PARTAGER

marcus_peters_chiefs_18112016

Dans les sports américains et plus particulièrement en NFL, les statistiques tiennent une place prépondérante à tel point qu’environ 99 % des joueurs possèdent aujourd’hui leur propre record dans une catégorie qui n’est probablement connue de personne. Du coup, Touchdown Actu vous propose une nouvelle rubrique basée sur l’analyse statistique, tout en remettant les chiffres dans leur contexte.

Au programme aujourd’hui, le cornerback des Chiefs Marcus Peters, l’un des artisans de la belle saison de Kansas City.

Que disent les chiffres ?

Sélectionné au premier tour de la draft 2015 par les Chiefs, Marcus Peters réalise un excellent début de carrière, lui qui a notamment participé au Pro Bowl la saison dernière après avoir été nommé rookie défensif de l’année.

Sa grande spécialité ? Intercepter les quarterbacks adverses. L’an dernier, le jeune cornerback de Kansas City a accumulé pas moins de huit interceptions, ce qui lui a permis de terminer en tête de la NFL. Cette saison, il est à nouveau premier dans cette catégorie avec déjà cinq picks en seulement neuf matchs. Grâce à de telles statistiques, Marcus Peters est même rentré dans l’histoire de la ligue en battant le nombre d’interceptions réalisées par un joueur lors de ses deux premières années chez les professionnels, alors qu’il lui reste encore sept rencontres à disputer dans sa saison sophomore !

Bref, il est une véritable machine à provoquer des turnovers. Cependant, fait-il vraiment partie des meilleurs joueurs à son poste aujourd’hui ? Analyse.

Dans le contexte

On l’entend souvent, ce n’est pas parce qu’un cornerback accumule les interceptions qu’il est forcément un bon cornerback. Dans le cas de Marcus Peters, il faut prendre en compte plusieurs éléments.

Tout d’abord, il faut savoir qu’il est l’un des joueurs à son poste qui est le plus testé par les quarterbacks adverses (195 targets depuis le début de sa carrière selon Pro Football Focus), ce qui n’est pas très surprenant étant donné qu’il n’est en NFL que depuis deux ans. Alors forcément, il a plus d’opportunités pour intercepter des ballons et ainsi augmenter ses statistiques personnelles. Le revers de la médaille, c’est qu’il autorise également un certain nombre de yards et de touchdowns aux adversaires (104 REC, 1 447 YDS et 10 TD accordés en 25 matchs d’après PFF). Autrement dit, Marcus Peters n’est pas vraiment ce qu’on appelle un « shutdown corner » dont les quarterbacks se méfient. Par contre, il est la définition même d’un playmaker.

En effet, le jeune défenseur de Kansas City est très attiré par le ballon et possède la mentalité nécessaire pour réaliser des actions décisives. Agressif, très bon en anticipation et doté de bonnes mains, Peters sent le jeu aussi bien que n’importe quel autre cornerback de la ligue. Le souci, c’est que ces qualités indéniables peuvent parfois se retourner contre lui.

Le risque de jouer avec agressivité et instinct, c’est non seulement de provoquer des pénalités mais surtout de s’exposer (en particulier sur les double moves). C’est ce qui est déjà arrivé plusieurs fois à Peters, comme par exemple cette saison face aux Texans (en semaine 2) où le rookie Will Fuller V a réceptionné une passe de 53 yards face à lui, tandis que DeAndre Hopkins a inscrit un touchdown de 27 yards sur sa tête. Mais dans ce même match, il ne faut pas oublier que Peters a également intercepté Brock Osweiler à deux reprises. Vous l’avez compris, cette rencontre face à Houston symbolise parfaitement le bon et le moins bon que l’on peut trouver chez le cornerback de Kansas City.

Enfin, il est important de souligner également l’environnement dans lequel évolue Marcus Peters. Septième à la moyenne de points encaissés (18,7) et première au nombre de turnovers provoqués (22), la défense des Chiefs possède une multitude de joueurs polyvalents capables de faire la différence et de s’adapter. C’est notamment le cas au niveau des linebackers avec Derrick Johnson mais surtout le jeune Dee Ford, qui explose cette année après deux premières saisons décevantes (actuellement leader de la NFL avec 10 sacks). Le vétéran Tamba Hali est quant à lui toujours là, même si son rôle est désormais limité, tandis que le phénomène Justin Houston (29,5 sacks en 27 matchs ces deux dernières saisons) va faire son grand retour dimanche. Au niveau de la ligne arrière, l’équipe de Kansas City est composée de safeties solides à la fois en couverture et au niveau du blitz. Sans surprise, Eric Berry est toujours aussi fort, mais Ron Parker et Daniel Sorensen font également du bon boulot. Bref, Marcus Peters est très bien entouré, ce qui lui permet d’exprimer au mieux son potentiel et donc de progresser.

Verdict

Talentueux, sûr de soi et décisif, Marcus Peters possède l’arsenal complet d’un cornerback élite. Cependant, son style de jeu et sa tendance à prendre des risques peuvent parfois lui coûter cher.

Pour cette raison, difficile pour l’instant de le mettre dans le cercle des Chris Harris Jr., Richard Sherman, Josh Norman ou Patrick Peterson. Mais avec un peu plus d’expérience et de discipline, le cornerback de Kansas City devrait bientôt s’affirmer comme une véritable référence à son poste, ce qui dissuadera sans doute les quarterbacks adverses de lancer dans sa direction.

PARTAGER

31 Commentaires

  1. peut être Elite si il continue comme ça , comme Norman quoi (même si y a toujours débat 😉 )
    mais 13 int c'est impressionnant ,alors si il fini la saison avec 7 int et qu'il continue la saison prochaine ,y aura plus de doutes

  2. pour moi il n'y a aucun doute sur le fait qu’il est un cornerback élite.
    13 picks… c'est quand même donner à ton équipe 13 drives où tu ne prends pas de points et donner des possessions en plus (comme celle de la semaine dernière face aux panthers) à ton attaque pour marquer.
    Il sera surement jamais un shutdown mais il n'apporte pas moins

  3. Niveau stats/niveau de jeu, il est loin devant Bortles pour le niveau surcoté. Je lui ait jamais trouvé quelque chose en plus que les autres "assez bons CB".

      • J'ai quand même beaucoup l'impression que la plupart des interceptions lui sont "données" par des énormes erreurs de QB. Cette année c'est 5 INT dont 4 sur Fitz' et Osweiler, des QB très faibles au niveau de la vision de jeu. Je le trouve un peu léger en 1v1 et deep coverage, il lui faut souvent le Safety pour l'aider (Par contre Berry est vraiment à un gros level).
        Je me trompe des fois, je détiens pas la vérité, mais il fait parti de ces joueurs que je trouve surcoté. Sauf que lui je le trouve surcoté mais quand même bon (Faudrait être débile pour le trouver mauvais …)

        • Et mec en tant que supporter des Jets, je t'interdis de critiquer notre Fitzmagic …

          Ah, en fait je viens d'apprendre que c'est Fitztragic, alors c'est bon, tu as la permission de te soulager sur lui !!!

        • effectivement je te rejoins sur le 1v1 et deep coverage.
          Mais perso, j'ai quand même le sentiment que sa capacité à être "là au bon moment" en fait 1 joueur particulier. Au final tous les CB n'interceptent pas deux fois même des QB moyens comme Fitzpatrick et Osweiller.
          Et c'est un sport où la capacité à créer le turnover est presque plus importante que les yards pris.
          C'est pas le 1er CB que je prendrais dans ma dream-team mais il a quelque chose…

        • L'an dernier, je militais pour que Ronald Darby soit rookie défensif à la place de Peters (partialité de fan oblige, mais je trouve que les 2 CB rookies étaient du même niveau). Mais cette année, je trouve Peters quand même au-dessus, j'ai notamment été impressionné par le ballon qu'il arrache au WR des Panthers en fin de match. Ce n'est pas une action sur laquelle on juge des qualités de CB, mais par contre c'est une action de pur défenseur !
          Et je trouve qu'il a un mental solide : l'an dernier, lors du match KC-Buffalo, il s'était fait complètement manger par Watkins en 1ère mi-temps (quelque chose comme environ 150 yards et TD), puis il avait réagi et complètement muselé Watkins en 2ème mi-temps.

        • Difficle d'intercepter quand l'equipe joue des top QB. Ca l'est encore plus quand c'est top QB evite cette partie du terrain.

          Je vais reprendre plusieurs points et d'abord le schéma de jeu. Effectivement, M.Peters n'est pas le CB le plus rapide, c'est un fait (sans etre un 36 tonnes non plus).

          Je pense que ta vision est faussée par le fait que tu ne l'ai pas vu jouer la défense de Kansas city régulièrement. Le système est confusant je te l'accorde. En fait, le DC demande enormement de zone Coverage. C'est plus prononcé du coté gauche de par les qualités de M.Peters (Vision du jeu, anticipation, réactivité, bonnes mains…) que du coté droit (CB plus athlétique). (rien qu'en position de départ, on remarque généralement que le RCB est sur la ligne de Scrimmage, M.Peters est 5-10 yards derrière)

          Autre partie de l'explication: D.Ford (LOLB, mentionné dans l'article) s'épanouit en pass rusher, mais a eu beaucoup de mal en début d'année a stopper la course. C'est pourquoi M.Peters Est utilisé en support de run stop (ce n'est pas souvent mentionné, mais il est remarquable dans cette tache). Aussi bon soit-il, il est impossible de lui demander de défendre ET la ligne d'avantage ET la profondeur.

          Il a eu des mauvais jeu, je te l'accorde, mais crois moi, aucun supporter ne le regrette, il apporte tellement à l'equipe, et est une pierre importante dans cette défense qui est, elle, certainement elite

  4. Pas élite parce que pas assez de saison dans la ligue mais il progresse bien. Pour moi élite c’est des Sherman,Peterson etc… sinon cet arrachage de ballon des mains de Benjamin contre les panthers c’est clutch

  5. Franchement, merci beaucoup pour vos analyses. Elles sont toujours aussi bonnes !Votre grille de lecture est très instruisante et permet de mieux cerner les chiffres.

  6. Petite question (hors sujet) Pensez vous qu'il soit possible de sélectionner un CB très bas dans la draft (mais qui selon vous à des aptitudes particulières) et le travailler et le façonner en mode projet pour un faire un CB de haut calibre???

    J'aime beaucoup le CB Treston Decoud de Oregon State. Je le trouve très particulier comme CB dans son style de jeux et son investissement, pourtant il est annoncé très loin dans les rankings et les mocks (7ème round a la limite du undrafted).
    Je sais que les highlight ne sont pas représentatif d'un joueur, mais pour ceux qui veulent voir le joueur dont je parle : https://www.youtube.com/watch?v=PMj3DO1aKeE

      • Et bien le faussée entre la NCAA et la NFL est quand même énorme en terme de niveau.
        Le poste de CB est je trouve l'une des positions les plus compliqué en terme de transition.
        Il y a une différence assez significative entre couvrir Dede Westbrook ou Antonio Brown.
        La proportion des CB qui réussise à un haut niveau et quand même plutot limité, Au vue du nombre de CB drafté peu réussise a s'imposer dans les hautes sphère de la NFL , qui plus est on en voit beaucoup qui sont drafté haut parfois et une fois en NFL se retrouve pourtant complètement dépassé et à la ramasse face à des WR d'un tout autre calibre, et aussi parceque les règles (pénalités) en NFL sont beaucoup plus examinées.

        Donc je sais pas je me dit est ce qu'un CB du 7ème tour par exemple , pourrait arriver a s'imposer dans la league malgré une différence de niveau assez significative au plus haut niveau ?
        On entend beaucoup parler de "Projet" chez les QB , on en parles moins souvent pour ce qui des autres positions, et c'est vrai que pour un CB je m’interrogeais sur la faisabilité et sur la difficulté que représenterai le développement d'un projet CB (au vu du prorata de ceux qui réussissent vraiment par rapport au nombre drafté).

        • C'est possible,si on prend le cas de Sherman (154ème choix de sa draft), ou encore Chris Harris Jr (undrafted).
          Mais cela reste des exceptions, les top CB provenant le plus souvent du 1er tour (Darrelle Revil, Patrick Peterson, Joe Haden, ou encore Rod Woodson, Champ Bailey, Deion Sanders, Darrelle Green si on va chercher les hall of famers).

        • Je pense qu'on peut plus facilement parler de projet chez un Quarterback dans le sens où c'est peut être le poste qui est le plus indépendant des qualités physiques pures.
          Il y a la protection de la ligne, la lecture du jeu, l'anticipation, le déplacement dans la poche, la mécanique de lancé, le travail, l'ingéniosité offensive du coaching, la qualités des cibles présentes, les qualités variables en fonction des distances de lancés qui agissent sur la précision. Précis sur des lancés court ou long etc…
          C'est un avis personnel bien sur mais du coup oui je pense qu'on peut plus facilement parler de projet avec un QB dans le sens où tu peux être ultra athlétique sans forcément être un bon QB et à l'inverse tu peux en bossant sur tout un tas d'autres variables qu'on a évoqué au dessus devenir bon à ton poste.

          Alors qu'un défensive back, plus particulièrement un Cornerback par exemple et c'est encore pire pour les shutdown corner cela demande quand même de s'appuyer énormément sur les aptitudes physiques pures. Rapidité, détente, saut, couverture, agilité etc… Après bien sur il y a des variables et des choses qui se travaillent comme avoir un bon Safety à tes cotés pour faire pression ou bien travailler son footwork, techniques etc..
          Mais globalement par le fait que ça soit extrêmement physique on voit beaucoup plus facilement les limites chez un joueur et les initiatives de "projet" sont bien plus limités qu'avec des QB.

          Ceci dit ça existe quand même, juste peut être moins fréquent mais tout est possible.
          Chris Harris Jr Undrafted, Top 10-5 CB de la ligue. Mais c'est encore différent il a été très bon rapidement.
          Je pense que aujourd'hui le modèle type du Corner qui s'est fait drafté bas, qui a été un projet, c'est développé etc.. qu'on l'aime ou pas le meilleur exemple est Josh Norman !

          Bref si ça peut t'éclaircir ou apporter des pistes de réflexions, encore une fois c'est une analyse personnelle mais je pense que la vérité doit se trouver quelque part par là !

  7. Élite ou pas ? En tout cas les QB adverse ne le considère pas comme tel puisqu'ils ne l'évitent pas plus que ça et pourtant… pour moi il confirme sa saison rookie et les QB adverse vont finir par le rendre eux même élite en l'évitant au maximum comme il le font sur Sherman !

    • Les stats sont un peu trompeuses: Depuis les interceptions du début d'année, les Top QB qui l'ont affronté l'ont évité (Luck et Brees, dans une moindre mesure D.Carr). Seul Newton ne s'en est peu soucier, pour le résultat que l'on connait

      Je te rejoins, c'est une tendance qui devrait s'accentuer dans les années a venir

  8. L'analyse est juste et pertinente.

    CB elite? C'est peut etre prématuré, mais c'est déjà remarquable pour un sophomore d'entrer dans la discussion aux coté de P.Peterson, V.Davis, R.Sherman, J.Haden…

  9. Un bon corner devient élite quand il n'est même plus cibler si Peters prends des tonnes de target par match c'est pas pour rien. Un mec comme Asomugha n'interceptait jamais ne défendait pas beaucoup de passes mais passait des matchs entier sans être cibler.

      • C'est ce que je disais…seul les QB le rendront élite le jour où il le cibleront plus, mais force de constater qu'en le ciblant ils risquent l'interception plus souvent avec lui que d'autres

  10. Très bonne analyse,
    perso c'est un de mes joueurs favoris, j'adore le voir jouer.
    Ok des fois il prend des gros gains mais il arrive a créer de nombreux turnover (et quand on connait l’importance des tunovers dans ce sport )
    A noter que ces derniers temps il est beaucoup moins ciblé par les QB adverse.
    De plus ne pas oublier que c'est seulement ça 2 eme année NFL et que ça marge d'évolution est encore énorme.

    Vive KC, vive Peters ! 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE