PARTAGER

Broncos_Denver_Demaryius Thomas_Kansas City_Chiefs

Après trois matchs déjà joués et un Thanksgiving excitant, toutes les autres franchises sont sur le pont. Personne n’est au repos et les playoffs commencent à pointer le bout de leur nez. En tout cas, beaucoup les ont déjà en tête.

Sur le papier, une majorité de rencontres semble déséquilibré mais comme on le découvre semaine après semaine, la NFL est imprévisible. Après la NFC Est, changement de conférence et de point cardinal cette semaine avec un focus sur l’AFC Ouest. Gros plan sur ce qui est pas loin d’être la meilleure division de la NFL, un match à ne pas manquer, les traditionnels duels de division : voici le programme de la semaine 12.

Complètement à l’ouest

Coup d’envoi dans la nuit de dimanche à lundi à 02h30
Denver Broncos (7-3) – Kansas City Chiefs (7-3)

C’est clairement l’un des matchs phares de cette semaine. La NFL ne s’est pas trompée en plaçant cette rencontre en prime time. Avec un bilan de 7 victoires pour 3 défaites chacun, aucune de ces deux équipes n’est en tête de sa division. La faute à des Raiders en folie. En revanche, ces deux franchises seraient pour l’instant qualifiées en playoffs (grâce aux wild-cards) si la saison devait s’arrêter ici. Le duel est particulièrement indécis. Alex Smith aime beaucoup les passes courtes mais la défense d’homme à homme mise en place par les Broncos est justement parfaite pour limiter ce genre de routes. Dans cette rencontre, les pass-rushers risquent de faire beaucoup de dégâts. Si on ne présente plus les joueurs de la ligne défensive de Denver, de l’autre côté, il y a un joueur qui a complètement explosé cette saison : Dee Ford. Avec 10 sacks, il partage la tête de ce classement avec Lorenzo Alexander (Bills) et Cliff Avril (Seahawks). Ajoutez à cela Tamba Hali et le retour de Justin Houston et vous aurez une escouade qui fait probablement peur à Trevor Siemian. Le match retour se jouera d’ailleurs le 25 décembre. Un beau cadeau pour une rencontre qui vaudra probablement de l’or.

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Oakland Raiders (8-2) – Carolina Panthers (4-6)

En attendant que ses poursuivants s’entre-tuent en prime time, Oakland accueillera Carolina en fin de soirée. Alors que les Raiders n’ont eu que quelques jours pour se préparer puisqu’ils ont joué lundi à Mexico, les Panthers, eux, ont profité de plus d’une semaine après leur dernier match face aux Saints jeudi dernier. Une différence qui pourrait être un facteur dans ce match. La grosse lacune cette année pour les Panthers : la ligne offensive. A priori, Cam Newton n’a pas grand chose à craindre face à l’équipe de la ligue qui a le moins de sacks à son actif. Sauf qu’un seul nom suffit à faire peur aux coordinateurs offensifs : Khalil Mack. Le defensive end est impressionnant cette année et peut venir des deux côtés de la ligne. Une mauvaise nouvelle pour Carolina pour qui les deux tackles, à gauche comme à droite, sont les points faibles d’une ligne déjà moyenne. De l’autre côté du ballon, un autre monstre, Luke Kuechly, pourrait lui être absent de cette rencontre à cause d’une commotion. Une bien mauvaise nouvelle pour une défense qui va avoir du travail face aux Raiders.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Houston Texans (6-4) – San Diego Chargers (4-6)

Retour au pays pour Houston avec un match contre la dernière équipe de l’AFC Ouest. Dans cette division, San Diego semble être cantonné au rôle de lanterne rouge. Sauf miracle, les Chargers ne peuvent plus viser les playoffs et devront se contenter d’être les trouble-fête. Pas seulement dans la division mais aussi dans la conférence. A commencer par dimanche contre Houston. Des Texans qui ont retrouvé un jeu aérien la semaine dernière. Ils ont dépassé les 200 yards pour la première fois depuis quatre matchs. Une bonne nouvelle pour eux qui affrontent ce week-end une défense qui n’est pas impériale dans les airs. Les Chargers sont en effet 28e défense contre la passe. Mais pour continuer sur sa lancée, Brock Osweiler devra tout de même faire attention au pass-rush de San Diego qui lui est plutôt efficace. Joey Bosa et Melvin Ingram représentent des réels dangers. De l’autre côté du ballon, l’opposition sera aussi intéressante à regarder entre l’attaque des Chargers et une solide défense des Texans.

Lamar Miller_Brock Osweiler_Houston_Texans

Le match à ne pas manquer

Coup d’envoi dimanche à 22h05
Tampa Bay Buccaneers (5-5) – Seattle Seahawks (7-2-1)

On ne devrait plus être surpris mais on se fait avoir chaque année. Les Seahawks commencent doucement, on se demande s’ils sont pas partis pour revenir dans le rang des équipes bonnes sans être exceptionnelles puis tout se remet à marcher au milieu de saison et ils finissent en bombe. C’est encore le cas cette année et ça fait peur. L’idée que Seattle est la meilleure équipe de la NFL n’est pas la plus folle, la franchise n’a en tout cas pas grand chose à envier à Dallas ou New England qui sont les équipes qui peuvent prétendre à ce titre. Les Seahawks se déplacent cette semaine en Floride pour affronter des Buccaneers qui viennent de réussir un gros coup : faire tomber les Chiefs. Un « exploit » qu’il faudra renouveler contre Seattle. Jameis Winston devra venir à bout de la Legion of Boom, une tâche compliquée pour le joueur de deuxième année

Duels de division

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Baltimore Ravens (5-5) – Cincinnati Bengals (3-6-1)

C’est pratiquement une certitude, les Bengals n’obtiendront pas de place en wild-cards. Leur seul espoir d’atteindre les playoffs est de finir premier de l’AFC Nord. Une place que se partageaient les Ravens et les Steelers avant cette semaine 12. La victoire est donc impérative pour Cincinnati pour continuer d’y croire. Malheureusement, la franchise se présente à Baltimore sans Giovanni Bernard, forfait jusqu’à la fin de la saison, et surtout A.J. Green. Il va donc falloir réussir à faire avancer le ballon sans deux pièces majeures de leur attaque. Surtout que les Bengals affrontent l’une des défenses les plus performantes de la ligue. Seuls les Cardinals encaissent moins de yards par match que les Ravens (287,4 contre 295,1). Le pass-rush de Baltimore, porté par Terrell Suggs (6 sacks) et Timmy Jernigan (5 sacks) est une grande force de la franchise. Sachant que Cincinnati a déjà encaissé 29 sacks cette saison, Andy Dalton a du soucis à se faire.

Coup d’envoi dimanche à 22h25
New York Jets (3-7) – New England Patriots (8-2)

Si on se fie au bilan, il ne devrait même pas y avoir match au Metlife Stadium. Sauf qu’entre les Jets et les Patriots, les rencontres sont toujours particulières. New England, souvent favoris ces derniers temps, a rarement la tâche facile. Ce dimanche pourrait s’inscrire dans cette lignée de match serré. En attaque malgré le statut incertain de Gronkowski, Bennett et Hogan, Tom Brady devrait trouver une solution. Elle pourrait être au sol d’ailleurs vu que New York a encaissé plus de 125 yards à la course lors des deux derniers matchs. C’est en défense en revanche que les Pats ne sont pas très rassurant. Bill Belichik donne l’impréssion d’être en phase de test en mettant notamment Hightower ou Sheard sur le banc. Pas sûr que les Jets pourront vraiment en profiter mais cela pourrait équilibrer le niveau.

Le reste

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Chicago Bears (2-8) – Tennessee Titans (5-6)

Les semaines se suivent et se ressemblent à Chicago. Les défaites s’accumulent et les meilleurs joueurs continuent d’être blessés/suspendus. Cette fois, c’est Jay Cutler qui pourrait être indisponible pour le reste de la saison et Jerrell Freeman qui a été sanctionné par la ligue. Ce qui ne va pas aidé face aux Titans. Les Bears ont la deuxième pire attaque de la ligue en terme de points marqués et de l’autre côté du ballon, ils encaissent près de 24 points par match. Des statistiques qui sont quasiment rédhibitoire quand on affronte une équipe de Tennessee qui marche fort en attaque en ce moment. Marcus Mariota s’est mis au niveau de son jeu au sol et les points affluent. S’ils sôt serieux, ils devraient pouvoir continuer à croire aux playoffs en battant Chicago dans l’Illinois.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Buffalo Bills (5-5) – Jacksonville Jaguars (2-8)

Dans ce match, tous les curseur penchent du côté de Buffalo. En défense, les Bills ont, statistiquement, le pass-rush le plus efficace de la ligue. Et même si les Jaguars ont beaucoup progressé dans la protection de Blake Bortles, c’est désormais le quarterback qui est à la peine. Dimanche, en plus de devoir échapper aux sacks, ils devra eviter l’une des lignes arrière les plus sous-côté de la ligue. Lui qui a justement l’habitude de trouver les mains de ses adversaires (13 interceptions, premier de la ligue). Il ne pourra même pas compter sur un jeu au sol poussif cette année qui voit T.J. Yeldon et Chris Ivory enregistrer seulement 3,6 yards par course. C’est donc en défense que Buffalo devra gagner ce match et continuer à croire aux playoffs.

Jerry Hughes_Buffalo_Bills

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Atlanta Falcons (6-4) – Arizona Cardinals (4-5-1)

Une grosse défense face à une belle attaque. Statistiquement, ce sont les deux meilleures dans leur catégorie. La défense d’Arizona est celle qui autorise le moins de yards de la NFL (287,4) pendant que Matt Ryan et son attaque inscrit le plus de points par rencontre (32). Le combat risque donc d’être féroce. C’est peut-être de l’autre côté du ballon que le match va se jouer. L’attaque de Bruce Arians, elle, semble avancer à reculons. Carson Palmer n’est plus le joueur qu’il était pas plus tard que la saison dernière et c’est toute l’escouade offensive qui en pâtit. Même si David Johnson et Larry Fitzgerald tienne leur rang d’autres semblent être portés disparus. Où sont passés les John Brown ou les Michael Floyd par exemple ? En tout cas pour ce qui est de la défense des Falcons l’objectif sera de laisser ses adversaire du jour dans le doute.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Cleveland Browns (0-11) – New York Giants (7-3)

Après les Bears, les Giants affrontent de nouveau une équipe en grande difficulté. Un bon moyen de continuer à coller aux basques des Cowboys et de prendre le large vis-à-vis des Redskins qui viennent de perdre. Pour les Giants, l’analyse est simple sur ce match : ils sont supérieurs dans tous les domaines. Il leur « suffit simplement » d’être sérieux est appliqué. Même à l’extérieur, cette rencontre ne doit être qu’une formalité pour New York. Leur jeu aérien devrait leur permettre de prendre le dessus comme la semaine dernière. On parie toutefois que Ben McAdoo aimerait que son équipe ne soit pas mené au score dès le début de match comme contre Chicago. L’idée est de ne donner aucun espoir à une équipe de Cleveland dont la confiance est déjà à zéro. Prendre le large de suite permettra aux supporters des Giants de vivre le match sereinement.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
New Orleans Saints (4-6) – Los Angeles Rams (4-6)

Deuxième match pour Jared Goff et gros défi : tenir le rythme imposé par Drew Brees. Défaites comme victoires, le quarterback de la Nouvelle-Orléans accumule les points. Même si la défense des Rams semble forte, il est difficile voire impossible de stopper le lanceur durant tout le match. Le rookie va donc devoir faire gonfler le tableau d’affichage s’il veut donner une chance à son équipe. La semaine dernière il a très peu lancer en profondeur. Pire, il a semblé avoir du mal dans ses lectures, utilisant souvent son check-down comme pour assurer la passe. Face à la défense des Saints, il pourrait se permettre de prendre un peu plus de risques. Même si celle-ci s’est améliorée depuis le début de la saison, elle reste parmi les moins performantes de la ligue. A Goff désormais d’en profiter.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Miami Dolphins (6-4) – San Francisco 49ers (1-9)

Après les Pats, San Francisco affronte une nouvelle équipe de la NFC Est : Miami. Les 49ers ont donc traversé tout le pays pour se retrouver en Floride. Un endroit où on ne donne pas cher de leur peau pour une raison toute simple, le jeu au sol. Le club californien a la pire défense au sol de la NFL. San Francisco est la seule équipe à autoriser plus de 5 yards par course (5,6). Le problème est qu’en face la franchise va affronter l’un des running back les plus en feu du moment. Jay Ajayi est à peine redescendu sur terre après ses deux matchs à plus de 200 yards. Le coureur est toujours au cœur de l’attaque de Miami et ça risque de faire des dégâts à San Francisco. Surtout que grâce à la course, les Dolphins maitrisent le chrono et laissent peu de place à Colin Kaepernick pour prendre le match en main. En bref, l’adversaire n’est peut-être pas meilleur que celui de la semaine dernière pour San Francisco (New England) mais le résultat pourrait être aussi large.

ryan-tannehill-121116

Coup d’envoi dans la nuit de lundi à mardi à 02h30
Philadelphia Eagles (5-5) – Green Bay Packers (4-6)

Avant, quand les Packers perdaient, c’était parce qu’Aaron Rodgers avait un de ses (rares) mauvais jours. Maintenant, le quarterback joue plutôt bien et Green Bay perds quand même. La faute à une défense qui a encaissé plus de 40 points lors des deux derniers matchs. Lundi, le double MVP va devoir une fois de plus se mettre en quatre pour éviter une cinquième défaite consécutive. Contre les Eagles, il va affronter une défense qui est probablement dans le top 10 dans la ligue. La lacune que Rodgers pourra exploiter : les gros jeux. Philadelphia fait partie des franchises qui encaissent le plus de passe de plus de 20 yards. C’est peut-être la solution pour les Packers. Encore faudra-t-il tenir et ne pas trop encaisser de points.

Les affiches

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Chicago Bears (2-8) – Tennessee Titans (5-6)
Buffalo Bills (5-5) – Jacksonville Jaguars (2-8)
Baltimore Ravens (5-5) – Cincinnati Bengals (3-6-1)
Atlanta Falcons (6-4) – Arizona Cardinals (4-5-1)
Cleveland Browns (0-11) – New York Giants (7-3)
New Orleans Saints (4-6) – Los Angeles Rams (4-6)
Miami Dolphins (6-4) – San Francisco 49ers (1-9)
Houston Texans (6-4) – San Diego Chargers (4-6)

Coup d’envoi dimanche à 22h05
Tampa Bay Buccaneers (5-5) – Seattle Seahawks (7-2-1)

Coup d’envoi dimanche à 22h25
New York Jets (3-7) – New England Patriots (8-2)
Oakland Raiders (8-2) – Carolina Panthers (4-6)

Coup d’envoi dans la nuit de dimanche à lundi à 02h30
Denver Broncos (7-3) – Kansas City Chiefs (7-3)

Coup d’envoi dans la nuit de lundi à mardi à 02h30
Philadelphia Eagles (5-5) – Green Bay Packers (4-6)

PARTAGER

12 Commentaires

  1. moui, je vous trouve bien gentil avec les Hawks. OK, l'equipe regagne, mais sans dominer outrageusement. Et il n y aura pas de Legion of Boom dimanche, Deshawn Shead et Earl Thomas, surtout, ne joueront pas. Ni Bennett. Winston aura plus de temps pour lancer.
    La cle a mon avis est de gerer le rythme du match et que notre attaque reste sur le terrain pour preserver notre defense qui est un peu deplumee.

    • je te trouve bien pessimiste, le talent général est nettement meilleur du coté de chez vous, car mis à part le duo Winston – Evans je ne vois pas dans quel secteur Tampa peut rivaliser même face à une équipe diminuée de certain cadre. Ça reste tout de même une confrontation de Top 5 vs Low 10 malgré ce qu'essaye de souffler la rédac TDA. En plus on joue à la maison , donc ce facteur joue en votre faveur.

      • Il est vrai que le bilan à domicile des Bucs est désastreux mais il ne faut pas négliger l'apport considérable de Michael Bennett, de Earl Thomas et, dans une moindre mesure, Deshawn Shead. Ok on a un génial Frank Clark en DE et un satisfaisant Jeremy Lane en CB… Mais en FS, Terrell ou Powell c'est pas joli joli…Faut quand même pas oublier que depuis sa draft en 2010, il n'a pas manqué un seul match…
        Côté attaque, Jermaine Kearse est surpayé 13,5M$/3ans pour des stats très maigres et nos RB sont (dans l'ordre de la Depth Chart) : fragile, blessé, mauvais, blessé.
        Après on a de quoi se réjouir avec une O-Line qui donne tout ce qu'elle peut, une défense qui reste somme toute fidèle à elle-même, une équipe spéciale performant, un R. Wilson lancé à toute vitesse, et un magnifique duo Baldwin Graham.
        Y a à boire et à manger ahah

  2. Bonnes analyses en général juste un grand défaut pour Atlanta vs Arizona comparer les yards au points encaissés je trouve cela moyen ça veut presque rien dire……. dominer n est pas gaganer (cf les redskins qui a massent les yard mais sont mauvais en redzone )

  3. On sest séparé de Bruce Irvin en fin de saison dernière,cétait déjà un déchirement. Alors Wagner…. Je ne préfère pas imaginer ! Et normalement cest nous qui extirpons des joueurs des Saints 😀 un TE, un LB, un RB, who is next ?

LAISSER UN COMMENTAIRE