PARTAGER

Julio Jones_Devonta Freeman_Atlanta_Falcons

Nous entrons dans le dernier quart de la saison. Une dernière ligne droite aux allures de sprint final. Ce fameux mois de décembre. Fatidique pour certains, générateur de confiance pour d’autres, cette période est souvent le moment décisif pour la qualification en playoffs.

Cette semaine justement, on s’intéressera particulièrement aux équipes en tête de leur division qui sont à portée de tir direct de leurs adversaires. Ainsi Atlanta, Baltimore, Houston ou Oakland n’ont pas le droit à l’erreur s’ils veulent garder cette place de numéro un. Des leaders en dangers, une rencontre entre cancres, aucun duel de division et deux équipes au repos (Titans et Browns) : voici le programme de la semaine 13.

Rester devant

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Atlanta Falcons (7-4) – Kansas City Chiefs (8-3)

C’est probablement le plus beau match de la semaine. Une rencontre avec beaucoup d’enjeux. Paradoxalement, c’est peut-être l’équipe avec le moins bon bilan qui est la meilleure dans ce match. Les Falcons sont toujours autant dominants en attaque. Matt Ryan vient d’enchaîner un 50e match consécutif avec plus de 200 yards à la passe, un record en NFL, et ne compte pas s’arrêter là. Pourtant, en face, la défense est le point fort à Kansas City. Justin Houston est de retour comme Trevor Siemian a pu le remarquer la semaine dernière et le pass-rush des Chiefs fait de plus en plus mal. Mais la différence se fera peut-être de l’autre côté du ballon. Qui de la défense des Falcons au sein de laquelle Desmond Truffant et Adrian Clayborn seront absents, ou de l’attaque des Chiefs qui n’enregistre que 328,3 yards par match (27e de la NFL), prendra le dessus. En tout cas, de chaque côté la victoire est impérative. D’abord pour les locaux, sous la menace directe de Tampa Bay mais aussi pour les visiteurs, coincés entre Oakland et Denver dans leur division.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Baltimore Ravens (6-5) – Miami Dolphins (7-4) 

Dimanche 9 octobre. C’est la date de la dernière défaite de Miami en NFL. Autant dire une éternité dans cette ligue. Depuis, les Dolphins sont sur une série de six victoires consécutives et se sont complètement replacés dans la course aux playoffs. Si la tête de l’AFC Est semble promise aux Patriots, les wild-cards sont parfaitement jouables. Baltimore en revanche se bats toujours avec Pittsburgh pour rester en tête de sa division. Et ce match face à Miami n’est pas gagné. En attaque les Dolphins se sont libérés. Un déclic qui a commencé par Jay Ajayi mais qui s’est répandu à tous les autres joueurs de l’attaque. Ryan Tannehill en profite et avec lui les deux receveurs Kenny Stills et Devante Parker. En mettant du monde dans la boîte pour défendre contre le running back, les défenses laissent de la place aux receveurs, notamment dans le fond du terrain. Résultat, Stills a déjà 6 touchdowns de plus de 50 yards cette saison. Sauf que cette semaine, les Dolphins affrontent l’une des meilleures défenses de la NFL. Une escouade qui peut très bien défendre la course avec seulement sept joueurs et qui est capable de dominer les airs avec notamment Eric Weddle et Lardarius Webb en position de safety. Baltimore est d’ailleurs la meilleure équipe contre la course avec seulement 824 yards encaissés depuis le début de la saison. Cela risque de faire un choc à Miami qui sort d’un match face aux 49ers…

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Green Bay Packers (5-6) – Houston Texans (6-5)

Cette fois c’est clair : les Packers n’ont plus le choix. Ils se doivent de faire un (quasi) sans faute s’ils veulent garder espoir pour les playoffs. Une défaite à domicile face aux Texans est donc inconcevable. Si Aaron Rodgers joue comme ca lundi, cela devrait passer. Le quarterback devrait venir à bout d’une défense des Texans certes solide mais qui a besoin que son attaque la soulage. C’est là le gros problème de Houston. L’attaque n’avance pas. Osweiler n’a jamais affiché un passer rating supérieur à 100 depuis le début de l’année. Et même si la défense de Green Bay n’inspire pas confiance depuis un mois, elle reste supérieure à cette escouade défensive.

aaron_rodgers_packers_25112016

Coup d’envoi dimanche à 22h05
Oakland Raiders (9-2) – Buffalo Bills (6-5)

Malgré un très bon bilan de 9 victoires, les Raiders sont toujours à portée de fusil des Chiefs. Même si une place en wild-cards est déjà quasi assurée, Oakland aimerait se qualifier directement avec pourquoi pas l’avantage du terrain. Contre les Bills, c’est une fois de plus l’attaque qui devra faire la différence. Face à l’une des équipes qui mets le plus la pression sur le quarterback, la ligne offensive des Raiders, très bonne depuis le début de la saison, devra une fois de plus offrir du temps à Derek Carr. De l’autre côté du ballon, après Cam Newton, la défense s’attaque à un nouveau quarterback coureur. Mais il faudra être encore plus vigilant car Tyrod Taylor est le lanceur qui tente le plus de course de la ligue.

Le match à ne pas manquer

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Pittsburgh Steelers (6-5) – New York Giants (8-3)

Ils sont rares les quarterbacks, encore en activités, à avoir deux Super Bowl à leur actifs. Dans ce match, ils seront deux. Ben Roethlisberger et Eli Manning font partie de ce groupe de lanceur champions à multiple reprises. Cette saison, c’est Manning qui tient la corde avec un meilleur bilan. Autre point commun, les deux quarterbacks possèdent une cible hors du normes. Deux receveurs qui se tirent la bourre en terme de statistiques. Odell Beckham Jr. affiche 65 recéptions, 915 yards et 8 TDs pendant qu’Antonio Brown lui fait mieux avec 82 réceptions, 998 yards et 10 TDs. Mais à l’image de ce duel, les deux équipes sont assez similaires, les deux attendent un faux pas de l’équipe en tête de leur division respective. Paradoxalement, les Giants ont le meilleur bilan mais ont probablement le moins de chance de rattraper le premier de la NFC Est, les Cowboys. Ce dimanche en tout cas, la défense de New York passera un test face à une attaque des Steelers qui peut être électrique.

La rencontre des cancres

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Chicago Bears (2-9) – San Francisco 49ers (1-10)

En l´absence des Browns cette semaine, voici les deux plus mauvaises équipes de la ligue. Trois victoires combinées à elles deux et beaucoup de lacunes. Difficile de prédire le vainqueur d’un tel match tant ces équipes manquent d’à peu près tout. Pourtant, à San Francisco, l’attaque semble marcher de mieux en mieux. Peut-être l’effet Chip Kelly. Colin Kaepernick est toujours un aussi bon coureur et il l’a prouvé avec plus de 100 yards la semaine dernière. Le problème est qu’on lui demande de passer le ballon. Il reste toutefois le meilleur quarterback de ce match face à Matt Barkley qui, malgré des stats correctes la semaine dernière, n’est vraiment pas la solution pour Chicago. Aujourd’hui, ces deux équipes feraient presque mieux de perdre pour monter dans la draft.

Le reste

Coup d’envoi dimanche à 19h00
New Orleans Saints (5-6) – Detroit Lions (7-4)

Attention, feux d’artifice en prévision. Lions comme Saints sont impressionnants en attaque ces dernières semaines. New Orleans a déjà enregistré quatre matchs avec plus de 500 yards et vient de passer 48 points à une défense des Rams considérée comme solide. En face, Matthew Stafford est lui aussi en folie. Sans faire trop de bruit, il réalise l’une des meilleures saisons de sa carrière. Son « passer rating » est l’un des plus élevés de la ligue (99.3) et personne ne fait mieux que lui au ratio touchdowns-interceptions (19-5). Vous l’aurez compris, les deux lanceurs risquent de se livrer un énorme duel ce dimanche. Surtout que tous les matchs des Lions se sont joués par 7 points d’écart ou moins. Avantage toutefois au Saints qui ont progressé en défense ces derniers temps et qui reçoivent surtout une équipe en difficulté à l’extérieur avec un bilan de 2-3 (pour 5-1 à domicile).

michael-thomas-saints-041116

Coup d’envoi dimanche à 19h00
New England Patriots (9-2) – Los Angeles Rams (4-7)

La vie sans Gronk à New England n’est jamais tout à fait la même. Toutefois, les Pats vont devoir apprendre à s’en passer car le tight ne reviendra pas avant un moment. Un vrai coup dur pour une attaque qu’on voyait rouler sur tout le monde il y a encore quelques semaines. Maintenant, il va falloir trouver des solutions. Déjà contre les Rams. Une équipe moyenne mais réputée solide défensivement. Après encaissé 48 points la semaine dernière on parie que Los Angeles va vouloir se racheter. Pour cela, New York a donné la recette pour mettre en danger l’attaque des Pats : mettre une grosse pression sur Tom Brady. Et quand on a Aaron Donald, ça aide. Il sera dur pour les hommes de Jeff Fisher d’aller gagner au Gillette Stadium mais si la défense arrive à faire sortir Brady de sa zone de confort, alors il y aura peut-être une fenêtre de tir pour leur rookie Goff.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Jacksonville Jaguars (2-9) – Denver Broncos (7-4)

Après une défaite rageante contre les Chiefs, Denver veut repartir de l’avant et ne pas laisser échapper Oakland et Kansas City. Ce déplacement en floride pourrait être l’occasion parfaite. L’attaque de Jacksonville ne fait plus rêver. Impressionante l’an dernier, elle est aura ralentit cette saison. Le duel face à la défense des Broncos ne joue en plus pas en sa faveur. Blake Bortles risque d’avoir beaucoup de mal à échapper a Von Miller et Derek Wolfe (18 sacks à eux deux) tout en évitant ces lignes arrière. On aura d’ailleurs un oeil attentif sur le duel entre Aqib Talib et Allen Robinson qui devrait être sympa à regarder.

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Cincinnati Bengals (3-7-1) Philadelphia Eagles (5-6)

Où est passé le Carson Wentz du début de saison. Après un départ canon, le rookie s’est calmé. Son niveau n’est pas forcément mauvais mais les pertes de balles sont parfois fatales pour son équipe. Lui qui n’avait pas lancé d’intercéption lors de ses premiers matchs, en est désormais à sa 10e perte de balle depuis la semaine 4 (dont 8 interceptions pour 11 touchdowns). Le lanceur n’est encore qu’un premier année et on aurait tendance à dire que c’est normal mais c’est une faiblesse à exploiter. Notamment pour des Bengals qui en ont déjà provoqué 14 cette saison. Le jeu au sol de Philadelphie sera aussi l’une des clés du match. Avantage cette fois aux visiteurs qui sont 8e de la ligue en yards à la course par match alors que Cincinnati n’est que 14e. Surtout les Bengals ont l’une des pires défense au sol avec 120.5 yards encaissés par match. Il faudra serré les ligne donc si Marvin Lewis et les siens veulent l’emporter.

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Arizona Cardinals (4-6-1) – Washington Redskins (6-4-1) 

Kirk Cousins n’attend probablement pas ce match avec impatience. Face aux Cardinals, les quarterbacks ne sont jamais très serein. D’abord parce qu’Arizona est l’une des équipes qui blitz le plus de la NFL avec plus de 20% de jeux appelés qui contiennent un blitz. Grâce à cela, les sacks pleuvent et les lanceurs tombent. Résultat, les Cardinals possèdent la deuxième meilleur défense contre la passe avec seulement 195,1 yards encaissés. Toutefois, les Redskins ont de quoi rivaliser, surtout dans les airs. Avec 314,8 yards par match, ils possèdent eux la deuxième attaque la plus prolifique dans les airs. Vous l’aurez compris, c’est probablement dans ce secteur que la victoire se jouera. Quelle équipe prendra le dessus et arrivera à imposer sa loi ? Réponse dimanche.

patrick-peterson-220416

Coup d’envoi dimanche à 22h25
San Diego Chargers (5-6) – Tampa Bay Buccaneers (6-5)

Sans faire de bruit, Tampa Bay toque à la porte des playoffs. Avec trois victoires d’affilés, les Buccaneers se sont replacés dans la NFC Sud et menacent directement les Falcons. Leur victoire face aux Seahawks devraient leur donner encore plus de confiance. Souvent irréguliers, à l’image de leur quarterback, ils semblent avoir trouver leur rythme au meilleur des moments. Jameis Winston s’appuye beaucoup sur Mike Evans (73 réceptions, 1 020 yards et 10 TDs) mais après Richard Sherman, le receveur va avoir un nouveau client sur le dos : Casey Hayward, ni plus ni moins que le meilleur intercepteur de la ligue. Cela n’avais pas trop gêné Evans sur la rencontre et notamment sur les deux premiers matchs mais il va falloir réitérer cette performance pour espèrer l’emporter à l’extérieur. Car en face, même s’il est maigre, l’espoir d’accrocher les wild-cards est toujours présent et les Chargers comptent y croire jusqu’au bout.

Coup d’envoi dans la nuit de dimanche à lundi à 02h30
Seattle Seahawks (7-3-1) – Carolina Panthers (4-7)

La dernière fois que ces deux équipes se sont rencontrées, c’était en playoffs. Les deux franchises étaient au top et se battaient pour une place en finale de conférence. Cette année, Seattle va toujours (très) bien mais Carolina a sombré. Cette rencontre, placée en prime time a donc perdu un peu de son intérêt. Les Panthers n’ont plus d’espoir de jouer les playoffs et ne peuvent plus qu’endosser le rôle d’empêcheur de tourner en rond. Pour cela, ils peuvent prendre exemple sur les Buccaneers qui ont trouvé la recette pour faire tomber les Seahawks. La défense de Ron Rivera sera-t-elle capable de tenir Russell Wilson a 5 points ? Pas sûr, quand on voit les 35 points concédés à Derek Carr la semaine dernière. En attaque, les Panthers vont devoir se défaire de la « Legion of Boom ». Le retour de Earl Thomas devrait d’ailleurs faire beaucoup de bien à cette défense qui a joué pour la première fois sans son safety depuis sa draft en 2010. Le gros duel de ce match sera aussi l’affrontement entre Richard Sherman et Kelvin Benjamin. Le receveur est définitivement revenu à 100% et marque de plus en plus. Quant au cornerback, il est probablement animé d’un sentiment de revanche après avoir concédé deux touchdowns à Mike Evans dès les deux premiers drives de la semaine dernière.

Coup d’envoi dans la nuit de lundi à mardi à 02h30
New York Jets (3-8) – Indianapolis Colts (5-6)

Pour une fois le Thursday Night Football était une belle affiche, alors la NFL a décidé de se rattraper en plaçant une rencontre plus que moyenne en clotûre cette semaine. Lundi sera ainsi l’occasion devoir s’affronter deux équipes qui sont de grosse déceptions depuis le début de saison. Et si leq Colts croient encore aux playoffs c’est à la faveur d’une division médiocre. Sur ce match, si Andrew Luck est de retour les Colts auront l’avantage avec une semaine et demi de préparation depuis leur match de jeudi dernier. Beaucoup basée sur la passe, l’attaque d’Indianapolis pourait poser problème à une défense aérienne au sein de laquelle Darrelle Revis soulève de plus en plus d’interrogations.

frank-gore_191115

Les affiches

Coup d’envoi dimanche à 19h00
Atlanta Falcons (7-4) – Kansas City Chiefs (8-3)
New Orleans Saints (5-6) – Detroit Lions (7-4)
New England Patriots (9-2) – Los Angeles Rams (4-7)
Jacksonville Jaguars (2-9) – Denver Broncos (7-4)
Green Bay Packers (5-6) – Houston Texans (6-5)
Cincinnati Bengals (3-7-1) Philadelphia Eagles (5-6)
Baltimore Ravens (6-5) – Miami Dolphins (7-4)
Chicago Bears (2-9) – San Francisco 49ers (1-10)

Coup d’envoi dimanche à 22h05
Oakland Raiders (9-2) – Buffalo Bills (6-5)

Coup d’envoi dimanche à 22h25
Pittsburgh Steelers (6-5) – New York Giants (8-3)
Arizona Cardinals (4-6-1) – Washington Redskins (6-4-1)
San Diego Chargers (5-6) – Tampa Bay Buccaneers (6-5)

Coup d’envoi dans la nuit de dimanche à lundi à 02h30
Seattle Seahawks (7-3-1) – Carolina Panthers (4-7)

Coup d’envoi dans la nuit de lundi à mardi à 02h30
New York Jets (3-8) – Indianapolis Colts (5-6)

Au repos :
Tennessee Titans
Cleveland Browns

Parier en ligne sur la NFL avec :
PARTAGER