PARTAGER

packers_stats_25112016Dans les sports américains et plus particulièrement en NFL, les statistiques tiennent une place prépondérante à tel point qu’environ 99 % des joueurs possèdent aujourd’hui leur propre record dans une catégorie qui n’est probablement connue de personne. Du coup, Touchdown Actu vous propose une nouvelle rubrique basée sur l’analyse statistique, tout en remettant les chiffres dans leur contexte.

Au programme aujourd’hui, la saison très décevante des Green Bay Packers.

Que disent les chiffres ?

Depuis l’arrivée d’Aaron Rodgers au poste de quarterback titulaire en 2008, les Packers ont participé à sept campagnes de Playoffs consécutives et ont remporté un Super Bowl. Autrement dit, Green Bay est devenu un modèle de régularité avec le numéro 12 aux commandes.

Cependant, cette année, cette belle dynamique risque de prendre fin au vu des galères actuelles de l’équipe. En effet, avec un bilan médiocre de quatre victoires pour six défaites, les Packers sont très mal partis pour accrocher la postseason.

A présent, jetons un œil aux statistiques de 2016. En attaque, les Packers tournent à 24,7 points (10è de la NFL) et 362,7 yards (13è) par match, ce qui est en soi très correct mais forcément décevant avec un quarterback comme Aaron Rodgers. En effet, ils nous avaient habitué à beaucoup mieux lors des saisons précédentes, hormis l’an dernier :

  • 2015 : 23,0 points (15è) /  334,6 yards (23è)
  • 2014 : 30,4 points (1er) /  386,1 yards (6è)
  • 2013 : 26,1 points (8è) /  400,3 yards (3è)
  • 2012 : 27,1 points (5è) /  359,4 yards (13è)
  • 2011 : 35,0 points (1er) /  405,1 yards (3è)
  • 2010 : 24,3 points (10è) /  358,1 yards (9è)
  • 2009 : 28,8 points (3è) /  379,1 yards (6è)
  • 2008 : 26,2 points (5è) /  351,1 yards (8è)

Si Green Bay n’est plus aussi dominateur offensivement que par le passé, c’est surtout en défense que les Packers ratent complètement leur saison. C’est simple, Aaron Rodgers n’a jamais joué avec une équipe encaissant autant de points que celle de cette année (27,6 points par match) :

  • 2015 : 20,2 points (12è) /  346,7 yards (15è)
  • 2014 : 21,8 points (13è) /  346,4 yards (15è)
  • 2013 : 26,8 points (24è) /  372,3 yards (25è)
  • 2012 : 21,0 points (11è) /  336,8 yards (11è)
  • 2011 : 22,4 points (19è) /  411,6 yards (32è)
  • 2010 : 15,0 points (2è) /  309,1 yards (5è)
  • 2009 : 18,6 points (7è) /  284,4 yards (2è)
  • 2008 : 23,8 points (22è) /  334,4 yards (20è)

Bref, c’est journée portes ouvertes presque tous les week-ends cette saison.

Dans le contexte

A travers ces chiffres, on remarque bien que ça ne tourne pas rond à Green Bay actuellement. La question qui se pose à présent est la suivante : comment les Packers en sont-ils arrivés là, eux qui ont réalisé six saisons à 10 victoires ou plus depuis l’arrivée de Rodgers ?

L’une des raisons de ce fiasco, ce sont les blessures qui touchent la défense et particulièrement la ligne arrière. Privés de leurs deux meilleurs cornerbacks pendant une grande partie de la saison, à savoir Sam Shields (depuis la deuxième semaine) et Damarious Randall (depuis le 16 octobre dernier), les Packers ont montré d’énormes carences dans le jeu aérien, notamment la semaine dernière face aux Redskins. Le manque de profondeur de la secondary associé au manque d’expérience des joueurs qui la composent coûtent aujourd’hui très cher à Green Bay.

De plus, ces faiblesses sont accentuées par un pass rush peu efficace qui souffre des absences répétés du linebacker Clay Matthews, qui n’a joué que six matchs cette saison pour trois sacks. Au final, seule la défense contre la course est satisfaisante cette année, elle qui est sixième de la NFL avec 91,1 yards accordés par match. Cependant, lors des deux dernières rencontres, elle n’a pas évolué à son niveau habituel étant donné qu’elle a encaissé 154 yards contre Tennessee et 157 yards contre Washington, ce qui s’explique en partie par la blessure du linebacker Jake Ryan.

Autre problème récurrent cette saison à Green Bay, le jeu au sol. Avec les pépins physiques d’Eddie Lacy et de James Starks, les Packers ont beaucoup bricolé ces dernières semaines, à tel point qu’ils ont aligné à plusieurs reprises le receveur Ty Montgomery au poste de running back. Résultat, l’attaque menée par Aaron Rodgers a souvent été unidimensionnelle et donc relativement prévisible pour les défenses adverses, d’autant plus que le receveur numéro un Jordy Nelson n’a pas encore réussi à revenir à son meilleur niveau suite à sa grosse blessure au genou. A voir désormais si l’arrivée récente de Christine Michael va améliorer les choses.

Verdict

Si Aaron Rodgers a souvent été critiqué cette année, tout comme son coach Mike McCarthy, Green Bay est aujourd’hui en passe de rater les Playoffs à cause avant tout d’une défense aérienne pathétique et d’une attaque qui repose beaucoup trop sur les exploits de son quarterback. Évidemment, les blessures font très mal aux Packers, mais elles ont le mérite de montrer le manque de profondeur actuel de l’effectif.

Troisième de la NFC Nord à l’heure de ces lignes, les « cheeseheads » ont six matchs pour redresser la barre et rattraper Detroit ou Minnesota en tête de la division. Si Aaron Rodgers est très optimiste quant à la capacité de son équipe d’y arriver, difficile d’imaginer aujourd’hui Green Bay en postseason vu le niveau défensif de l’équipe.

PARTAGER

8 Commentaires

  1. facile et réducteur de dire que ce sont les blessures, quand tu ne paies pas un cb ultra underrated en la personne de C. Heyward, qui fait une saison très solide à SD en prime…SD qui aurait pu sombrer sans Weddle.
    Ne parlons pas du cas Sutton également sur la Oline…

    effectif très vieillissant et manquant de talent sur le front 7 également.

    Aaron est à des années lumières de son niveau d'antan, le voir louper autant de passes pour un QB de sa trempe me désole à vrai dire…bien que cela restera à tout jamais une menace à ne pas sous estimer

  2. ça arrive une année de moins bon ,il s'en remettra il a encore le temps pour refaire des bonnes saisons (le fait d'avoir cut Sitton doit être une des causes
    bientôt il sera l'un des seuls meilleurs QB de la NFL (quand Brees et Brady partis bien entendu )

    • Je dis peut être des conneries mais il me semble que malgré les soucis du début de saison il est redevenu très performant le Rodgers. C'est plus un problème de Def et de Coaching à priori.

  3. La défense contre la passe est une catastrophe c'est vrai : les blessures y sont pour beaucoup mais je rejoins l'avis de jo_kinder, il est impossible de ne pas évoquer le départ stupide ce heyward cet été. Les appels de jeu avec des blitz incessants quand tu es, d'une part incapable de garder ton WR en 1 contre 1, d'autre part de mettre la main sur le QB adverse rapidement, posent vraiment question ! Clay matthews n'a réalisé qu'une seule saison au dessus de 7.5 sacks depuis 2013. Il y a une saison où il est MLB mais globalement, il est bien payé par rapport à son niveau.
    En attaque, les WR font très peu de différences sur les tracés longs, ce qui donne un jeu avec essentiellement des passes courtes (jared cook a fait du bien la semaine dernière).
    Rodgers a aussi manqué certaines opportunités alors que sa OL est plutôt bonne.
    Bref, une année de transition et il faudra une intersaison de bon niveau pour combler nos manques : pass rush, DB et WR longue distance.

  4. La finale de conf contre Seattle aurait-elle laissée des traces ? Jamais ils n’auraient du perdre cette rencontre.

    Elle a sans doute marquée les esprits et la dynamique à été brisée.

    Quid de la draft ou je trouve Greenbay très moyen notamment pour trouver un jeune RB talentueux et qui donnerait une dimension différente à cette attaque.

    Enfin, McCarthy à t-il toujours les clefs pour gagner un nouveau SB. Parce que Rodgers avec une seule bague à la fin de sa carrière serait un véritable scandale.

  5. Bel article
    Après les stats ne font pas tout => comme le fait d avoir une des meilleur déf contre le run, c est aussi du au fait que les équipes profitent de jouer a l passe 😉

  6. Priorités de l'intersaison :
    – Prendre un DB d'expérience : cela passe obligatoirement par la free agency, à voir qui est dispo en mars.
    – Prendre un RB : de préférence à la draft, apparemment elle est profonde à ce poste cette année.
    – Prendre un DE rusher : draft ou free agency avec une préférence pour la free agency tout de même parce qu'il nous faut un joueur qui ait un impact immédiat, car faut pas se mentir, Rodgers n'est plus tout jeune !

LAISSER UN COMMENTAIRE