PARTAGER

darrelle_revis_180316C’est un aveu que peu de sportifs professionnels osent. Encore moins dans la presse.

Pourtant, devant Newsday, Darrelle Revis a lâché quelques mots lourds de sens.

« Mon corps lâche. »

À 31 ans, celui qui était peut-être à un moment le meilleur cornerback de la ligue est lucide. Il décline.

« Oui, c’est vrai. Mais pas d’une mauvaise manière. Je peux toujours jouer. C’est juste que je décline. J’ai 31 ans. Combien de cornerbacks ont 31 ans dans cette ligue ? La ligue rajeunit. Je sais que Terrence Newman (Vikings) joue toujours à 38 ans, ce qui est impressionnant. Mais je ne sais pas comment il fait. »

« Je ne pense pas à la retraite »

Malgré ce drôle d’aveu, Revis a fini par se reprendre.

« On dirait que je prends ma retraite », s’est-il amusé. « Je ne pense pas à la retraite actuellement. Je dois continuer à prendre soin de mon corps. Certaines des anciennes blessures trainent. »

Entre des blessures et quelques kilos en trop pendant l’intersaison, Revis n’est plus Revis Island. Il le sait. Les 1-contre-1 face au meilleur joueur adverse, c’est terminé.

« Je ne fais plus ça. Mais je l’ai fait pendant plusieurs années. Quand vous jouez face à certains des meilleurs receveurs du monde, cela pèse sur votre corps. »

Cela reste un beau bilan, mais la fin s’annonce difficile.

PARTAGER