienne. Sur les six premiers matchs de la saison, Carolina totalise seulement 12 sacks et c’est un…safety qui est en tête de l’équipe dans cette catégorie (Tre Boston avec deux sacks). Pourtant, les Panthers possèdent des linemen défensifs de qualité avec Charles Johnson, Kony Ealy (exceptionnel lors du Super Bowl) et surtout Kawann Short (11 sacks l’an dernier), mais ces derniers n’ont pas l’impact espéré pour le moment.

Au niveau de l’attaque (numéro un en 2015 au nombre de points et de touchdowns), le déclin n’est pas aussi significatif puisque Carolina reste l’une des meilleures équipes offensives de la NFL cette saison. En effet, les Panthers sont cinquièmes de la ligue à la moyenne de points marqués (26,8 par match) et figurent dans le Top 10 au nombre de yards à la passe et à la course. Par contre, malgré ces bonnes statistiques, le niveau de la ligne offensive est inquiétant cette année et on a rarement vu Cam Newton être autant malmené par la pression adverse. En cinq matchs, le MVP 2015 a déjà subi 15 sacks et près de 40 QB hits, ainsi qu’une commotion (dont il est cependant le seul responsable) l’obligeant à manquer la rencontre face à Tampa Bay en semaine 5. Bref, Newton vit un calvaire cette saison et ses statistiques personnelles l’illustrent d’ailleurs très bien (8 touchdowns, 6 interceptions, 1 fumble perdu).

Maintenant que les principaux problèmes des Panthers ont été soulevés, il est temps de se pencher sur les motifs d’espoir, parce qu’il y en a. Le premier, c’est que Carolina a pris l’habitude de terminer fort ses saisons depuis quatre ans, avec cinq victoires lors des six derniers matchs en 2012 (bilan final de 7-9), 11 victoires sur les 12 derniers matchs en 2013 (12-4), quatre victoires d’affilée pour finir en 2014 (7-8-1), et un bilan de 9-1 l’an dernier de la semaine 8 à la semaine 17 (15-1). Évidemment, cela ne garantit rien mais ça montre au moins que les Panthers ont déjà réussi à surmonter un mauvais début de saison par le passé.

Le second motif d’espoir, c’est que Carolina a largement le potentiel pour rebondir. En effet, les Panthers possèdent toujours de vrais playmakers dans leur effectif, et certains d’entre eux sont à nouveau sur pied après avoir subi des blessures. On pense évidemment à Cam Newton mais aussi au running back Jonathan Stewart, qui a retrouvé les terrains il y a deux semaines à New Orleans en compagnie du MVP 2015. De plus, le tight end Greg Olsen réalise une grosse saison et le receveur Kelvin Benjamin est une arme offensive supplémentaire par rapport à l’année dernière, même s’il est trop irrégulier pour l’instant. En défense, l’équipe de Carolina est composée de l’un des meilleurs duos de linebackers de la NFL avec Luke Kuechly et Thomas Davis, et la ligne défensive a les moyens pour redresser la barre. Bref, le talent est là et les fans des Panthers peuvent donc légitimement espérer un retournement de situation.

Désormais, faisons un focus sur ce qui attend les hommes de Ron Rivera au niveau du calendrier :

  • Semaine 8 : Cardinals (3-3-1)
  • Semaine 9 : @ Rams (3-4)
  • Semaine 10 : Chiefs (4-2)
  • Semaine 11 : Saints (2-4)
  • Semaine 12 : @ Raiders (5-2)
  • Semaine 13 : @ Seahawks (4-1-1)
  • Semaine 14 : Chargers (3-4)
  • Semaine 15 : @ Redskins (4-3)
  • Semaine 16 : Falcons (4-3)
  • Semaine 17 : @ Buccaneers (3-3)

Mis à part le déplacement à Seattle en semaine 13, le programme des Panthers n’a rien d’insurmontable. Alors oui, les oppositions face à New Orleans, San Diego, Oakland et Atlanta peuvent faire peur vu le niveau actuel de la défense de Carolina, mais ces équipes-là possèdent elles aussi des gros problèmes dès qu’il faut empêcher l’adversaire de marquer. Autrement dit, c’est très indécis mais les Panthers sont tout à fait capables de remporter la majorité de leurs rencontres restantes.

Verdict

Malgré les nombreuses faiblesses qui ont été exposées en ce début de saison, Carolina vaut mieux que ce pauvre bilan de 1-5. En effet, il y a trop de talent dans cette équipe pour qu’elle continue à galérer de la sorte, même si la ligne offensive et la secondary restent des gros points d’interrogation.

Au final, les Panthers devraient pouvoir redresser la barre et finir avec un bilan entre 6-10 et 8-8. Évidemment, cela reste très décevant par rapport à leurs ambitions et insuffisant pour accrocher une place en Wild Card, mais au moins les hommes de Ron Rivera pourront se consoler en se disant qu’ils ont évité le pire déclin de l’histoire de la NFL…

PARTAGER

3 Commentaires

  1. Bon Perso je n'aime pas les panthers et encore moins cam Newton, mais tout en restant objectif et au vue de leur qualité de jeu actuelle je voie au moins 5 match où je les imagines perdre: cards, Chiefs, raiders, Hawks et falcons. Et ca sans surprise chez les autres car les Redskins ou les saints peuvent sortir un match

  2. pour la chute après Super Bowl des Broncos c'est pas compliqué à comprendre : Elway arrête sa carrière en 98, c'est Griese qui le remplace à la tête de l'attaque et de l'équipe …. on est passé du jour à la nuit !!!!!!
    Tu ne peux pas remplacer John Elway, l'équipe s'est effondré !!!

  3. Personnellement, je pense que la saison 2015 des Panthers était au-dessus du vrai niveau de cette équipe, qui a d'ailleurs explosé au Super Bowl. Après, les Panthers valent mieux que leur actuel bilan. Qui sait ce qui aurait suivi s'ils avaient battu les Broncos dans le match d'ouverture.

LAISSER UN COMMENTAIRE