PARTAGER

steve-smith-burfict-zidane-281116Vontaze Burfict est un grand habitué des mauvais coups et de la violence gratuite.

Mais dimanche, il a montré qu’il peut aussi faire dans la finesse, avec une petite pointe d’exagération. Au moment où Steve Smith a décidé de lui mettre un coup de tête, le linebacker s’est jeté à terre.

Et tel Zinedine Zidane, c’est bien Smith qui a été sanctionné. La leçon : il ne faut jamais répondre aux provocations.

PARTAGER

6 Commentaires

  1. Zidane aussi était un habitué des actes violents : un coup de poing à Desailly, une gifle à Thorsten Fink, un tacle par derrière version Cantona sur Der Zakarian à Etienne Mendy de Martigues, une bagarre avec Enrico Chiesa, un écrasement de jambe sur un Saoudien, un coup de boule à un joueur d'Hambourg et d'autres embrouilles au Real. Des joueurs pas du tout réputés pour être des mecs à embrouilles pour la plupart.

    Les médias français avaient comme de coutume étaient odieux et impériaux dans l'intox en faisant passer Zidane pour la victime, le héros de la finale et Materazzi pour le méchant facho italien, l'anti-héros.

    "C'est normal Materazzi est un connard, Zidane a bien fait"… c'était ça la moralité défendue par Chirac, les médias et l'intéressé lui-même. Pire encore; grâce au lobbying français, c'est Materazzi qui avait pris les matchs de suspension, Zidane prenant sa retraite.

    La France, petite, très petite, dans la défaite.

LAISSER UN COMMENTAIRE